Entre beauté sauvage et art médiéval…

Namasté !

La fin approche,

Samedi 15 November 2014

Prochaine étape, le parc National de Chitwan et le ptit village qui borde ses limites, Sauhara.

Un trajet de seulement 20kms !

Ce n’est pas aujourd’hui que je me fatiguerais mais ça tombe bien, je me lève avec une migraine de derrière les fagots qui  va m’emmerder, je le sens.

Je quitte mon hotel vers 9hrs AM.

A peine sortie de la ville, j’arrive sur un « check point péage » et c’est un jeune sans uniforme qui m’arrête et me demande de payer 10 roupies.

Oh ! il faudrait qu’ils accordent leur violons !

Alors soit il veut de l’argent de poche soit chaque pseudo péage fait sa loi ?

Je lui réponds que les touristes ne payent pas, dixit le flic croisé la veille (à Butwal) qui l’a dit, et toc !

« si si, tu dois payer, c’est comme ça »

Moi de m’entêter avec la migraine qui me chatouille de plus en plus :  

– oh ! je te dis que je ne payerais pas ! 

Bon OK, 5 ou 10 roupies, c’est que dalle je sais, mais de la façon qu’il a eu de m’aborder j’en fais une question de principe … non mé ho !

Je continue l’entêtement : Et je te dis que je ne payerais pas ! Ou sont les flics ? je veux les voir pour qu’ils m’expliquent le pourquoi du comment !???

« Ils sont la bas, regarde » (de l’autre coté de la route)

Alors, appel ! 

Et le gars de me répondre :« ok ok, vas y, roule »

– J’insiste, appel les !

Finalement, il a lui aussi insisté pour que je parte…alors, argent de poche ?

Ouech, j’ai fais ma tête de con puissance 10 mais quand chuis migraineux, un rien m’éclate. Peuchère, c’est tombé sur lui, pas de chance.

La faute aussi à la bière locale que j’ai bu hier soir, l’unique (65 cl), je précise.

Je la soupçonne car ce n’est pas la première fois qu’elle me fait le coup. Depuis que je suis au Népal, j’ai bu 4 binouzes en 4 soirées ! En guise d’apéro et 3/4 , je me suis tapé une migraine le lendemain… alcool frelaté ou quoi ? 

Pfffff…..j’ai la tête en vrac, je ne pète pas la forme mise à part dans le futal.

Heureusement le trajet se passe rapidement et une fois sur place, je ne tarde pas a trouver un logement qui me convient.

1000 roupies, grande chambre du style bungalow en dure, wifi, jardin, calme ( Travellers Jungle Camp)

Je me reposerais jusqu’en début d’aprèm….(finalement la migraine me passera en fin de journée, salo…..) puis j’irais visiter un peu le village et ses alentours jusqu’au parc des « milles lac » à quelques kilomètres en dehors du villatché.

A l’entrée du parc, il y a un gars qui réceptionne les véhicules, il fait kasquer 100 roupies par tête de pipe. 

Je passerais encore une fois à l’AS ….

C’est dingue, à chaque fois que les gens voient maguy, il y a tout de suite une espèce de bienveillance qui s’installe automatiquement. Ils cherchent à savoir, comprendre et patin couffin et s’ils peuvent m’aider dans quoi que ce soit, ils ne se privent pas…. et je ne vais pas m’en plaindre.

Quand ce sont des gardiens, pour ce cas, ils me disent de passer sans payer.

Thanks.

Ensuite, tu files à travers une jungle/foret durant 6 bornes sur une piste qui débouche vers un magnifique lac sans un bruit sauf celui des piafs.

J’y verrais également quelques biches ainsi que l’armée qui veillent à la protection contre les braconneurs.

Le soir venu, j’organiserais ma journée de dimanche avec les services que propose ma guesthouse pour aller faire un safari dans le parc national, l’objet de ma venu sur Sauhara.

Dimanche 16 Novembre

Sauhara, c’est bien sympa, tranquille mais il n’y a pas grand chose d’authentique. En fait, le village s’est développé sur le tourisme du parc national. Il y a des dizaines d’hotel, de guesthouse, restaurants, boutiques à souvenir, supérettes. J’ai l’impression que l’offre de logement et le reste n’est pas en adéquation avec la fréquentation touristique, on dirait que chacun a voulu prendre sa part du gateau pensant que le lieu allait devenir « the place to be »…sauf que ce n’est pas le cas, ca ne grouille pas ….

Tu le sais, je n’aime pas trop me retrouver dans ce genre d’endroit mais quand il n’y a pas le choix, je fais mon touriste de base. Cela dit, étant donné que je suis motorisé, je préfère filer sur la ville qui borde la route nationale, à 6kms de la, pour aller dans une gargote bien du cru et prendre mon tit déj avé les locaux.

J’en profiterais pour balader un peu.

A 12hr30, on vient me chercher à la Guesthouse pour aller dans le parc.

Royal Chitwan National Park

« A partir du XIXe siècle, la vallée de Chitwan devint un endroit fort prisé pour les chasses dont les britanniques et les aristocrates népalais raffolaient. Le roi Georges et son fils, le prince de Galles, le futur Edward VIII, ne mirent jamais les pieds a Katmandou, mais trouvèrent le temps de massacrer la faune des forets de Chitwan.
En 1911, au cours d’un safari du 11 jours, ils tuèrent 39 tigres et 18 rhinocéros….. En 1964, la création d’une réserve naturelle, au prix du transfert forcé de 22000 personnes hors de ses limites, devait aider a la sauvegarde des animaux. Le parc national fut institué en 1973 date a laquelle il ne subsistait à Chitwan qu’une 20aine de tigres et 80 rhinocéros. Un recensement effectué en 2000 indique que Chitwan abrite 544 rhinocéros, 80 tigres, 50 autres espèces de mammifères et une avifaune qui compte plus de 450 espèces…. »

un peu plus ? click la 

C’est mon deuxième safari, après celui du Sri Lanka.

Aaaaaaaaaaaah le Sri Lanka, sacré coup de coeur….

Ici, j’ai pris la formule la moins chéros qui coûte 3500 roupettes (28euro) pour 4 heures de promène couillon. (Si tu dois y aller un jour, ce n’est pas la peine de te casser le fion à chercher le meilleur tarif à droite ou à gauche, ils se sont tous aligné)

Le village est a deux pas du parc et pour y accéder, il suffit de traverser la rivière qui sépare la jungle de l’urbanisme.

A peine embarqué sur le canot de bois, type pirogue africaine, que nous apercevons un croco essayant de réchauffer son sang froid. Aujourd’hui, pas évident pour le reptile car le ciel est chargé.

Sur la berge, normalement, il faut crapahuter plus haut pour rejoindre le parking des 4X4 qui attendent les touristes mais, une fois n’est pas coutume, j’ai le privilège que l’on viennent me chercher à la sortie du boat (bien que j’aurais pu marcher, m’enfin, comment refuser l’aide…

Puis nous nous enfonçons dans cette jungle, hyper dense. Quelques bamby sur le bas coté, des piafs, singes et une chouette ? j’ai pas compris le vocabulaire rosbeef du guide.

Je ne verrais pas de Tigres, of corse. Le pack découverte de 4hrs ne donne pas la possibilité d’aller au site ou ils squattent et quand bien même, il faudrait avoir un cul bordé de nouilles pour en apercevoir vu que ce sont des animaux qui chassent la nuit. Par contre, pour ceussent qui ont la chance de les observer de jour, mieux vaut garder ses distances car c’est un prédateur, ne l’oublions pas .

Il y a déjà eu des « accidents ».

Donc, je ne m’attendais pas à voir  de gros chat rayé, j’espérais simplement rencontrer un rhino Indien unicorne.

Et ce fut le cas !

Le bouzin, tranquille, en traing de boustifailler sur le bord de la route sans que tous les promènes couillon ne le dérangent un brin.

 « Ils possèdent une bonne ouïe et un bon odorat, mais leur réputation de mauvais caractère provient de leur vue très faible. Ne parvenant pas à voir ce qui leur fait face, ils ont tendance a supposer que toute forme peu être dangereuse et à charger. »

Il n’a pas chargé, mais il s’est approché à quelques mètres des 4X4 qui nous précédaient.

Un sacré belle rencontre ! 

Ensuite, quelques croco sur les rives d’un lac, biches, cerf, piaf, nature exubérante à profusion. 

4hrs20 plus tard, retour en pirogue. C’était sympa, à faire.

Pour clôturer cette journée animalière, un Babar passera devant ma guesthouse.

Lundi 17 Novembre 2014

J’avais prévu de rester ici trois nuitées soit deux jours plein. Cela me semblait être suffisant pour visiter ce coin avec le parc mais de ce que j’ai roulé depuis samedi, je pense que j’en ai fais le tour. 

Comme tu sais, j’organise mes trips au fur et à mesure, donc …

Dimanche prochain, je dois être sur Katmandou pour finir mon séjour au pays qui se termine 2 jours plus tard.

Avant de rentrer sur Katoch, je voudrais aller visiter sa vallée ou se trouve des sites du patrimoine UNESCO, alors à force de lire mon book, je me pense qu’il ne me reste plus qu’une semaine et le temps m’est compté pour en faire un max.

Hors, pour reviendre sur KTM depuis Sauhara, j’ai pas mal de route à faire qui va me faire perdre du temps.

Donc, comme je n’ai pas envie de glander en ce lundi de novembre, je préfère commencer la remonté avec une halte à Hetauda qui se trouve à 75kilo.

Apres le ptit dej pris dans la gargote de la veille, je file vers 9hrs du mat sans me presser.

Les maisons que tu vas voir ci dessous sont typiques de la région, faite de torchis pour la plus part…. 

En ce moment, j’ai l’impression que la season hivernale s’installe doucement mais surement, les journées ne sont pas chaude du tout et dès que le soleil disparaît à la tombé du jour, ça caille. Quand je vois ce type de piole, j’imagine les conditions de vie ! 

Sur le parcours, je prends le temps d’observer la pré-rentré des cours.

Le rituel est simple, 

d’abord tous en rang d’oignon, puis quelques exercices d’étirements, chanter l’hymne national (de ce que j’en ai déduis) et picétout.

Je m’arrête sur un pont, je suis intrigué par les bus qui sont sur le lit d’une rivière ? Il s’agit en fait de la route ! Il doit certainement y avoir quelques villages plus haut dans la vallée.

Fin de matinée, j’arrive sur Hetauda ou je zone un peu avant de trouver l’hôtel local qui va bien, pour 1000 roupettes la chambre, wifi, tv (Avocado orchid resort)

Je me pose ici car je n’aurais pas pu faire la deuxième parti du trajet qui passe à travers les montagnes, en direction de Katmandou. A moins d’arriver de nuit mais surtout en supposant que la route soit en bon état ?

L’expérience du baroudeur à deux roues n’aime pas les suppositions, mieux vaut attendre le lendemain. (et j’ai eu raison….)

Apres le repos du zébulon biker, je vais visiter un peu les lieux et me trouver un truc à boustifailler.

 

Puterelle de restau !

J’ai demandé un curry végétaibeule au riz, y ‘en avait pour un régiment ! cassage de bidon !

C’est la première fois qu’on me le sert spicy comme j’aime, autrement dit, quand j’ai la tonsure qui transpire, on né bon !


Après, une petite balade « chasseur d’image ».

Mardi 18 Novembre 2014

Je dégage à 7H30 en direction de Katmandou puis Bhaktapur, environ 100 kilomètres. Je pense que j’ai vais en prendre plein la vue mais je sais aussi que ça va me prendre pas mal de temps étant donné le dénivelé annoncé et la puissance de mon scoot qui n’avance pas des qu’il s’agit de rouler en cote.

Sur gogole map, il y a deux trajets dont un qui rallonge la route de 50kms, va pas falloir se tromper…..

On m’avait dit, au croisement, tu prendras à droite…alors quand chuis arrivé à la première intersection, j’ai demandé à un poulaga qui m’a dit à gauche.

Sur le moment j’ai pensé que ce n’était pas le bon croisement, mais la route avançant et toujours pas de croisement jusqu’à ce que je vois une borne m’annonçant que KTM était a 110 kilomètres.

MON VIER ! Je vais me taper 50 bornes en plus ! 

J’ai ruminé pendant un moment sur le compte du keuf et pi je me suis dis aussi, pi être que la route qui raccourcit n’est pas en bon état ? va savoir charles !

J’ai pris quelques photos à chaque fois que j’arrivais en haut d’un sommet , je pense que les tofs révèle bien le dénivelé au fur et à mesure de toute beauté.

Le book m’avait annoncé que la route n’était pas trop fréquenté. La majeure partie du trafic qui se dirige sur KTM passe par le sud ou par la route de Pokhara mais méfi, car il y a quand même quelques « truck Tata » qui passent dans le coing et il n’est pas rare de se retrouver nez à nez avec l’un d’entre eux au détour d’un virolo.

ouep….j’ai eu, m’enfin, vu la vitesse de croisière de mon destrier (20km/hr en côte), elle permet largement de s’arrêter en urgence ou de faire un évitement….

Le trajet est vraiment magnifique et malgré mes dires précédents, je me suis régalé. Par contre, je plaing les piétons comme ces élèves qui se dirigent vers la seule école que j’ai vu, bcp plus haut.

Etant donné qu’il n’y a pas de bus (je n’en ai pas croisé), certain n’hésitent pas a quémander une place sur la selle arrière des deux roues, comme ces filles et ce même si c’est un estranger.

Désolé les filles, not possible, un ptit shoot ? 

L’école en question…

Apres 2hr30 de routes, j’arrive enfin tout la haut.

Il me tardait car je commençais a avoir les doigts engourdis (mes gants de cuir ne sont pas adaptés aux conditions très glagla)

Ici, le panneau n’est pas la par hasard sauf que ces temps ci, chaque jours que je me lève, il y a de la brume et puis le reste de la journée le ciel est « laiteux » avec un sun pas très franchouillard.

Je m’arrête pour la pause « Chai » et me cale avec les tenanciers devant le feu/fourneau, histoire de me réchauffer un chouilla.

Puis la redescente.

A Daman, un village qui se trouve plus bas, se targue « d’avoir le plus spectaculaire panorama embrassant la chaine entière du Dhaulagiri à l’Everest »…. bin ce ne sera pas pour ce coup ci…. dommage !

Normalement, c’est sur le fond, derrière les collines, que devrait apparaitre la chaine Himalayene.
Plus bas, je découvre une culture que je n’avais pas encore vu au pays, le maïs. Les épis sont mis au sec en grappe sur beaucoup de maison que j’ai pu voir.

5hrs plus tard, j’arrive à Naubisse. Lessivé !

Le parcours était vraiment très beau, rien à dire, mais sur la fin je commençais a avoir mal au fion because le bitume n’était pas vraiment lisse….

Naubisse, c’est la ou je m’étais arrêté pour le ptit déj quand j’étais parti de Katmandou, après le gros foutoir routier, rappel toi ???

Je m’y arrête pour la pause déjeuné et pour récupérer un peu car après ça, je sais que j’ai un autre col de montagne a monter. Le fameux qui était saturé de camion jusqu’à KTM. J’engoisse un peu car je me doute qu’il va falloir jouer des coudes pour se faufiler dans le flux roulant ou statique.

 Je passe, je passe pas….. 

Finalement, le trafic ne sera pas trop saturé mais il faudra ke même jouer aux équilibristes entre deux dépassements de camion qui ralentissent les mouvements. 

J’arrive enfin sur la capitale en début d’après midi et ici, la température est plutôt bonne.(pour le fun, j’ai pris la photo a l’endroit ou j’avais shooté en partant sur Pokhara, le mating)

Ohpeula, il aura fallu que je passe par la périphérie qui contourne le centre de KTM pour voir des feux rouges et une circulation plus ordonnée.

Par contre, welcome dans un monde ou les masques à oxygène ne serait pas de trop.

Un paradoxe puisque 30 km plus en aval, c’était le panard total. Quasi dégun sur la route et puis lorsque tu arrives sur la capitale, bin faut reprendre tout les réflexes du gymkhana, retenir la respiration, se boucher le nez, etc…

Je continue ma route en direction de Bhaktapur, pour les derniers 20kms à faire. J’arriverais sur place vers 14H30 après 7hrs de route pour 160kms (dont 50 qui n’était pas prévu)

La ville est classé à l’UNESCO, « c’est la plus médiévale des principales cités de la vallée » et d’emblée, je découvre qu’il faut payer un droit d’accès pour acceder au centre. 

C’est 1500 roupies la journée ! (bcp de touristes qui sont de passage)

Je veux y rester au moins deux nuitées alors en le signalant au gus, il écrira sur mon ticket, le num de passport et une validité de 4 jours. cool !

J’en profite pour lui demander ou sont les guesthouses puis je rentre dans la ville, ouf !

Effectivement, on est très loin du modèle architecturale moderne avec en prime, très peu de circulation, ce qui change totalement de Katmandou qui n’est qu’à 20kms.

Je me trouve rapidement une guesthouse bon marché 

800 roupies, wifi (mandala guesthouse, à coté de Taumadhi Tole)

Je me pose, mortibus….

Quelques heures plus tard, à la coupure d’electricité (normal au Népal), je sors pour aller me restaurer.

En arrivant, sur la place ou se trouve un des monuments majeur de la ville, je le découvre dans la pénombre, à la lumière de mon phare.

L’hallu ! J’ai hate de decouvrir toussa en plein jour.

Mercredi 19 Novembre 2014

Une grosse tuile me préoccupe ce jour, mon laptop part en couille total !

Mon vieux samsung, qui a 5ans, est en train de me lacher. Il plante régulièrement, me lit les ports USB quand ça lui chante, fait des bruits bizarre comme si y avait un ghost inside….

Si je n’ai pas d’ordinateur, je ne peux écrire mon carnet de route, je ne peux traiter mes photos et surtout je ne peux les stocker !

Bref, c’est la merdass ! 

Pour les connaisseurs, je l’ai restauré trois fois au cas ou mais c’est toujours le même topo. Aujourd’hui, j’anticipe sa chute imminente et décide de retourner sur KTM, il doit y avoir une rue, un centre commercial  qui est spécialisé dans tous le matos hi-tech comme les ordi.

Avant ça, mon hote me propose d’aller voir un shop sur Bhaktapur, peu être qu’il a un truc a me proposer, il m’y emmènera pour 10hrs.

Je suis reveillé depuis 7hrs du mat et un peu stressé de ce petit contre temps, du coup, je m’en va visiter à pieds les monuments historiques qui sont à proximité de ma guest, comme celui que j’ai vu hier soir dans la pénombre.

Ca me permettra par la meme occaz de voir ces sites sans qu’il y ai trop de touristes car ceux qui sont en « tour opérator » ne démarrent jamais leur journée de bonne heure.

« Bhaktapur (bhadgaon), la ville des dévots, est sans conteste la cité royaume qui a gardé le plus de cachet. Les ruelles de ce musée à ciel ouvert conservent précieusement un parfum médiéval…. Par esprit d’indépendance plus que pas indolence, et contrairement à KTM et à Patan, elle a su résister au sirènes de la modernisation.
….Les plus beaux monuments de la cité datent, pour la plus part, de la fin du XVII sous le règne du roi Bhupatindra Malla. »

Je commence par « TAUMADHI SQUARE« 

Déjà, de bon matin, une ambiance authentique comme je les aime dans un décors hors du temps. C’est vrai, c’est un musée cette ville.

Sur la place, à ma droite le temple Bairabnath et sur ma gauche le temple Nyatapola, hallucinant !

« Haut de cinq étages et de 30m, il n’est pas seulement le plus élevé de la vallée de KTM, mais aussi l’un des plus parfaits exemples d’architecture religieuse népalaise. Il fut construit en 1702, il était d’une conception si élégante et sa construction si parfaite que le tremblement de terre de 1934 ne lui causa que des dégats mineurs. »

Jusqu’à 9hrs, les autorités autorisent les marchands ambulant mais après, faut faire place net pour les clichés touristique…

Apres cette mise en bouche, je me file chercher mon ptit dej habituelle, « chai » et autres.

Les gens sont vraiment très pieu ici, l’hindouisme se pratique puissance dix, d’ailleurs, des temples en veux tu en voila à chaque coin de rue. C’est tout du moins ce que je constate après quelques déambulation pédestre.

Vraiment unique, je suis sous le charme.

J’arrive sur Durbar Square, la place royale, qui n’est pas très loin de Taumadhi square.

« La durbar square de bhaktapur s’avère beaucoup plus grande et plus imposante que celle de KTM et moins surchargée de temples que celle de Patan »

Bon je ne vais pas te raconter toute les photos d’autant que ce compte rendu commence a être copieux de récits….

…..sauf une, les éléphants qui copulent à la missionnaire !

« une note d’humour des sculpteurs Newar sur un minuscule temple de Shiva et Parvati dont les étais sont ornés de sculptures érotiques. »

Dans la matinée, comme prévu je retourne à la guest, mon hote m’emmène voir un shop mais qui s’avérera négatif, je cherches un laptop de 10 pouces.

Dans la foulée, il m’explique ou est la rue qui m’intéresse sur la carte de katmandou et j’y go…au passage, je recommande la guesthouse ou je suis, les gars sont vraiment très serviable.

Quel contraste ! Bhaktapur la calme, Katmandou l’agité…j’ai passé deux heures a chercher dans cette artère les meilleurs plan, au final, c’est le même prix qu’en france (rien d’étonnant, mondialisation oblige) voir un peu plus chéros, spécial pour le touriste ? hum, avec en prime, window 7 ou 8 piraté ! Je laisse tomber, retour sur Bhakta.

Donc, en définitif, je vais essayer de jongler avec mon pc quand il fonctionne ou sinon j’irais dans un cyber café, en attendant la semaine prochaine lorsque je serais sur Bali. J’ai mon pote qui vit sur place, il connait quelques adresses fiable. A suivre.

(ce jour ou j’écris, 23/11, ce carnet de route, il est toujours dans le même état. Il a failli passer par la fenêtre mainte fois et j’ai eu pas mal de sueur froide quand au fait de perdre les photos de ces derniers jour. Ceci dit, je me suis aperçu qu’en pratiquant une pression au niveau du DD, oui j’ai tenté de le casser en deux ….sifle….il beuguait moins et l’accès au port USB se faisait une fois sur deux. Par contre il y a un fait nouveau, l’écran devient brouillé quand ça lui prend et il faut que je le redémarre quarante million de fois pour retrouver une pseudo stabilité)

Je continue ma visite dans ce lieu magique.

Des temples en veux tu en voila, ca n’arrete pas !

En fin d’aprem, lors de ma pause « chai », deux gars vraiment sympatoch me tiendront le bout de gras ou nous discuterons de tout et de rieng. merci guys !

Jeudi 20 Novembre 2014

je reste une nuit de plus et donc une journée de plus, qui mérite.



Levé de bonne heure ! ptit dej posé entre Durbar square et Taumadhi avant de reprendre mes découvertes.

Au hasard, je tombe sur ce groupe de femmes très amicale prenant le chaud à qui je demande la pose photo ? 

Puis sur Hanuman ghat, un vioc qui ne rechigne pas non plus la pose.

Quand je reviens sur Taumadhi, je passe devant le temple qui est super fréquenté. Les gens s’y arrêtent pour prier, ponctuellement ou plus longtemps.

J’assiste à un rassemblement inhabituel, des tambourins qui jouent, une chèvre.

Sur le coup, j’ai pensé qu’ils allaient demander la bénédiction pour la chèvre mais que néni ! Comme je fut surpris lorsqu’ils l’ont plaqué au sol, tête placé en face de la divinité, puis égorgement en règle, le sang à giclé sur la divinité…

Bref, chuis parti…. un sacrifice surement.

Je file sur « poterie place » , faite à l’ancienne avé le tourneur à pieds

Le programme du day sera ensuite d’aller visiter un temple de Changu Narayan qui est à 7 kms de Bhaktapur.

Mais avant cela, je m’arrête chez un shop mecanic, j’ai fait 1600kms depuis le 02 novembre et il est temps de faire la vidange, selon mon « renter bike ».

Puis je file vers le temple qui se trouve sur les hauteurs d’une colline. L’accès se fait aux abords d’un ptit village, tu traverses la rue principale qui monte, elle est bondé de boutiques à souvenirs, un belle entonnoir.

Ensuite, tu arrives dans une enceinte qui abrite le temple principal & cie. 

« l’édifice actuel, reconstruit apres un incendie, date de 1702 mais l’origine du temple remonte au IVsiècle. De nombreuses stèles et sculptures datent de l’époque Licchavi…. dédié a Vishnu sous son incarnation de Narayan…. »

Quand chuis arrivé, c’était un beau bronx car il y avait pas mal de touristes mais aussi des classes d’école et les mioches, tu sais, ça fait du bruit…mais ça pose aussi pour le fun.

J’ai attendu que le monde s’en aille jusqu’à  ce que le lieu devienne un endroit exceptionnel, 1hr heure aux calmes !

Puis return par la rue principal « traquenard » et ses boutiques a touristes.

En rentrant sur Bakthapur, il me reste 3heures a tuer avant la tombée de la nuit, j’ai envie de découvrir un peu plus la campagne environnante et c’est en roulant que je me retrouve à 30 kms, dans la foret des alpes, à Nagharkot.

Je n’y suis pas resté longtemps, ca caille ! 

Par contre, j’ai vu sur le book que c’est un bel endroit pour découvrir la chaine himalayenne … ouech ouech….sur le book alors. Décidément, heureusement que sur Pokhara, j’ai pu avoir ma dose sur la vue.

Pour finir cette journée et mon séjour dans cette fabuleuse cité, je repars sur Taumadhi square, pour les derniers shoot sous le soleil couchant avec cette note originale de touristes asiat venu faire leur photos de mariage.

voili voilou, il y aurait tant à dire sur cette ville…. je me suis régalé, un endroit à ne surtout pas manquer si tu viens au Népal.

Demaing, la dernière étape, Dhulikhel.

Allez, zouuuuuuuuuuu, la suite au prochaing épisode,

En attendant, portes toi bieng et à tres vite, tchuss 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *