Episode 12 – Sumatra, la belle…

Salamat Pagui (jourbon du matin)

Dimanche 04 janvier 2015

Arf, steu nuit, la flotte est tombé et j’ai totalement zappé que j’avais laissé mon casque attaché sur la selle du destrier, en position « bol » ,

Quelle quiche !

1 2

Le ptit déj encaissé, je quitte l’hotel à 7hr30 sur une route encore humide mais surtout, avec un casque complètement négué …. Pffff

En direction de Kersic Tuo à 170 kilomètres. Je quitte l’Océan Indien pour les montagnes et plus précisément, la vallée de Kerinci.

20-MukoMuko-SungaiPenuh130 3

« Cette vallée splendide se niche en altitude, dans la chaine du Bukit Barisan, à la limite ouest de la province de Jambi. La plupart de ses forets fraiches et luxuriantes sont protégées par le parc national de Kerinci Seblat. Au sud, le beau Danau Kerinci (lac) resplendit au milieu des riches terres agricoles. La prospérité de la région provient essentiellement du thé et de la cannelle cultivé autour des villages les plus élevés…. »

Le premier tiers de la route fut un vrai plaisir, je n’ai guère croisé « méfi » et malgré une route encore détrempé j’ai pu avoir un bon rythme.

Puis, la montagne s’annonce au loin avec son lot de nuage menaçant. Comme je ne sais pas a quoi m’attendre, je profite de l’arrêt ravitaillement pour enfiler mon poncho de pluie.

4 6 7 8 9 10

Ensuite le deuxième tiers du trajet s’annonce en tout début, dans la continuité du premier et puis « méfi » a finit par se devoiler.

11 12

Pour faire 10 kilo j’ai mis 1 heure ! Je te mets deux photos prisent pour illustrer cette galère sous une pluie bruimeuse.

« Tcheu de con, si c’est comme ça sur 100 bornes, je ne suis pas encore arrivé a destination …» que j’me pensais a haute voix, dans cette jongle inhospitalière.

Parfois, le bitume montrait son nez mais c’était seulement pour quelques mètres. Ici, une fois de plus, le financement des routes n’est pas une priorité ou plus simplement, ya plus de sousous dans les caisses ?

Au bout d’une quinzaine de kilo,

13 16

Alléluia ! une portion de route totalement neuve qui m’accompagnera jusqu’à la fin de l’ascension de cette partie de foret équatorial du parc. Ensuite, la redescente et la découverte de la vallée de Kerinci, tout en bas, sous les nuages avec d’un coté les rizieres et ses quelques villages puis de l’autre, le lac sur la droite qui ne se voit pas trop sur la tof.

Magique ! Après cette grosse galère routière, m’en fallait pas moins pour me redonner la banane.

17 18 19 20

« Méfi » est encore reviendu un peu plus loin mais avec modération ce coup ci.

Si tu n’aurais pas lu le dernier carnet de route sur ce que j’appelle « Méfi » et bien voici une définition

– Nids de poule, d’autruche, mare au cochon, traversé du désert, saute mouton, samerlipopette…etc etc, tout ce qui peut te faire penser à une déformation de la route qui peut s’avérer tres casse gueule…

Sur Java, il fallait faire très attention quant à la circulation mais sur Sumatra, c’est sur l’état de la route qu’il faut être hyper vigilent.

Quand j’arrive à Sungai Penuh, une petite ville en fin de descente, le premier impératif qui me vieng en tête « trouver un DAB de la BNI »

Je n’ai plus de fric et la seule banque qui accepte la carte visa est la BNI, en tout cas, de toute celle que j’ai essayé (note le sur ton calepin si tu dois venir un jour au pays)

NOV_1593 (Copier)-BorderMaker

(photo pour illustrer)

Alléluia again ! 2000000 roupies dans la poche (c’est le maximum délivré), l’équivalent de 133 euro.

J’ai eu chaud sur le coup, car je n’avais plus de pognon pour pouvoir payer une chambre d’hotel, tout juste de quoi refaire le plein d’essence et la boustifaille du jour….ouf !

Il me reste 45 kilo a faire en ce début d’aprèm pour rejoindre Kersic Tuo et après avoir ravitaillé la bécassine, je commence a tracer la route pour la fin de mon trajet sauf qu’en voyant le ciel sur lequel je m’apprête a affronter et le sens opposé du lac vont faire basculer une fois de plus la donne.

21 22

Je décide rapidos de revenir sur mes pas pour trouver un hotel sur Sungai Penuh car de ce que j’ai vue depuis les montagnes, la vallée et son lac, je ne peux pas passer a coté d’une visite approfondie de l’endroit avant d’aller sur Kersic qui se trouve dans l’autre direction.

Je m’arrête au premier hotel venu, le « Java Wisata » pour 123000 roupies la chambre avec wifi et ptit déj.

Un peu plus tard, les nuages orageux ont un peu décampé ce qui m’a laissé champ libre pour partir découvrir un peu le coin, vers le lac.

23 24 26 27 30 31 32 34 35 36 37 38 39

Lundi 05 Janvier 2015

It’s a wonderful morning time ! Regarde moi ce beau ciel bleu de bon matin !

40

En prenant mon ptit déj (Nasi Goreng=Riz frit œuf au plat) classico avec le thé, j’entends de la marmaille toute proche…

Ah mais c’est la reprise scolaire ? Bin voila, l’occaz tombe pile poil

Je file voir ou est cette école ? Le signe qui ne trompe pas, des marchands de boustifaille ambulant se poste toujours devant l’entrée, je rentre avec la bécassine dans la cours. Il y a plusieurs classe qui sont occupées, je m’adresse au loin a un « maitre » lui faisant signe de venir me voir pour ne pas perturber son cours.

45Il baragouine l’anglais, ce sera parfait pour lui expliquer que j’ai quelques fournitures scolaire a donner.

Te souvieng tu ?  J’avais donné une partie d’un lot de crayons, gommes, règles etc à une classe d’école qui se trouvait à Bandipur, au Népal et c’était en Novembre dernier.

Donc, j’ai l’autre partie du lot qui traine dans mon sac depuis quasiment deux mois que j’avais l’intention de distribuer en Indo.

Le prof croyait tout d’abord que je voulais leur vendre et j’ai du répéter plusieurs fois que c’était « free » pour leur écoles mais en contrepartie de quelques photos pour raconter l’histoire sur le blog.

41 43 44

Ca a du vraiment les surprendre…..tu m’étonnes !

Fin du chapitre fourniture scolaire, pour le prochain voyage, je lancerais un appel aux dons….a suivre.

Après cette épisode fort gratifiant, je me file découvrir la vallée et faire le tour du lac.

46 47 50 51 52 55 56 57 58 59 60 61 62

Au détour d’un des villages de la vallée, j’ai du faire demi-tour pour confirmer mes soupçons quant à l’ originalité de cette moto……

63 64 65 66

En bois !

Bien entendu, pas entièrement, mais quand même….

Puis le déjeuner à la sauce « Nasi Padang ».

67Sur cette photo, il s’agit de ma commande que j’ai prise des mon arrivé lorsque j’ai vu les plats présenté au comptoir et dont ils m’ont servi séparé.

Depuis que j’ai commencé mon trip en Indo, tout ce que tu commandes est mis dans une seule assiette avec le riz puis tu attends a tablé

Ici, la formule diffère totalement

Normalement, tu t’installes directement a tablé sans prendre de commande. Ensuite un serveur rapplique et dépose des tas de petits plats varié allant du poisson, poulet, buffle mijoté en sauce, aux légumes tropicaux, tofu etc et bien sur le ramequin de riz que tu te sers a volonté.

Tu choisis ce qu’il te plait et laisse le reste, pour les gourmands curieux de la bonne boustifaille, c’est un pousse au crime….

Changement de sujet qui n’a aucun rapport avec le nasi padang…..euh…. mais je tenais a te partager…..

68

…. bon la, va falloir changer de shoes….. 😛

M’enfin, je vais les garder encore un peu ke même, non parce que, si elles sont dans cette état, c’est a cause de la pluie que je me prends sur la tronche régulièrement et comme je sais que c’est pas encore finito…

Si tu voyais la tronche des gens quand ils voient la basket ! Mouarf, une vrai cloche !

Par contre, tu noteras que maguy est vraiment très économe.

Dans l’aprèm, m’en vais faire une ptite balade à l’Ouest de la vallée avant de me revenir à l’hotel, j’ai mal au fion, la vache ! Mais ce fut une belle journée.

69 70 71 74 75 76 77

Mardi 06 Janvier

Ce jour, s’en va pour Kersic Tuo qui n’est qu’à 45 kilo, aussi, j’ai pris mon temps pour quitter l’hotel, around 8hr du mat.

21-SungaiPenuh-Kersictuo40 78 79

Bon alors, si j’avais prévu Kersic Tuo à la base de mon programme, c’est en raison du volcan…

« Dominant l’extrémité nord du parc, le Gunung Kérinci (3805 m) compte parmi les volcans les plus actifs de Sumatra, sa dernière éruption date de 2009. Point culminant d’Indonésie en dehors de la Papouasie, son sommet offre une vue fabuleuse… »

En quittant l’espèce de canyon qui marque la fin de la riche plaine de Sungai Penuh, je commence par découvrir les champs de thé sur des terres vallonné et enfin the big one, le Kérinci qui s’annonce au fond…. instant magique.

80 81 82 83

Celui-la, tu ne peux pas le manquer, les champs de thé non plus d’ailleurs, yen a de partout.

Quand j’arrive en milieu de matinée dans la petite bourgade de …

«  A 1500 m d’altitude, entourée de plantations de théiers et dominée par l’imposant gunung Kerinci, Kersic tuo constitue une base plaisante pour explorer la pointe nord du Kerinci Seblat, le parc national, le plus grand de Sumatra qui s’étend sur 350 km dans le massif des Bukit Barisan. Il protège près de 15000 km2 de forêt équatoriale primaire répartis sur quatre provinces. Sa difficulté d’accès en fait l’un dees derniers bastions du Harimau (tigre de Sumatra), une espèce menacée. En raison de l’altitude, le parc possède une diversité unique de flore et de faune….»

C’est clair que le climat tempéré du coin est vraiment propice à la culture du thé.

85 86 NOV_0001 (Copier)-BorderMaker NOV_0002 (Copier)-BorderMaker NOV_0006 (Copier)-BorderMaker NOV_0009 (Copier)-BorderMaker NOV_0013 (Copier)-BorderMaker

Je me pose à la chambre d’hotes, le « Subandi Homestay » pour 120000 roupies, ptit déj compris (pas d’internet dans la région).

Je ne reste ici qu’une nuitée, j’ai donc toute la journée pour découvrir les alentours et ça commence juste après avoir déposé mon barda.

Par ou commencer ? Mon hote me propose de faire comme si j’allais en direction des trecks, pour le sommet du volcan, à travers les champs de théiers.

NOV_0016 (Copier)-BorderMaker NOV_0021 (Copier)-BorderMaker NOV_0026 (Copier)-BorderMaker NOV_0029 (Copier)-BorderMaker NOV_0034 (Copier)-BorderMaker

Ici, il n’y a pas que du thé mais des patates, du café…

NOV_0037 (Copier)-BorderMaker NOV_0038 (Copier)-BorderMaker NOV_0040 (Copier)-BorderMaker NOV_0042 (Copier)-BorderMaker NOV_0043 (Copier)-BorderMaker NOV_0055 (Copier)-BorderMaker NOV_0057 (Copier)-BorderMaker NOV_0062 (Copier)-BorderMaker

NOV_0075 (Copier)-BorderMaker NOV_0085 (Copier)-BorderMaker

NOV_0088 (Copier)-BorderMaker NOV_0090 (Copier)-BorderMaker NOV_0096 (Copier)-BorderMaker NOV_0097 (Copier)-BorderMaker

Lors de cette balade matinale, je retourne sans le vouloir sur un village traversé lors du trajet depuis Sungai Penuh, un batiment m’intrigue ?

A première vue et somme toute logique, il semblerait que ce soit l’usine de transformation du thé ?

Un gardien me réceptionne et m’indique qu’il faut aller voir un bureau plus loin pour me faire enregistrer

« Mééééééééééééééééé, je veux juste prendre deux photos  et rien d’autre…..rooooooooooooo »

Bon bin j’ai pas eu le choix, obligé de passer par la case enregistrement puis de me faire accompagner par le dit gardien jusqu’àu prochain gars « public relation » qui ensuite me fera faire le tour de l’usine depuis le traitement des feuilles, le broiement, le séchage et la mise en sac.

NOV_099 (Copier)-BorderMaker NOV_0100 (Copier)-BorderMaker NOV_0101 (Copier)-BorderMaker NOV_0102 (Copier)-BorderMaker NOV_0105 (Copier)-BorderMaker NOV_0107 (Copier)-BorderMaker NOV_0110 (Copier)-BorderMaker NOV_0111 (Copier)-BorderMaker NOV_0112 (Copier)-BorderMaker NOV_0116 (Copier)-BorderMaker NOV_0118 (Copier)-BorderMaker

S’en suit, une dégustation du thé, petite discussion avec lou typé qui parle l’anglais, j’apprends ainsi et suivant mes questions

Que les plantations ont débuté en 1929, d’où la taille de certains arbuste que tu as pu voir précédemment.

Que lorsque les plans ne produisent plus, ils arrachent et replantent

Que 60% des cueilleurs sont d’origine Javanaises

Que 80 % de la production part l’estranger.

Que toutes les terres, productions et l’usine sont nationale !

Changement d’extrême d’avec les cultures Sri Lankaise que j’avais découvert en 2012 et qui sont toute privatisé.

Bref, 45minutes intéressante, what else ?

Ah ! le fouinage dans la campagne…

NOV_0121 (Copier)-BorderMaker NOV_0129 (Copier)-BorderMaker NOV_0132 (Copier)-BorderMaker

Tiens, tu le vois la bas au fond, le Danau kerinci, le lac ?

NOV_0133 (Copier)-BorderMaker NOV_0134 (Copier)-BorderMaker

Et puis la pause cantine « nasi padang » dans une gargote qui laisse toujours un peu kouac les proprio ou la clientèle présente, lorsque je débarque…

NOV_0137 (Copier)-BorderMaker

Ensuite rebelote, du thé du thé du thé et du volcan

NOV_0142 (Copier)-BorderMaker NOV_0146 (Copier)-BorderMaker NOV_0153 (Copier)-BorderMaker NOV_0155 (Copier)-BorderMaker NOV_0163 (Copier)-BorderMaker

La, une autre forme de cueillette, plus radicale (mécanique) mais le produit est de moins bonne qualité (dixit mon hote)

NOV_0164 (Copier)-BorderMaker NOV_0168 (Copier)-BorderMaker

Un détail qui m’interpelle sur le ciel et sa couleur d’une qualité bleufante.

NOV_0169 (Copier)-BorderMaker NOV_0172 (Copier)-BorderMaker NOV_0175 (Copier)-BorderMaker NOV_0180 (Copier)-BorderMaker NOV_0187 (Copier)-BorderMaker NOV_0188 (Copier)-BorderMaker NOV_0193 (Copier)-BorderMaker NOV_0196 (Copier)-BorderMaker

Je rentre me reposer en milieu d’aprèm pour ressortir une heure avant le sunset, histoire de choper une autre lumière sur le volcan et sa vallée sur un site que j’ai visité plus tôt, a 5kms de Kersic Tuo.

NOV_0198 (Copier)-BorderMaker NOV_0200 (Copier)-BorderMaker NOV_0204 (Copier)-2-BorderMaker NOV_0207 (Copier)-BorderMaker NOV_0210 (Copier)-BorderMaker NOV_0211 (Copier)-BorderMaker

Oui, je sais, les photos sont retouché et patati et patata, moi, perso, quand certaines tofs le permettent, je me la régalade en faisant de la création artistique sur mes prises de vue, j’explore des chemins….après, l’égouts et les couleurs…c’est un autre débat 😛

Pour finir cette journée, je tombe sur un match de foot.

NOV_0214 (Copier)-BorderMaker NOV_0218 (Copier)-BorderMaker

Oh mdr, des fois, j’en tiens une couche moi !

Chuis rentré avec la bécassine jusque derrière la cage des buts, me garant au pied du point de corner, tu le crois toi….quand jy repense…

NOV_0223 (Copier)-BorderMaker NOV_0232 (Copier)-BorderMaker NOV_0235 (Copier)-BorderMaker NOV_0239 (Copier)-BorderMaker

Match de foot à sens unique pour une équipe mais rigoléto pour moi, non pas par la qualité du football mais surtout sur le gars qui gueulait comme un putois sur son micro en commentant le match, me rappelant au bon souvenir d’Avi Assouly, journaliste sur France Provence qui commentait les match de l’OM.

Excellent.

La soirée fut sympathique avec mon hote et le repas de sa dame, un vrai homestay familiale.

Mercredi 07 Janvier 2015

Aujourd’hui je quitte définitivement cette fabuleuse étape du Kérinci avec tout d’abord le lac et la plaine rizonante puis le volcan et ses champs de théiers…vraiment superbe. A ne surtout pas manquer en venant sur Sumatra et surtout si tu es fan de randonnées.

Apres le ptit déj de maman, je file sur la 22ieme étape de ce road tour, en partance pour Padang, à 200 kilo et retour sur l’Océan Indien.

22-Kersictuo-Padang200 NOV_0246 (Copier)-BorderMaker NOV_0247 (Copier)-BorderMaker NOV_0251 (Copier)-BorderMaker

Le Volcan, ne se fera pas oublier d’aussitôt car un bon tiers du trajet se faisant en le contournant sur sa partie Est avant de le quitter définitivement de visu sur la deuxième partie du trajet.

NOV_0260 (Copier)-BorderMaker NOV_0266 (Copier)-BorderMaker NOV_0271 (Copier)-BorderMaker NOV_0272 (Copier)-BorderMaker NOV_0273 (Copier)-BorderMaker NOV_0275 (Copier)-BorderMaker NOV_0280 (Copier)-2-BorderMaker NOV_0282 (Copier)-BorderMaker NOV_0284 (Copier)-BorderMaker NOV_0289 (Copier)-BorderMaker

Ici, architecture Batak, une ethnie que je vais découvrir sur la fin de mon trip.

NOV_0290 (Copier)-BorderMaker NOV_0300 (Copier)-BorderMaker NOV_0306 (Copier)-BorderMaker

En début d’après-midi, j’aperçois à la fin du trajet, au loin, l’océan et la ville qui se dessine tout au long de cette descente qui durera une 15 de kilo, en roue libre.

NOV_0311 (Copier)-BorderMaker NOV_0313 (Copier)-BorderMaker

Je ne chercherais pas longtemps un logement car lorsque j’arriverais à proximité de la plage, suivant le plan du routard, je descendrais chez « Immanuel Hotel » , y’avait meme le fameux fauteuil…….

Nan, j’déconne, cela dit, lorsque je suis arrivé à la réception, la nana m’a regardé d’une façon…euh….très arrangeante puisque lorsqu’elle me fait visiter la chambre « économic » à 150000, je refuse (un trou sans sdb), je lui dis pouvoir monter jusqu’à 200000, elle me fait alors visiter une autre avec sdb mais sans fenêtre, je refuse une fois de plus.

Nous revenons au comptoir, et la elle me propose une chambre valant 350000, clim, wifi, tv et ptit déj pour le prix de 200000.

Bon le fait d’avoir annoncé mon intention de rester deux nuitées à sans doute fait pencher la balance, il n’empêche qu’elle a été très commerciale et rien que pour ça, je recommande cet hotel.

Le reste de l’aprème, petit fouinage dans la ville en pensant que j’aurais plus de temps a consacrer demani car aujourd’hui, j’ai assez roulé alors pour fêter mes nouvelles shoes « made in vietnam » a la cool, une binouze pour contempler le sunset sur l’Océan.

NOV_0317 (Copier)-BorderMaker NOV_0319 (Copier)-BorderMaker NOV_0325 (Copier)-BorderMaker NOV_0345 (Copier)-BorderMaker

Jeudi 08 Janvier 2015

Rooooooooooooo shit ! il pleut ! de bon matin….

«Padang se situe sur l’une des zones les plus sismiques de la planète, à l’endroit ou la plaque Indo-Australienne plonge sous la plaque eurasienne. Un séisme dévastateur de magnitude 7.6 a frappé la ville en 2009, faisant plus de 1000 morts et détruisant hotels et édifices publics…Coincée entre mer et montagnes, cet ancien village de pêcheurs se réinvente et revendique son identité culturelle Minangkabau »

J’avais prévu une grosse balade dans et en dehors de la ville, force est de constater que cela ne va pas pouvoir se faire, tout du moins, la visite « extérieur ».

Vers 9hr du mat, je profite d’une accalmie pour aller faire un tour juste derrière l’hotel, la plage

NOV_0348 (Copier)-BorderMaker NOV_0349 (Copier)-BorderMaker NOV_0352 (Copier)-BorderMaker NOV_0355 (Copier)-2-BorderMaker

Je me pose pour voir le déroulement de la pêche matinale avec cette technique que je t’ai montré sur Pangandaran, le filet au large qui se ramène sur la plage. Je voulais aussi shooter le rassemblement de boat, d’une forme atypique jamais vu, qui naviguent dans la baie.

Quelques instants plus tard, badaboom, la pluie reprend de plus belle.

NOV_0361 (Copier)-BorderMaker NOV_0363 (Copier)-BorderMaker NOV_0366 (Copier)-BorderMaker NOV_0369 (Copier)-BorderMaker NOV_0372 (Copier)-BorderMaker NOV_0379 (Copier)-BorderMaker

Ce qui n’empêche aucunement la vie locale de se dérouler et l’attente des badauds qui attendent de voir la prise du moment…

Pendant ce temps, les pêcheurs dans la baie, continue leur va et vient en déposant et remontant leur filet.

NOV_0383 (Copier)-BorderMaker NOV_0400 (Copier)-BorderMaker

Je suis resté bloqué en observateur durant une heure, après, j’en ai eu plein le dos, me suis équipé du poncho et suis rentré at home…

NOV_0402 (Copier)-BorderMaker NOV_0411 (Copier)-BorderMaker NOV_0419 (Copier)-3-BorderMaker NOV_0427 (Copier)-BorderMaker NOV_0434 (Copier)-2-BorderMaker

Plus tard, à l’heure du déjeuner, la pluie c’est enfin calmé et vu que l’estomac crie famine, je me rends directement du coté des restau de plage, j’y ai vu des barbeuk.

J’annonce au serveur ce que je veux en grillade, du « cumi » (calamar) et le gars de me sortir des brochettes avec quelques morceaux de chair a faire griller….

« non non, moi je veux du lourd ! Du costaud !  »

Le fait d’avoir choisi ce restau n’est pas anodin puisque juste a coté, il y a un pêcheur qui vend ses prises matinale, je dis au gars de venir avec moi voir le voir…

Je lui montre le calamar que je veux, le pêcheur pèse (600grs) puis s’en suit une discussion entre eux avant de me proposer un prix, 100000 roupies. (7euro), je fais mine de réfléchir un peu tete de con qui laisse planer le doute pret a faire demi tour, ils discutent encore et me proposent un autre prix, 75000 roupies (5euro)

Deal ! Top la ! Sachant que les deux gars ne parlent pas anglais

NOV_0447 (Copier)-BorderMaker NOV_0448 (Copier)-BorderMaker

30 minutes plus tard, yahouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu,

Grillé au barbeuk badigeonné d’une préparation so good coco/curry, une tuerie ! Accompagné de riz et quelques sauces au choix, un thé glacé pour faire passer le tout et hop, l’addition garçonne ?

88000 roupies soit 5,80 euro pour un cassage de bide mémorable.

NOV_0449 (Copier)-BorderMaker NOV_0457 (Copier)-BorderMaker NOV_0458 (Copier)-BorderMaker

Habituellement, mes repas me coute entre 10000 et 30000 roupies maximum mais de temps en temps, je me fais plaisir surtout pour ce type de mets que j’affectionne particulièrement.

Apres cet excellent repas, le temps étant devenu plus stable, je vais me consacrer sur la partie du quartier colonial.

« Bien qu’endommagé par le séisme de 2009, le quartier mérite toujours une promenade. De vieux entrepôts hollandais et chinois s’adossent à la rivière remplie de bateaux de pêche. »

NOV_0460 (Copier)-BorderMaker NOV_0462 (Copier)-BorderMaker NOV_0464 (Copier)-BorderMaker NOV_0465 (Copier)-BorderMaker

J’ai pris mon temps pour fouiner de fond en comble ce quartier, en dehors des grosses artères de la ville, parfois, ressemblant à un bidonville…

NOV_0471 (Copier)-BorderMaker NOV_0473 (Copier)-BorderMaker NOV_0486 (Copier)-BorderMaker NOV_0490 (Copier)-2-BorderMaker NOV_0493 (Copier)-2-BorderMaker NOV_0495 (Copier)-BorderMaker NOV_0497 (Copier)-BorderMaker NOV_0507 (Copier)-BorderMaker NOV_0508 (Copier)-BorderMaker NOV_0512 (Copier)-BorderMaker

Lorsque j’arrive en buté de la rive, juste avant l’embouchure sur la mer, je constate une accumulation importante de détritus qui ne m’étonne plus mais un fait nouveau en voyant des djeun’s dans la flotte, au loin, que fons t ils ?

NOV_0513 (Copier)-BorderMaker NOV_0516 (Copier)-BorderMaker NOV_0518 (Copier)-BorderMaker NOV_0520 (Copier)-BorderMaker

Récupération de ce qui peut être recyclé.

J’ai pu shooter sans qu’ils me voient pour garder le naturel du moment mais au final, ils n’en avaient rien à foutre de ma présence, tu m’étonnes ! Ceux la ne vivent pas dans le même monde…

NOV_0521 (Copier)-BorderMaker NOV_0524 (Copier)-BorderMaker

A cet age la et déjà hyper mature…. Je leur ai filé le billet… juste après ça, une autre rencontre un peu plus bisounours…

NOV_0528 (Copier)-BorderMaker NOV_0529 (Copier)-2-BorderMaker NOV_0532 (Copier)-BorderMaker NOV_0537 (Copier)-BorderMaker NOV_0540 (Copier)-BorderMaker NOV_0541 (Copier)-BorderMaker NOV_0546 (Copier)-BorderMaker

Vendredi 09 Janvier

Aujourd’hui, je quitte Padang pour me diriger sur la région des « Minangkabau », un secteur ou j’ai programmé 4 nuitées. Pour commencer, la vallée d’Harau à 135 kilomètres.

23-Padang-Harau135

Et mon vier ! Juste avant de partir, après mon ptit déj, la pluie se met a tomber…

Vu la tête du ciel, ce n’est pas une averse temporaire, il va falloir rouler coute que coute en espérant que cela se calme dans la journée.

Le bachage bouclé, je décolle vers 7h30 en hochant la testas comme signe d’au revoir à l’océan Indien que je ne reverrais plus vu que la suite de mon programme se passe dans les terres jusqu’à la remonté sur Médan, vers la partie nord-Est de l’ile.

NOV_0565 (Copier)-BorderMaker NOV_0566 (Copier)-BorderMaker

La pluie ne m’aura pas laché durant 90 kilo, dommage, il y avait de belle photos a faire.

NOV_0568 (Copier)-BorderMaker

Lorsque je passe la ville de Bukittinggi, il me reste 45 kilo a faire et l’espoir que le reste de la journée va se passer sous de meilleurs hospices ? Au loing, j’apperçois une lueur d’éclaircie.

11hr30, je m’arrête a proximité d’ Harau, ma destination finale, dans un restau car j’ai la dalle mais j’ai surtout la grande satisfaction que le climat n’est pas le même dans le coin. On dirait que le mauvais temps s’est vu contraint et forcé de na pas aller plus loin que la chaine des volcans dont je te parlerais plus tard.

NOV_0571 (Copier)-2-BorderMaker NOV_0575 (Copier)-BorderMaker

Mais pour l’heure

« La valleé d’Harau, à l’est de Bukittinggi, est le territoire des 50 Kota (villages) jaune, l’un des trois clans Minangkabau. Des rizières et des buffles somnolent flanquent la route étroite qui mène au village d’Harau. Continuez sur 3km pour arriver aux spectaculaires falaises, hautes de 100 M, qui encadrent la vallée… »

L’endroit est réputé pour ses spots de varappe sur Sumatra (fbj si tu me lis)

NOV_0577 (Copier)-BorderMaker NOV_0584 (Copier)-BorderMaker NOV_0585 (Copier)-BorderMaker

Effectivement, passé les rizieres tu tombes sur ces murs qui en jettent un coin, superbe, puis je me dirige droit sur le homestay qui m’a l’air sympatich au vu de la description sur mon book.

« Abdi Homestay », ou se sont de jeunes écolières qui poseront gentillement en guise de péage avant de traverser le pont qui dessert le chemin de la guesthouse.

NOV_0589 (Copier)-BorderMaker NOV_0596 (Copier)-BorderMaker

D’emblée, la vue sur ce homestay est exactement comme le décrit mon routard, des bungalows face aux rizières et la falaise juste derrière. Je descends voir en tombant nez a nez avec le proprio qui me propose un premier prix a 120000 roupies avec le ptit déj (pas d’internet dans le coing)

Les bungalows ont des toits de chaume sans aucune isolation contre les bebetes, ce serait presque du Robinson Cruz sauf que le lit vient dénoter le confort rustique….parfait !

NOV_0593 (Copier)-BorderMaker NOV_0595 (Copier)-BorderMaker

Après le bungalow sur la plage de Tanjung, le bungalow au bord des rizières et l’étang de lotus….. kel régalade !

De plus, le proprio est un gars très très bien et qui parle anglais. Je recommande.

Les dieux sont avec moi car vu le trajet matinal sous la flotte, cet aprèm ils vont me laisser me promener a ma guise dans ce magnifique cadre.

Les minangkabau

« Selon la légende, ils descendraient d’Alexandre le grand, leurs ancêtres seraient arrivés à Sumatra conduits par le roi Maharjo Dirajo, le jeune fils d’Alexandre. Les anthropologues pensent plutôt que les Minangkabau arrivèrent de la péninsule malaise à Sumatra Ouest entre 1000 et 2000 av J-C, remontant sans doute la Sungai Batang du détroit de Malacca jusqu’aux hauts plateaux des monts Bukit Barisan. Même si le sang d’Alexandre ne coule pas dans leur veines, les Minangkabau font preuve du même esprit conquérant et belliqueux dans le combat de buffles qui a probablement inspiré leur noms. Leur architecture et leurs costumes traditionnels rappellent d’ailleurs les cornes de ce bovidé. »

Pour l’instant, ce qui m’intéresse, c’est l’architecture des habitations que j’ai pu apercevoir depuis que j’ai quitté Padang.

Je me dirige droit dans le petit bourg d’Harau pour y découvrir deux maisons traditionnelle au milieu d’autre beaucoup plus moderne.

NOV_0597 (Copier)-BorderMaker NOV_0598 (Copier)-BorderMaker NOV_0602 (Copier)-BorderMaker NOV_0605 (Copier)-BorderMaker

Toute deux habités et superbement décoré.

J’imagine que les toits en ferrailles ont remplacé, avec l’évolution moderne, les toits de chaumes ?

Je continue mon exploration lorsque je tombe sur un revendeur de pierre.

NOV_0620 (Copier)-BorderMaker NOV_0622 (Copier)-BorderMaker NOV_0625 (Copier)-BorderMaker NOV_0627 (Copier)-BorderMaker NOV_0630 (Copier)-BorderMaker NOV_0634 (Copier)-BorderMaker NOV_0636 (Copier)-BorderMaker

Tu te souviens, le cadeau que j’ai reçu de la part d’un des membres d’équipage du ferry, remember ?

Il faut savoir qu’en Indo, les mecs cultivent l’art de la plus belle bagouze possible. Avoir la plus belle et la plus grosse pierre porté aux doigts est un must.

Dans la vallée du Kerinci, je me suis fait charrier gentillement plusieurs fois sur ma mienne de taille plus modeste, mais bon, on ne joue pas dans la même cours….

Cela dit, je demande le prix d’une des pierres qu’il propose déjà retaillé et poli, 200000 roupies soit 13 euro.

C’est de la belle production qui vient directement des falaises.

NOV_0639 (Copier)-BorderMaker NOV_0642 (Copier)-BorderMaker NOV_0647 (Copier)-BorderMaker NOV_0688 (Copier)-BorderMaker NOV_0696 (Copier)-BorderMaker NOV_0699 (Copier)-BorderMaker NOV_0714 (Copier)-2-BorderMaker NOV_0723 (Copier)-BorderMaker NOV_0731 (Copier)-BorderMaker NOV_0732 (Copier)-BorderMaker NOV_0736 (Copier)-BorderMaker NOV_0745 (Copier)-BorderMaker NOV_0748 (Copier)-BorderMaker NOV_0752 (Copier)-BorderMaker NOV_0760 (Copier)-BorderMaker

En fin de journée, j’aurais même eu droit à mon rayon de soleil qui m’accompagnera jusqu’au bungalow pour me siroter une bonne binouze bien fraiche sur ma terrasse perso, admirer le volcan « gunung mérapi » qui se découvre et me faire de nouveau pote en écoutant du jazz manouche en fond. (merki marco pour la zik)

NOV_0762 (Copier)-BorderMaker NOV_0764 (Copier)-BorderMaker  NOV_0777 (Copier)-BorderMaker NOV_0767 (Copier)-BorderMaker  NOV_0778 (Copier)-BorderMaker NOV_0781 (Copier)-BorderMaker NOV_0786 (Copier)-BorderMaker NOV_0787 (Copier)-BorderMaker NOV_0788 (Copier)-BorderMaker NOV_0793 (Copier)-BorderMaker

Voili voilou pour ce numéro, la suite au prochain et bientot la fin des haricots…

D’ici la, et comme d’hab, portes toi bien.

TCHUZZZZZZZZZZZZZZZ

 

One Comment

  1. Eric V.

    Et bééééé, tu m’as donné faimg avé le calaaamaaar !!!
    Content de voir que tu te régales autour de la table et sur la route. Profites bien ! Nous ici, l’eau est à 13°/14°, petite plongée bien sympa au pied du bec de l’aigle samedi matin (2 mérous, banc de Dentis, un barracuda en chasse,…) et très beau weekend en amoureux à Porquerolles. Hors saison, c’est vraiment le top, y’a déguuuuun !
    A bientôt collègue voyageur et merci pour ton blog 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *