« Mine de rien, mine de crayon » les stratagèmes de l’expérience…

Namaste !

Comment commencer ce carnet de route en ayant le teston encore enfumé de … Chimique ???!!! J’ai du mal à trouver mes mots pour cette feuille blanche. Heureusement, ça ne dure jamais longtemps…

T’explique vite fait l’enfumage. Je viens de passer un calvaire maladif sur 7 jours. A priori un coup de froid, excès de fièvre délirante…. J’y reviendrai au prochain carnet, pour l’heure, retour aux anciennes civilisations.

Jeudi 27 Décembre 2018

Jour de déménagement, le 20ème, Badami.

On m’avait dit, « le breakfast est comprit dans votre chambre mais cela débute à 7H30 »

Quand je me pointe à la salle de service, bien trop en avance, je demande juste un jus de chaussette ? Dans 10 Mn sir….. cool !

Tu parles, pourtant, je le savais que la notion du temps est différente dans certaine partie du monde, moi le ponctuel assidu, l’heure c’est l’heure ! 10, 20, 30m,…..bref, je perds 40 mn sur mon trajet, sans café mais quand même un peu tendu le zeb !

  

Puterelles ! La route ? Un panard, ça file sur du beurre…..youhou ! Avec un peu de confiture de figue, on n’est bon ! Je me permets des escales touristiques en prenant mon temps.

   

Ici, un fort, à l’intérieur un village « Qu’est y fait la lui ? »…

Puis un autre…

 

4h15 plus tard, je débarque dans ce que mon book appelle un village et tranquille ? Mouais ! Une vraie agglomération Indienne dans son jus avec le concert de klaxon incessant. (A sa solde, je reconnais qu’il date de 2010 et c’est Paule, une amie rencontré au club de plongée qui me l’avait gracieusement donné ou prêté, ch’ai plus, toujours est il que je suis conservateur. Merci encore si tu me lis.)

145 kilomètres de fizzzzzz soit une moyenne de 34,11 km/hr. Not too much mais les nombreuses pauses et les villages passés font que.

Je me dégote tant bien que mal une chambre dans ce capharnaum selon ma bourse, juste en face de la gare routière. 3150 roupies pour trois nuitées. Wifi, chambre spacieuse mais bouchons d’oreilles obligatoires.

Plus tard, petite déambulation en dehors du village vers un bassin d’ablution à sec avec son temple très fréquenté. L’occasion de penser a se restaurer d’une Dosa Massala.

Et sur le retour, pour une fois que je prends kékun en stop, je le shoot pardi. Un des nombreux mioches à la sortie d’une école… « oh oh oh ! Calmez vous, un seul »

Enfin pour clôturer cette journée, je m’attellerai a faire la balade que me préconise le book de 2010 sans aucune indication sur l’historique :

« ….avec un joli retour au bord du lac avec les habitations d’un blanc immaculé qui le bordent. Au retour vous verrez un bel édifice de style indo-islamique est le mausolée d’un sultant derrière lequel un escalier mène au lac. En chemin, un petit temple… »... sinon, il faudra comprendre en anglais un peu plus loin.

Petit tour pédestre sympathique avec un couché de soleil en prime. Quant au niveau d’eau du bassin artificiel, déplorable, on m’expliquera plus tard qu’il n’a pas flotté depuis 3 ans !

 

Une des grottes, au pic d’affluence !

   

Vendredi 28 Décembre 2018

Badami, Aihole et Pattadakal

« Durant 250 ans les dynasties des Chalukya, dont Badami était la capitale et des Pallava, situés eux à Kanchipuram (Je connais et compte y retourner en fin de séjour), dominèrent tous le sud de l’Inde. Leurs relations, pour le moins conflictuelles, favorisèrent plusieurs invasions mutuelles….les guerres ne tuent pas la créativité, bien au contraire….Les dynasties vont se succéder avec leurs particularités propres…. »  

Les grottes de Badami :

« Au flanc de la montagne….absolument remarquables, on en compte quatre toutes reliées par un escalier à flanc de rocher. Dédiés à Shiva, Vishnou et les Jain…. » Plus ? Click la ho !

« Quelques repères succincts :

  • du Vi è au IX è siècles : style Pallava (Mahabalipuram) et Chalukya (Aihole, Pattadakal)

  • De 850 à 1100 : style Chola (Tanjore)

  • De 1100 à 1350 : style Pandya

  • De 1350 à 1600 : style Vijayanagar (Hampi)

  • Du XVIIè s à nos jours : style Madurai. »

Sur cette liste, tous sont prévus au prog des etapes a venir sauf le style Pandya.

Comme sur Ellora & Ajanta, je ne vais pas faire un speach pour chaque temple, chaque grotte, ce serait trop long et comme je t’ai dis plus haut, j’ai encore la testass de poulpass dans le brouillard. C’est déjà bien d’arriver a tapoter sur mon clavier comme d’habitude, de façon sténo….ouais !

Si tu speak l’anglish prends le temps de lire le panneau descriptif, sinon la simple vision des photos te parlerons à condition bien sur d’aimer cet art car pour ma pomme, ce fut encore une étape extraordinaire.

La veille, tu connais mon pragma…., j’ai pris soins de demander régulièrement quelle était la meilleure heure pour venir visiter les quatre grottes ?

« 6Hr c’est l’ouverture sir, mais 7hr semble bien pour être au calme car après… »

Donc acte, une fois dépecé de 300 roupies, me voilà devant l’entrée de la première. Il va s’en dire que la visite va se faire toute en hauteur.

Pour le moment, le soleil n’est pas encore levé, je suis seul avec une palanquée de nana qui tchatchent trop pour moi de bon matin, je fuis.

La secondo :

Ici le famouze mausolée en contre bas puis la troisième.

Ah ! Un gardien ! Il fait un vent la haut, ça caille…et moi en tshirt ! pffff….

Un couple a pris la cadence. Direction la quatro !

Et la…..je les sentais arriver, vu la raisonnance que peuvent faire des mioches de classes scolaires le long d’une falaise. Ils sont la. En visite culturelle depuis une ville du bord de l’océan.

Je ne garderai que cette petite fille au traitement photo ainsi que la classe.

Pour la petite histoire véridique, j’aurais pu fuir dès l’envahissement de la grotte mais lorsque j’ai vu le look du petit chaperon rouge version Hindou, je ne pouvais manquer une composition.

J’ai du donc trouver un stratagème et quoi de mieux que de provoquer des mioches en bande, en manque de selfies ? Hum, trop facile ! Par effet domino se sont les filles, toujours plus réticentes sur ce point, qui ont voulu faire comme les garçons,

« Moi aussi moi aussi, photos photos »

Au final, je n’ai eu plus qu’a diriger « Tiens mets toi la, non non pas toi, voilà… » et hop, dans la boite. Je précise, sous l’oeil bienveillant des profs.

Je viens peut être de casser l’imagination de certain sur la prise de vue ?…Ceci symbolise simplement l’énorme pouvoir de la manipulation photographique de nos jours. Un sujet, une compo, un recadrage et bien souvent un coup de photoshop, les magazines maintreams connaissent très bien les usages quand il faut faire réagir l’opinion des bêêêêêêê à la demande….enfin, j’me comprends….

Au fait, pourquoi le Mahavira, qui n’est pas un Bouddha, est toujours debout à poil ? Tu click la ho !

Le soleil a bien percé sur le village et le lac ne va pas tarder a recevoir son du.

Jusque la, l’affluence était plutôt cool, il n’était que 8hr. Durant les quinze mns qui suivirent, une privatisation me sera offerte jusqu’à ce que mes oreilles perçoivent le flux migratoire d’énergie enfantine vers les cieux. Je laisse ma place avec gratitude de tant de beauté à 360 °. Nul doute que ces grottes reprendront leur quiétude qu’une fois la nuit tombée.

La, ce fut le prof avec son turban façon rajpoute en serviette éponge qui eut ma préférence et sans aucun stratagème.

Un fait nouveau dans le coin, « Scool pen sir ? Scool pen sir ? »

Je suis en train de me questionner concernant le dernier lot de fourniture scolaire, peut être devrais je le distiller à la demande ?

Direction le deuxième lieu de visite, Pattadakale, située à 30 bornes.

Mais avant, un village et le temple de Sri Mahakoota du V et VI è s. Gratuit car il est totalement actif.

Une fois l’entrée passée, on aborde un bassin d’ablution avec une série impressionnante de petits temples qui jouxtent. On y fait le tour, on observe mais on fait gaffe de ne pas trop déranger. C’est spirit !

Ici les filles procèdent au plus simple des rites pendant qu’a l’opposé les garçons se défrichent et ont droit à l’abondance, directement dans le bain.

A l’image de la vie quotidienne car ici, garçons & filles ne se mélangent jamais, surtout pas en public, surtout pas en groupe, depuis le début de l’éducation jusqu’au mariage et la fin même.

Développe zeb ?

Si peu, c’est un autre débat mais ce sont des prémices d’observations, sans critiques ni jugements. Observer, « analyser » etc, en voyage je n’ai que ça a foutre. Oh ! Je n’en fais pas une étude sociologique à mes heures, encore faudrait il en avoir les compétences, mais simplement qu’à force de vivre dans un pays, s’intéresser aux Us et coutumes de son hôte c’est donner avant tout le respect pour sa culture.

Concernant cette éducation, je pense que les codes ont tendance a bouger, génération technologique oblige mais les traditions ont la dent dur ! Ce n’est pas prêt de changer réellement.

Pourquoi parler de ça ?

Parce que j’avais envie de partager un sujet que j’observe plus globalement et depuis longtemps à travers mes voyages, la condition féminine hors de France. Je la connais !

Et dire qu’en France, avant 1965, les femmes devaient avoir l’autorisation écrite de leur mari pour gérer leurs biens, ouvrir un compte bancaire, exercer une profession ! Liste non exhaustive of corse.

Une société qui n est pas si éloigné de nos jours et qui me laisse toujours aussi pantois…Amen.

Plus tard, Pattadakal

« Situé à 29 km de Badami, ce village borde les rives de la..Ce fut aussi une des capitales Chalukya durant le VII è s ainsi qu’un site d’intronisation des princes (bin ma fois ! )..On y retrouve les deux formes architecturales religieuses caractéristique de l’art des Chalukya : l’une ou le sanctuaire est surmonté d’une série de pagodes carrées de plus en plus petites… » Plus ? Click la, ho !

Soulager de 600 roupies, j’entame mon tour de couillon ou j’ai bien compris que niveau fréquentation j’arrive beaucoup trop tard sur site au vu des nombreux bus scolaires garés à l’extérieur.

Pleine période de vacances, les établissements en profitent pour organiser pas mal de sorties culturelles afin d’éduquer un peu leur gosses ?

J’ai quelques fois pas mal de doute sur cette utopie, la majorité des mioches ne faisant que passer devant les sculptures, présentant un non intérêt flagrant. Ca chahutent dans tous les sens, ça crient même à l’intérieur des temples pour les plus jeunes et pour les teenager, ne pensant qu’à «Je selfie, donc je suis » ….. Evidemment, je fais tous pour éviter cette dernière catégorie, une demande qui finira de toute façon sur leur compte bigbrother.

Au cours de l’heure, j’arrive tout de même a avoir de rares moments en solo pour profiter de l’art. Jusqu’à ce que l’affluence de masse et le blond qui cogne velu ne me décident a quitter le lieu définitivement.

Intéressante visite, dommage tout de même sur l état des carvings extérieurs qui n’ont pas trop bien résisté au ravage du temps.

Pour finir cette journée, je file sur une partie du fort qui domine Badami avec ses renforts, ses temples et ses habitants.

Samedi 29 Décembre 2018

Deuxième jour, visite sur le troisième site, Aihole.

« Tout petit village, le site archéologique se révèle en fait très vaste , en tout, plus de 125 temples parmi les plus beaux de l’architecture médiévale hindoue… »

Je serai sur place beaucoup trop tard pour profiter du lieu tranquillement, la distance a parcourir pour rejoindre le site n’étant pas favorable (40 kms). Pour autant, c’est sans regret au vu des belles rencontres faites au cours du trajet.

Il y a effectivement des temples de partout dans ce village aux allures encore médiévales pour reprendre le terme, les principaux se trouvent juste en dehors.

600 roupies pour avoir le droit d’accéder à un ensemble dont le plus beau, celui de Durga :

« Construit en gré selon forme surprenante de fer à cheval, les niches des galeries recèlent de remarquables sculptures… » Plus ? Click la oh !

J’ai réussi mon tour de couillon dans celui ci mais comment dire, trouble de l’agoraphobie ou encore d Ochlophobie, s’abstenir.

Au cours de cette visite, j’observe enfin des mouvements studieux, ça fait plaiz….chut, ne pas déranger !

oh ! C’est votre patrimoine quand même !

Remarque, pause moi des questions sur les cathédrales de notre pays, je ne suis pas sur de pouvoir y répondre. Quand on te disait que l’école c’était important ptit con !

Ensuite, petite déambulation autour du village ou je trouve celui ci, rien que pour ma pomme.

Et un autre tieng !

Avant d’entamer le chemin du retour au village.

Oh ! Et celui la ?

La vu depuis mon hôtel sera moins jouissive que cette journée passée sous le signe de l’éclectisme artistique alors pour palier un petit tour au musée (la Déesse de la fertilité, tête de lotus), un dernier tour sur le lac….

Dimanche 30 Décembre 2018

Jour de déménagement, le 21ème, Hampi.

A peine 10 mn de route que je trouve un portrait…

Un autre stratagème…

Au début, il fut réticent quant à ma demande, j’acquiesce en souriant mais je ne lâche pas prise pour autant car je le sens sur la tangente. Question de feeling.

Je reste à ses côtés, sur le bord de la route en faisant mine de crayon, coup d’oeil sur la carte routière, scènes qui se déroulent autour.

En fin de compte, c’est sous l’influence du voisin que le sage en orange (Saddhu) change d’avis. Je ne sais ce qu’il lui à dit, toujours est il que mine de rien est prié de faire sa photo….olé ! Namasté !

Ci dessous, nul besoin d’arrangement, il a suffit de dégainer au bon moment tout en espérant que le résultat se rapproche de l’image rétinienne. Comme quoi, les photos se suivent mais l’histoire diffère totalement….je pourrai toutes les conter.

Le trajet sans anicroche à travers une campagne plus que paisible et sans trafic fut très bon. Je me pointe sur New Hampi en fin de matinée après 150 Kms, (moyenne de 31,57 km/hr) chez Vaibhau home stay.

Réservé sur le net pour 3000 balles les trois nuits, famille agréable, aux petits soins. La maison est au cœur de la vie locale, juste devant un champ de canne à sucre, au calme, reposant.

Le temps de souffler un peu et de prendre mes aises, je me prépare pour aller faire une balade avant la nuit, histoire de se remémorer un peu ma venu sur Hampi voilà quasiment 7 ans.

Sauf que, qu’est ce que je disais l’aut’ jour ? « Jamais deux sans trois ? Faudrait que c’la s’arrête ? Pliz ? »….. Sur quel sujet déjà ?

Allez, encore une crevaison de l’arrière !

Le quatrième coup de bol se passe devant mon logement, une première, il n’y a pas de hasard, tout a un sens.

Nous sommes dimanche, jour de repos, mon jeune hôte m’explique « big problèm » mais il me dit de patienter, il va voir si y a un truc d’ouvert sait on jamais ?

Il reviendra 20mn plus tard me demandant de le suivre avec le scoot. Heureusement, il reste encore un peu d’air dans le peuneu, ce qui me permettra de faire les 3 kms de distance. Sur place, je décide de faire remplacer la vieille monture qui m’en aura fait baver mais c’est dimanche et le gars n’est qu’un petit artisan sans stock…

Finalement, je récupère mon scoot 2 hrs plus tard.

Lundi 31 Décembre 2018

Hampi

« Ce sont essentiellement les rois Davaraya II puis Krishna Deva Raya qui donnèrent à la ville cette colossale étendue dans les années 1420/1520….Les voyageurs portugais ne manquèrent pas de décrire le faste de la citée à son zénith. L’or disaient ils, coulait à flot et quand Krishna Deva Raya, son plus célèbre empereur, revenait de guerre sur son éléphant de combat, il jetait des poignées de pierres précieuses à ses soldats vainqueurs »

Mais cette prospérité intéressa les musulmans du nord qui s’allièrent et vaincu l’armée de 100000 hommes de l’empereur Hindou. Le règne de la dynastie fut terminée, la cité mis à sac et petit à petit Hampi tomba dans l’oublie, la jungle.

Au XIX ème, ce sont les anglais qui redécouvrir la citée abandonnée mais ce sont surtout grace aux travaux d’un archéologue franchich (pierre Fillozat) et son épouse indienne, que le monde pris conscience des merveilles de la capitale oubliée. l’Unesco l’a inscrite au patrimoine mondial en 1987 »

Enfin, si tu en veux un peu plus clik la oh !

Sur ce premier jour, l’objectif étant de visiter au plus tôt les temples principaux, payants, avant que tu sais qui n’arrive en masse.

Aussi, je me retrouve devant l’entrée de la porte Vitthala il est 7hr30.

Mon hôte m’avait pourtant expliqué que ça ne semblait pas nécessaire d’y aller avant huit heure, pourquoi ?

Parce que tu es obligé de te garer sur le parking principal qui est situé à environ 2 kms du site. Ensuite, soit tu rejoins à pieds soit tu prends la navette électrique et celle ci ne démarre qu’à 8 hrs.

Ouais mais bon, tu connais pas Maguy ? …. et la gracieuse gentillesse des gardiens qui me laisseront rejoindre le temple avec le scoot. En Bonus, une gratuité de 600 roupies pour l’entrée. (ma fois….on va pas revenir sur le sujet)

« C’est le temple le plus raffiné et le plus spectaculaire de tout le site….le char est d’une conception si ingénieuse que les roues tournaient réellement…. »

 

Magnifique ! Une vraie régalade, un vrai bijou de précision. Au petit matin, au calme, moment privilégier. Je ne l’avais pas fait en 2012 et je me demande encore la raison ? Imbécile !

Pendant que je bouffe mon ptit déj Iddli, dont je découvre enfin la technique « sous vapeur », je te fais le speech sur le déroulement de la visite de l’ensemble des temples qui sont dispersés sur un secteur d’environ 30 km2 ! Une paille !

Trois possibilités de visite s’offrent à toi :

  1. Tu as les bons mollets et la bonne gourdasse de flotte ? Loue un vélo.

  2. Tu es feignant et la chaleur t’indispose ? Loue un tuktuk. De plus, le chauffeur est souvent de bon renseignement.

  3. Enfin Motard ? Loue un scoot…..bin quoi… 😛

Sauf que sur ce dernier point, les choses ont changés depuis 2012. L’Unesco ayant décidé d’intervenir sur l’évolution du site, a fait détruire une bonne partie de toutes les guesthouses qui étaient établis dans le village.

Elles sont désormais de l’autre côté de la rivière, sur Hampi Island, avec leurs lots de véhicules disponibles. Le seul hic étant les 30 bornes supplémentaires a se farcir pour rejoindre l’ensemble Unesco ….mais bon ? T’es motard, heing 😛

Non loin du Vitthala, il y a un temple actif dans les hauteurs, une vaste enceinte avec des moines inside :

J’enchaîne avec la deuxième partie payante, normalement comprise dans le ticket des 600 roupies (que je ne pas payé). Elle se trouve dans la ville royale, l’enceinte du Zenana.

« Qui était le quartier des femmes….dans l’enceinte le monument le plus gracieux est le pavillon à étage du Lotus Mahal. Réalisé dans un style indo-sarracénique qui associe des éléments hindous et islamiques….puis vient l’étable des éléphants, le roi, dit on, en possédait 800… »

Les heures passant, l’heure de pointe se faisant sentir j’irai visiter un autre temple en dehors des sentiers battus, dégun ! Sauf la gardienne.

Après coup, petit tour sur le village d’Hampi pour voir l’évolution au sol et plus, depuis une autre vue sur la colline qui accueille un autre ensemble de temple.

Mardi 01 Janvier 2019

Youhou, happy new year cher lecteur !

Qu’es t’as fait hier ?

  • Rien !

Oh ?

  • Bin ouais, je roule pas la nuit….

L’anecdote

Deux jeunes sont arrivés hier depuis la ville de Bengalore. Ils se sont farcis 330 bornes en moto pour venir faire la fête à Hampi.

La fête ? Mais Hampi est un lieu saint ! Pas d’alcool etc ?

  • Oui, mais sur Hampi island c’est différent, faut juste faire 30 bornes. (les fameuses…)

23H55, j’entends du mouvement dans la guesthouse, ce sont les deux gars qui sont rentrés. Mon hôte étant allé les chercher en galère.

Ils sont se sont mangés un sanglier qui traversait la route. En moto, ça ne pardonne pas mais heureusement pour eux, ils roulaient à faible allure avec casque. En revanche, les ptits de bobos auraient pu être évités avec un blouson et des gants…

Mon hôte qui me raconte toussa de bon matin,

Mais pourquoi n’ont ils pas pris la navette qui traverse la rivière ? (ce qui évite les 30 bornes mais la mob n’embarque pas)

Et de fil en aiguille, une petite discussion s’ouvre sur ce qu’est devenu Hampi depuis 2012, une vraie succursale de Goa. Les touristes de tous bords, restent sur Island et ne fond que « drink a lot & smok…. »

Je comprends mieux pourquoi, je n’ai que très peu croisé de blanc bec.

Sur ce, puisque je ne suis plus festif, du moins en solo, je continue mes découvertes.

En Inde, il est de bon augure de concevoir un Mandala, je n’ai plus le nom du style, devant sa porte d’entrée pour le jour de l’an. Tradition protectrice pour le reste de l’année. Du grand art pour certain. Ici, dans ma rue avec la « Scool pen Attitude »

Plus tard, le grand qui date du XIVe :

L’autre plus bas, « Narasimha, c’est le plus grand, (6,70M) et le plus célèbre des monolithes d’hampi. Cette divinités à tête de lion surmontée d’une belle tiare représente la quatrième incarnation de Vishnou… »

Puis je retourne dans un temple visité la veille ou je n’y suis resté que très peu, il était envahie de selfie. Selon mes prévisions matinales, je devrai y être plus serein…..m’enfin, de la à imaginer une privatisation ? Houhou.

« Hazara Rama, probablement un temple royal qui vaudrait à lui seule la visite…..à l’intérieur quatre piliers de pierre noire sculptés principalement de très beaux avatars de Vishnu, unique en indes selon des historiens. Mais surtout le temple doit son nom au superbe mur d’enceinte, entièrement sculpté à l’intérieur de scènes du Ramayana et à l’extérieur de scènes de la vie quotidienne. Exceptionnel !

J’enchaîne avec la visite spirit au village qui sera moins privative. Il faut se déchausser impérativement…Il est assez grand et encore en activité. Je me souviens de mon arrivé sur Hampi il y a 7 ans devant ce temple, je n’y étais pas rentré mais la ferveur qu’il s’y dégageait était hautement perceptible. Je découvris alors pour la première fois la piété des Hindouistes.

« Virupaksha, au cœur du minuscule village, le seul temple encore en activité. De l’aube au crépuscule, les pèlerins se pressent dans cet énormes sanctuaire construit au XVI ème S derrière un colossal Gopuram (tour pyramidale) aux neuf niveaux éblouissants de blancheur » (il est jaune now)

La dévotion énorme me sidère toujours autant, aucun mot ne me vient pour l’expliquer à travers ce blog. Je ne prendrai aucune photo inside hormis Hanuman, qui cette fois ci est bien réel au contraire de sa copine la vache qui est passée au Nandi spirit (cf carnet précédent si tu suis)

       

Au fond, l’embarcadère pour rejoindre l’autre rive et toutes les guesthouses, les fêtes…

Ici, une autre vue plongeante de toute l’allée qui rejoint le temple. Autrefois, quelques uns s’étaient installés dans les ruines antiques, il y avait des boutiques.

Je finis par me tailler du village en allant fouiner la campagne. Découvrir que l’eau ne manque pas dans la région et quand il y en a en abondance, on cultive le riz.

Sur ma route, je passerai devant le temple d’Hanuman, celui qui est perché la haut. Plus de 600 marches a gravir. La ferveur du lieu est telle que les autorités ont installé une ombrelle tout le long de l’ascension pour éviter les insolations.

Finalement, cette balade me mènera directement sur Hampi Island, ces fameuses 30 bornes, sont lot de guesthouses, de restaus, de boutiques et le tout aligné le long d’un chemin en vrac……Impinable ! Je suis bien mieux de l’autre côté, avec les locaux.

Je fini par une petite dernière en couleur sur le retour et un dernier couché du blond depuis home. Demain, déménagement vers la fin du trio magique ! Mais au prochain carnet car pour celui ci, le quota est atteint, that’s all !

Namasté

Le zeb

 

3 Comments

  1. Toto

    Tu as pas fini de nous faire maronner.
    Pendant ce temps nous on se gèle l’oignon
    Dégoûté de voir tes photos de ouf, et de te lire.
    Je t’embrasse ma Salette, fais gaffe à toi bisouilles.
    Toto la carcasse

  2. Esquiaou

    Tu vas trop vite, j’ai à peine fini de m’en mettre plein les yeux avec tes photos, que déjà arrive un nouveau carnet, mais c’est superbe. J’attends impatiemment les temples avec les sculptures qui montrent « the naughty bits » comme disaient les Monty Pythons, mais tu ne dois pas être dans le bon coin. Encore merci.
    Ici, il fait 20° à l’ombre au milieu de la journée, un hiver exceptionnel! virées en mer et moto…
    Happy New Year!

    J.

  3. eymard

    Salut Christophe .
    Je découvre ce jour à peine tes nouveaux récis !!!!
    Panne de inter nenette 🙁
    Comme quoi en Europe on est fragile avec le technologie …
    Ca réchauffe le corps tes photos et commantaires ,
    car ici en Provenc ce matin il fait – 2° à 10H30 ,
    tu pense bien que la moto est bien au chaud depuis plusieurs jours .
    Merci encore de nous faire partager tes aventures colorées .
    V
    :)hr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *