L’empire Khmer et ses prolongations territoriales…

Suasdai !

La suite….

Mardi 13 Décembre 2016

Si la veille, le temps n’était pas vraiment au beau fixe pour faire la balade autour d’Angkor, aujourd’hui, ça n’a pas l’air de s’arranger.

Je quitte Siem Reap pour le Centre du pays, la ville de Kompong Thom qui se situe à environ 150 kilo.

Après le kawak, je gaz sous un léger crachin.

8-Siem Reap-KampongThom150 DSC_4043 (Copier)-BorderMaker DSC_4044 (Copier)-BorderMaker DSC_4045 (Copier)-BorderMaker

Sur le trajet, je rencontre une ribambelle de vendeuse a «Krolan»

DSC_4052 (Copier)-BorderMaker DSC_4055 (Copier)-BorderMaker DSC_4056 (Copier)-BorderMaker DSC_4057 (Copier)-BorderMaker

Un mélange de riz gluant, haricots noir et noix de coco, cuit dans un morceau de bambou….j’adore !

 La recette  en image.

DSC_4089 (Copier)-BorderMaker DSC_4094 (Copier)-BorderMaker

Plus loin, je choperais une averse intermittente jusqu’à ce que j’arrive à destination en fin de matinée ou je me dégoterais la Guest house repéré sur internet, la bonne affaire.

DSC_4285 (Copier)-BorderMaker

7 dollars la chambre, avec balcon, frigo, teloch. Tous le confort et la propreté d’un 5 étoiles au Cambodge.

Ensuite, j’aurais juste le temps d’aller déjeuner avant de rentrer fissa sous un début d’averse que je croyais passagère mais qui s’avèrera définitive jusqu’au soir.

Ca m’arrange, j’ai un article a écrire.

Mercredi 14 Décembre 2016

Pourquoi venir a Kompong Thom ?

D’une part, elle est pile poil sur mon trajet, avant de remonter au nord mais elle a aussi l’avantage de n’être qu’a deux pas d’une ancienne cité pré-Angkorienne du VIIe siècle.

Sambor Prei Kuk

« Ensemble de monuments préangkoriens le plus imposant du Cambodge qui comprend plus d’une centaine de temples, essentiellement en brique, éparpillés dans la forêt….fut la capitale du Chenla durant le reigne du roi Isanavarman au début du VIIe, et demeura un important centre d’enseignement pendant la période angkorienne…..leur agencement –une tour cernée de sanctuaires, de bassins et de portes – pourrait avoir inspiré les architectes d’Angkor cinq siècles plus tard…. »

Ce matin, le temps a l’air d’être dégagé ? Normalement, c’est la saison sèche mais le dérèglement climatique sévit aussi dans cette partie du globe.

J’en profite pour tailler la route sur une distance totale de 30 kms depuis ma guesthouse pour arriver sur le site.

DSC_4102 (Copier)-BorderMaker DSC_4105 (Copier)-BorderMaker DSC_4195 (Copier)-BorderMaker DSC_4191 (Copier)-BorderMaker

L’entrée est de 3 dollars et pour ma pomme, possibilité de visiter le secteur en mob étant donné l’éloignement de certains temple dans la forêt.

Le premier ensemble qui jouxte la roue est en travaux de rénovation/reconstruction. Il est dédié à Gambhireshvara, l’un des nombreux avatars de Shiva.

DSC_4119 (Copier)-BorderMaker DSC_4126 (Copier)-BorderMaker DSC_4127 (Copier)-BorderMaker

A l’intérieur du principal monument, un énorme Yoni comble l’espace. (symboles féminins de la fertilité)

Sur les façades, on distingue encore, après 1400 années d’ancienneté, des gravures religieuses du lieu.

Pour le reste, je déambulerais dans la forêt en n’omettant pas de rester sur les sentiers car j’ai oui dire que des mines meurtrières seraient toujours enfouis….

DSC_4128 (Copier)-BorderMaker DSC_4130 (Copier)-BorderMaker DSC_4137 (Copier)-BorderMaker DSC_4141 (Copier)-BorderMaker DSC_4142 (Copier)-2-BorderMaker DSC_4147 (Copier)-BorderMaker DSC_4148 (Copier)-BorderMaker DSC_4151 (Copier)-BorderMaker DSC_4152 (Copier)-BorderMaker DSC_4169 (Copier)-BorderMaker DSC_4178 (Copier)-BorderMaker DSC_4188 (Copier)-BorderMaker

Je quitte le lieu en fin de matinée pour aller me restaurer et faire la petite vidange de la mob à la sauce jap’s. (enfin, je crois)…

DSC_4208 (Copier)-BorderMaker

…..avant d’aller me mettre à l’abris et d’attendre le passage de la douche.

Plus tard, malgré le temps exécrable je me rendrais sur le lieu de ma deuxième visite du jour :

Phnom Santuk

« Des effigies de bouddha et des pagodes parsèment les environs boisés de Phnom Santuk, la plus importante montagne sacrée de la région et un lieu de pèlerinage bouddhiste immensément populaire… Desservi par un escalier de 809 marches ou par une route de 2,5 km, cet extraordinaire ensemble de vat et de stupas domine la campagne alentour…. »

DSC_4214 (Copier)-BorderMaker DSC_4224 (Copier)-BorderMaker

Un trajet de 15 kilo me faisant passer devant un village réputé pour ses tailleurs de pierre.

DSC_4225 (Copier)-BorderMaker DSC_4226 (Copier)-BorderMaker DSC_4229 (Copier)-BorderMaker DSC_4230 (Copier)-BorderMaker

Arrivé en haut, par la route qui grimpe copieusement sur un revêtement plus que douteux , je découvre l’ensemble des temples récents et les sculptures que relate le guide.

« Juste au-dessous du sommet, côté sud, plusieurs bouddha couchés ont été sculptés dans le roc au fil des siècles ou récemment réalisés en ciment. »

DSC_4234 (Copier)-BorderMaker DSC_4238 (Copier)-BorderMaker DSC_4242 (Copier)-BorderMaker DSC_4245 (Copier)-BorderMaker DSC_4252 (Copier)-BorderMaker DSC_4255 (Copier)-BorderMaker DSC_4256 (Copier)-BorderMaker DSC_4259 (Copier)-BorderMaker

Anecdote

J’avais laissé un morceau de brioche dans un sac, accroché à la bécassine. Lorsque je reviens pour la chevaucher, à la fin de la visite, mon desert sucré a disparu…

L’endroit est cafit de figue molle !  (primate)

Sur la descente, je m’arrête à mi chemin pour admirer l’horizon…

DSC_4263 (Copier)-BorderMaker DSC_4274 (Copier)-BorderMaker DSC_4275 (Copier)-3-BorderMaker DSC_4277 (Copier)-BorderMaker

Les nuages pluvieux étant bipolaire, je n’ai eu le temps de sortir du site qu’il a fallu me mettre à couvert rapidement pour éviter le mini déluge.

Plus loin, il n’a pas plu d’un iota mais l’horizon qui m’emmène droit à la maison m’obligera a m’équiper définitivement du poncho kway.

DSC_4279 (Copier)-BorderMaker DSC_4283 (Copier)-BorderMaker

Jeudi 15 décembre 2016

Bon, c’est pas que, la pluie, ça va un moment mais si c’est pour rester cloitrer la journée, il vaut mieux que je continue ma vie de nomade en poursuivant mes objectifs de route.

Car ce matin, rebelotte et dix de der, comme dirait mister Cabrel : « et ça continue encore et encore… »

DSC_4289 (Copier)-BorderMaker

Trajet du jour : 200 kilometre pour rallier la ville de Kratie, l’avant derniere étape de ce road trip Cambodgien.

Il faudra que j’attende une heure avant que le déluge matinal ne me laisse une fenêtre d’accalmie et que la route inondée s’évacue un peu.

9-KampongThom-Kratie200 DSC_4290 (Copier)-BorderMaker

Un répit temporaire, juste le temps pour me laisser charger la bécassine, enfiler mon vetement de pluie, faire la photo traditionnel d’avant départ et hop, gaz durant une quarantaine de kilometre sous la flotte.

Le reste du trajet se fera finalement au sec.

DSC_4292 (Copier)-BorderMaker DSC_4299 (Copier)-BorderMaker DSC_4304 (Copier)-BorderMaker DSC_4311 (Copier)-BorderMaker DSC_4314 (Copier)-BorderMaker DSC_4316 (Copier)-BorderMaker

A Steung Trong, je prendrais le ferry boat pour traverser le Mékong avec une légère angoisse. Connaissant les embarcadères de la région, j’avais la hantise de me retrouver sur un accès boueux et glissant (souvenir vietnamien), autant pour rejoindre le bateau que pour le quitter de l’autre côté. Cela n’a pas été le cas puisque la terre était plutôt bien damée.

DSC_4330 (Copier)-BorderMaker DSC_4334 (Copier)-BorderMaker DSC_4338 (Copier)-BorderMaker DSC_4341 (Copier)-BorderMaker DSC_4344 (Copier)-BorderMaker

Cela dit, il y a la possibilité d’emprunter un autre itinéraire, plus au sud, sur la ville de Kampong Cham qui possède un pont enjambant le fleuve.

Plus simple mais qui m’aurait rajouté 70 bornes de plus et 1hr30 de trajet alors que la, c’était quand même bcp plus fun malgré la petite angoisse…

DSC_4359 (Copier)-BorderMaker DSC_4362 (Copier)-BorderMaker DSC_4363 (Copier)-BorderMaker

J’arriverais à Kratie en début d’après midi ou je descendrais à la Guest house

DSC_4435 (Copier)-BorderMaker

7 dollars la chambre basic, sdb…. Typé root.

Au moment ou je ressorts, la pluie se re-pointe. Ca aurait pu m’agacer mais non, au contraire, je l’en remercie de m’avoir laissé tranquille durant les deux tiers de mon voyage matinal.

DSC_4364 (Copier)-BorderMaker

J’irais prendre la température de la ville un peu plus tard.

DSC_4366 (Copier)-BorderMaker DSC_4367 (Copier)-BorderMaker

Vendredi 16 Décembre 2016 

On prend les mêmes et on recommence. Rituel désormais classique depuis Mardi.

Matin, ciel semi dégagé….

DSC_4368 (Copier)-BorderMaker

Kratie

« Magnifiquement située au bord du Mékong, Kratie possède de longues berges depuis lesquelles on peut admirer les plus beaux couchers du soleil du Cambodge. C’est aussi l’endroit privilégié pour observer les dauphins de l’Irrawaddy, dont le nombre ne cesse de décroître dans le Mékong, la ville affiche un riche héritage architectural… »

Pour le coucher de soleil, je crois qu’ici je vais pouvoir me gratter et pour les dauphins, hum….je connais trop bien ces excursions qui te font miroiter et payer un max pour arriver au final  « je n’ai rien vu »

Je ne suis toujours pas devenu « Rothschild », je préfère garder mes sousous pour faire autre chose, le financement de mon prochain visa par exemple, que d’une approximative aléatoire.

Néanmoins, si ton budget le permet, il y a aussi la possibilité d’aller faire du kayak pour aller les voir.

Bref, je m’en vais fouiner sur la route « tape-fion » qui longe le fleuve en direction du nord auquel je rebrousserais chemin 20 kms plus loin car d’une part, je n’arrive pas a trouver l’inspiration photographique et d’autre part, l’horizon nuageuse ne m’incite guère la poursuite.

DSC_4369 (Copier)-BorderMaker DSC_4370 (Copier)-BorderMaker DSC_4377 (Copier)-BorderMaker DSC_4381 (Copier)-BorderMaker DSC_4384 (Copier)-BorderMaker DSC_4387 (Copier)-BorderMaker DSC_4388 (Copier)-BorderMaker DSC_4394 (Copier)-BorderMaker

Le temps que je revienne, on prend les mêmes…..durant tout l’apres midi bloqué at home.

DSC_4419 (Copier)-BorderMaker

Samedi 17 Décembre 2016

Haaaaaaaaaaaaaalélouya ! La météo sur le net ne s’est pas trompé, enfin du soleil plein fer !

DSC_4437 (Copier)-BorderMaker

Apres le kawak, je profiterais vite fait du soleil avant qu’il ne se barre ? Sait-on jamais.

Dans un premier temps, je prendrais la route N7 voir si je trouve de quoi shooter ?

DSC_4440 (Copier)-BorderMaker DSC_4460 (Copier)-BorderMaker DSC_4462 (Copier)-BorderMaker DSC_4466 (Copier)-BorderMaker DSC_4480 (Copier)-BorderMaker DSC_4486 (Copier)-BorderMaker

Et mis à part les ébénistes locaux, je rebrousse la aussi mon chemin pour me diriger de l’autre coté, plus au sud cette fois, du coté des villages traditionnels de la minorité Cham (Musulman), le long du Mékong.

La culture du maîs y est prépondérante dans le secteur.

DSC_4490 (Copier)-BorderMaker DSC_4494 (Copier)-BorderMaker DSC_4496 (Copier)-BorderMaker DSC_4500 (Copier)-BorderMaker DSC_4521 (Copier)-BorderMaker DSC_4524 (Copier)-BorderMaker DSC_4528 (Copier)-BorderMaker DSC_4533 (Copier)-BorderMaker DSC_4534 (Copier)-BorderMaker DSC_4566 (Copier)-BorderMaker DSC_4578 (Copier)-BorderMaker DSC_4588 (Copier)-BorderMaker DSC_4594 (Copier)-BorderMaker DSC_4604 (Copier)-BorderMaker

Fin de journée avec un constat flagrant sur ce séjour à Kratie, je n’ai eu aucun feeling et que peu d’inspiration photographique…..maaaaaaaafois !

Dimanche 18 Décembre 2016

Le guide en fait tellement de baratin sur Kratie que finalement, cela m’a plutôt déçu et si ce n’est le fait que j’ai perdu une journée a cause de la pluie, je serais parti plus tot.

Mauvais feeling.

Ce matin, je quitte ce lieu pour continuer vers le nord, vers Stun Treng, la dernière ville étape avant de rejoindre la frontière du Laos.

10-Kratie-StoengTreng150 DSC_4621 (Copier)-BorderMaker DSC_4623 (Copier)-BorderMaker

Un itinéraire de 150 kilo de ligne de droite et j’ai envie de dire, com’ d’hab !

Rouler au Cambodge pour un motard n’est pas vraiment ce qu’il y a de mieux en terme de sensation, c’est en général un pays plat. Les trajets entre chaque ville sont rébarbatif puisque ce sont des lignes droites continues, alors quand tu roules à 50 kms de moyenne…..c’est long, mais c’est long….tu peux pas t’imaginer.

Je préfère de loin me trainer la bite dans les montagnes.

DSC_4624 (Copier)-BorderMaker DSC_4632 (Copier)-BorderMaker DSC_4638 (Copier)-BorderMaker

3 heures plus tard, me voila en train de chercher une guest house, toujours pareil, repéré sur le net la veille.

DSC_4844 (Copier)-BorderMaker

Totalement à l’écart du centre ville (mieux vaut être motorisé), une bonne affaire, surtout comparé à mon logement de Kratie. Des chambres aménagées en forme de U sur un terrain, 8 dollars avec fan, sdb, wifi, au calme et confortable.

Stun Treng

« la ville est située sur les berges du Tonlé San qui rejoint le puissant Mékong à la lisière de la ville. Cité paisible sans grand attrait, elle est traversée par un important trafic routier, vers le Laos, entre autre. »

Question feeling, bizarrement, je préfère ce lieu…

DSC_4642 (Copier)-BorderMaker DSC_4645 (Copier)-BorderMaker DSC_4648 (Copier)-BorderMaker DSC_4652 (Copier)-BorderMaker

Depuis cette ville, il y a des excursions à la journée pour aller observer les dauphins et faire du kayak près de la frontière laotienne.

Sinon, que faire ici ?

Rien de chez rien, surtout au niveau culturel mais de toute façon, je suis en stand by, j’attends mon heure….

En fait, que je t’explique.

J’aurais aimé partir visiter les montagnes de la province du Ratanakiri, plus a l’Est du pays, mais les trajets s’avérant long et au vu du temps qu’il me reste pour atteindre la limite de mon visa, j’ai préféré m’abstenir.

De fait, j’ai géré mon temps sur les deux cités (Kratie et Stun Treng) avant de quitter le pays.

Comme les jours précédents mon départ du Vietnam, il y a un peu plus de 3 semaines, j’appréhende, sans m’en rendre compte, le passage de la frontière du Laos.

Passera passera pas ? Avec la bécassine…

Dernièrement, la mob a atteint le cap des 6000 kilo depuis que j’ai quitté Hanoi. Le passage au Laos est la dernière porte incertaine a franchir. Celle du Vietnam, synonyme de fin du voyage, sera normalement une formalité puisque la mob est originaire.

Ca me ferait vraiment kaguer de ne pas pouvoir passer chez les Lao, je veux finaliser la boucle  ! oh !

Bref, j’irais visiter un peu les lieux avant de tomber sur un spot « bon plan relax » le long du fleuve pour siroter un café glacé XXL, des fois que mon niveau de stress ne soit pas assez élevé ! Enfin, j’me comprends !

DSC_4653 (Copier)-BorderMaker DSC_4667 (Copier)-BorderMaker DSC_4668 (Copier)-BorderMaker DSC_4672 (Copier)-BorderMaker DSC_4673 (Copier)-BorderMaker DSC_4678 (Copier)-BorderMaker DSC_4711 (Copier)-2-BorderMaker DSC_4723 (Copier)-BorderMaker DSC_4728 (Copier)-BorderMaker DSC_4731 (Copier)-BorderMaker

Pour terminer cette journée, un peu plus loin, depuis le pont qui relie la direction du Laos, couché du blond sur le Mékong.

DSC_4689 (Copier)-BorderMaker

Lundi 19 décembre 2016

Pas grand-chose de prévu, le fameux stand by J-1.

Petite prise de température sur l’énorme marché matinal de la place centrale.

DSC_4737 (Copier)-BorderMaker DSC_4738 (Copier)-BorderMaker DSC_4739 (Copier)-BorderMaker DSC_4742 (Copier)-BorderMaker DSC_4752 (Copier)-3-BorderMaker DSC_4756 (Copier)-BorderMaker

Les gens venus des alentours, en moto, en voiture et en barque depuis la berge et les canaux qui font face à la ville.

DSC_4757 (Copier)-BorderMaker DSC_4764 (Copier)-BorderMaker DSC_4773 (Copier)-BorderMaker DSC_4775 (Copier)-BorderMaker DSC_4780 (Copier)-BorderMaker DSC_4791 (Copier)-3-BorderMaker DSC_4798 (Copier)-BorderMaker

Ici, le nouveau pont qui relie la ville de Préa Vihar, qui était auparavant totalement isolé du pays ainsi que son temple du même nom.

DSC_4782 (Copier)-BorderMaker DSC_4786 (Copier)-BorderMaker

Celui-ci qui a fait et fait toujours conflit entre le pays et la Thailande, ce dernier revendiquant la propriété alors qu’il est en territoire Cambodgien. Pourtant, en 2013, le tribunal international de Lahay confirma à nouveau le jugement de 1962 établissant la nationalité Cambodgienne du temple….

Wikipedia

Pour revenir sur le pont, il a aussi raccourci les distances entre le Laos et la ville de Siem Reap.

Le fouinage du centre ville et alentours étant arrivés au terme, je continuerais mes déambulations hasardeuse en allant sur l’autre rive.

DSC_4801 (Copier)-2-BorderMaker DSC_4809 (Copier)-BorderMaker DSC_4813 (Copier)-BorderMaker DSC_4825 (Copier)-BorderMaker DSC_4827 (Copier)-BorderMaker

Je n’y trouverais que dalle d’intéressant et c’est en revenant sur mes pas, en faisant un petit crochet sur une piste, que je tomberais sur une fabrique de brique avec baraquements des ouvriers.

Fin de journée, une dernière petite vidange Cambodgienne pour mon fidèle destrier…. la cinquième au pays et contrairement aux déboires du Vietnam, aucun ennuie majeur a déplorer.

DSC_4837 (Copier)-BorderMaker DSC_4842 (Copier)-BorderMaker

Mardi 20 Décembre 2016

Jour J, Mon deuxième passage de frontière.

Je quitte la guest house et la ville vers 8hrs pour un trajet de 70 kilometre ou je pense arriver vers 9hr30.

1-StunTreng-DonKhong108 DSC_4843 (Copier)-BorderMaker

Je ne sais pas à quelle sauce les gars de l’immigration de part et d’autre vont me bouffer, alors autant y aller tôt, au moment ou ils seront repus de leur petit déjeuner.

La route, pourrit sur pas mal de tronçon, ne m’empêchera pas d’avoir eu un bon rythme, je suis sur place, il est 9h15.

DSC_4847 (Copier)-BorderMaker DSC_4854 (Copier)-BorderMaker DSC_4858 (Copier)-BorderMaker DSC_4863 (Copier)-BorderMaker

Dernière petite photo du pays avant et devant son poste de frontière qui cloture 3000 kilometre de route au Kampuchéa.

DSC_4865 (Copier)-BorderMaker 20161220_091707-BorderMaker tracetpays

J’ai lu certain écrits de voyageur qui relatent une corruption active sur ce poste, faisant payer 1 dollar pour le tampon de sortie ?

Je gare la mob devant l’entrée du bureau, il ne me sera posé aucune question qui l’a concerne et aucun « frais de tampon ».

Puis je file a la frontière du Laos, à deux cent mètre de la, ou je ne prendrais pas de photos.

Le 1er round passé, qu’en est il du second ? Pour illustrer mon récit, j’ai recup une tof sur le web du poste de frontière Laotien.

cambodge,laos border terrestre

Quand j’arrive devant la première barrière, les gars me font signe de me rendre sur le coté gauche de la « gate », ci dessus (ce qui s’avérera être la bonne affaire)

Je gare la brêle et rentre dans le batiment en pensant tomber sur les types de l’immigration ? Que dalle ! Il n’y a que des portes closes. En fait, je suis à l’arrière des guichets « sortie du territoire »  !

Les autres guichets qui me concerne, sont à l’opposé ! Tu suis ?  Il fallait aller sur le coté droit de la « gate »….mouarf !

Du coup, je comprends très vite que personne ne verra ma bécane en la laissant sur cette partie de l’édifice. 

Une fois les papiers remplies, 30 dollars pour le visa + 1 dollar de « fee » (c’est affiché sur la vitre, certainement pour le café ou la bière ? )

On me dit d’attendre 5 minutes devant l’autre bureau.

Le gars m’appel et commence a me faire la conversation : et tu vas ou ? et que vas-tu faire ? et qu’est il arrivé à Maguy ?

«Elle a explosé a l’armée, une bombe !»

(Dans le genre mytho, ya pas mieux ! Beaucoup me prennent pour un militaire alors parfois, l’occasion d’en jouer est trop belle, comme ici présent…..lol)

En fait, il me l’a fait a l’envers pour m’annoncer qu’il y a 2 dollars en sus pour des frais de chez plus quoi ! (Corruption or not be)

Bien sur, la aussi, il est dans ton droit de ne pas payer mais pour ma pomme, il me faut faire profil bas et ne pas faire de vague, le passage de la brêle étant ma priorité.

Finalement, ce poste de frontière qui paraissait  archi corrompu ne l’est pas plus que celui de Ha Tien, au sud du Cambodge. Te souviens-tu des 5 dollars que j’ai payé en plus du visa ?

Pour le coup, j’économise 2 dollars puisque la note final des pourboires sera de 3 dollars.

Pour revenir sur les histoires de certains internaute « révolutionnaire » que j’ai lu de ci de la, du genre :

« Non, je ne participe pas a cette corruption, je ne payerais pas quitte a planter la tente ! Et ce n’est pas en payant que vous arriverez a faire cesser ce racket organisé (s’adressant aux autres voyageurs) » et gna gna gna

2 dollars pour un pourboire, franchement, ce n’est pas la mer a boire. Si j’étais a leur place (douanier rousseau) avec un salaire de 200 ou 300 dollars par mois, que je voyais défiler chaque jour tous ces touristes plein de pognon, en tous cas, ayant un bien meilleur pouvoir d’achat que le mien, j’en ferais de même !

Pour finir brièvement, ce sont ces mêmes donneur de leçons qui te dictent une morale, qui, une fois revenus en Europe, votent et élisent blanche neige aux pays des merveilles ! Une fois a gauche, une fois a droite, ad vitam aeternam ! Et le pire, est qu’ils croient dur comme fer qu’ ils sont en démocratie……pendant ce temps, blanche neige, alice, mickey et consorts se fendent la poire et se prennent du gras double à chaque mandat électoral…..Vive la démocratie ! Tu parles d’une foutaise….allez vous garer bande de naze !

Mais revenons….euh …

Le douanier Rousseau tout souriant, revenant avec ma monnaie sur 10 dol, m’invitera a continuer ma route au pays avec un welcome des plus cordiale …..mouarf !

Dernier round, le passage de la barrière de sortie.

Il n’y en a pas ! En revanche, durant les 5 minutes d attente j’ai eu le temps d’observer le manège au loin et j’y ai vu un bonhomme en uniforme qui contrôle sec.

Je retourne discrètement à la brêle, qui est bien cachée, en ne voyant pas le gars au loin « il est ou ce … ? « 

Merci ma bonne étoile ! 

Je ne lâcherais pas la tension du câble d’accélérateur jusqu’à ce que j’arrive a destination, 30 kilo plus loin, de peur que l’ont me rattrape pour me dire :

«Mister, votre moto n’est pas autorisée sur notre territoire ! »

Ici, la première photo  chez les Laos devant un temple et l’énorme bouddha qui domine une colline et l’horizon. (il n’y avait pas d’accès routier pour y monter)

DSC_4867 (Copier)-BorderMaker DSC_4868 (Copier)-BorderMaker

Quelques kilomètre plus tard, je rejoindrais l’île de Don Khong, faisant partie du territoire des « 4000 îles » de Si phan don ou je me dirigerais droit sur un de ses petits bourgs, Muang Khong, qui rassemble toutes les guesthouses insulaire.

Apres ma deuxième tentative, je déposerais mes bagages chez la Souksabai guesthouse.

DSC_4872 (Copier)-BorderMaker DSC_4873 (Copier)-BorderMaker DSC_4923 (Copier)-BorderMaker

50000 Kip (monnaie Lao) soit 6 dollars la chambre, fan, wifi.

Je n’en reviens pas de cette matinée qui se sera passé comme une lettre à la poste, j’ai tellement lu d’histoire différente sur le passage en bécane, allant du très compliqué pour certain, a l’opposé pour d’autre.

Le reste de la journée, j’irais me balader sur une partie de l’ile, et commencer a m’acclimater à ce pays qui ne m’est pas inconnu.

DSC_4874 (Copier)-BorderMaker DSC_4882 (Copier)-BorderMaker DSC_4894 (Copier)-BorderMaker DSC_4896 (Copier)-BorderMaker DSC_4902 (Copier)-BorderMaker

Mercredi 21 Décembre 2016

Mon premier séjour au Laos remonte à Décembre 2010. Il s’était déroulé sur quelques jours à Ventiane, la capitale, puis sur Viang  Vieng, un peu plus au nord et pour finir tout au sud du pays, sur Paksé et donc, « les 4000 milles iles » .

De paksé, j’avais loué une brêle pour d’une part visiter les alentours (Champassak et le Vat Phu, le plateau des Boloven) et pour partir sur un séjour un peu plus au sud, sur l’ile de Don Khong, pour sa tranquillité authentique, plutôt que les iles de Don Det, réputé pour les fetards.

Je me retrouve 6 ans plus tard au même endroit ou le calme de l’endroit qui m’avait bien plu. Ca en est même déconcertant surtout quand je repense au Vietnam et son capharnaum klaxonisant. Un ambiance totalement « Iliène »

Don Khong

« La vie s’écoule paisiblement sur l’ile, au rythme nonchalant du Mékong. C’est un lieu agréable ou passer un jour ou deux….elle mesure 18km de long sur 8…. »

Rien n’a changé ou presque, d’abord l’accès direct grace au pont qui n’existait pas, il fallait emprunter une barge, puis les routes ou je n’ai pas le souvenir d’un tel état catastrophique.

Le pont étant un avantage indéniable et plus rapide pour relier le continent, ce jour, je décide de repartir en direction de la frontière, une 20aine de bornes avant de bifurquer pour l’ile de Don Det.

J’y etais allé lors d’une excursion à la journée, en boat, depuis Don Khong mais pour cette fois, j’aimerais y circuler en mob.

Pour ce faire, étant donné qu’il n’y a pas de pont, il faut embarquer sur un « ferry » (deux barques accolé qui supportent une plateforme) qui attend le client sur la berge.

Lorsque j’arrive sur place, il y  en a une qui est en train de débarquer deux motos, j’observe le manège pour voir la faisabilité que je déclinerais….trop casse gueule pour moi et Maguy.

DSC_4926 (Copier)-2-BorderMaker DSC_4930 (Copier)-3-BorderMaker DSC_4932 (Copier)-BorderMaker DSC_4933 (Copier)-BorderMaker

Tant pis, je ne ferais pas Don Det et Don Khone.

« La plupart des voyageurs qui se rendent à Si Phan Don échouent sur ces deux iles jumelles…..bien sur ces iles recèlent bien d’autres attraits que la fête lorsque l’on se dirige vers le sud pour rejoindre forêts, rizières, plages, les fameuses cascades et les dauphins de l’Irrawaddy qui s’amusent ».

Pas grave, j’irais passer la journée a fouiner le long de la berge en direction de mon lieu de villégiature.

DSC_4936 (Copier)-BorderMaker DSC_4942 (Copier)-2-BorderMaker DSC_4949 (Copier)-BorderMaker DSC_4950 (Copier)-BorderMaker DSC_4952 (Copier)-BorderMaker DSC_4953 (Copier)-BorderMaker DSC_4956 (Copier)-BorderMaker DSC_4958 (Copier)-BorderMaker DSC_4961 (Copier)-BorderMaker DSC_4967 (Copier)-2-BorderMaker DSC_4970 (Copier)-BorderMaker DSC_4973 (Copier)-BorderMaker DSC_4974 (Copier)-BorderMaker DSC_4975 (Copier)-BorderMaker DSC_4986 (Copier)-2-BorderMaker DSC_4989 (Copier)-4-BorderMaker

Dans l’après midi, j’entreprendrais une autre balade de taille, le tour de mon ile…

DSC_4997 (Copier)-BorderMaker DSC_5003 (Copier)-BorderMaker DSC_5009 (Copier)-BorderMaker DSC_5011 (Copier)-BorderMaker DSC_5013 (Copier)-2-BorderMaker

…qui s’avérera être vraiment fatigante pour mes fesses, de part l’état de « mine » que la route subit. Elle manque clairement d’entretien et avec les années qui passent, de ce qui pouvait n’être qu’un nid de poule s’est vite transformé en nid d’autruche. C’est gymkhana a toute les sauces durant une trentaine de kilo.

Ici, le chargement de riz.

DSC_5021 (Copier)-BorderMaker DSC_5023 (Copier)-BorderMaker

Un gars m’interpelle dans l’assemblée et me demande de rester pour discuter, why not ?

Aussi, j’en serais plus sur la culture du riz au Laos et pour ce chargement. Une fois par an, il vient récupérer la marchandise que les fermiers alentour auront cultivé sans pesticide, culture totalement bio selon ses dires. Une marchandise qui est destiné a l’exportation vers l’Allemagne.

Il m’expliquera que cultiver une fois par an le riz sans engrais, ni pesticide est totalement sain pour la terre nourricière …..tu m’étonnes ! Rien a voir avec les voisins de la région Asiat, qui pratiquent l’agriculture intensive sans parler de nous autres, occidentaux, qui asséchont les ressources….jusqu’a quand ?

Jeudi 22 Décembre 2016

Bonne entrée en matière que ce petit séjour sur Don Khong, vraiment, m’enfin, deux nuits suffisent après, comment dire…..c’est trop calme….

Cela dit, elles m’auront permis d’établir globalement mon plan de route pour le Laos, qui bien sur, sera succeptible de changer suivant l’évolution de mes envies.

Je quitte l’endroit de bonne heure pour rejoindre Champassak, à 120 kilo d’ici.

2-DonKhong-Champassak114 DSC_5027 (Copier)-BorderMaker DSC_5029 (Copier)-BorderMaker DSC_5032 (Copier)-BorderMaker DSC_5035 (Copier)-BorderMaker

Le paradoxe du jour

J’ai quitté l’ile en traversant un pont qui enjambe le Mékong et lorsque j’arrive a proximité de ma destination finale,  je dois retraverser le fleuve pour rejoindre l’autre rive. Il n’y a pas de pont, le seul se trouvant à 30 kms plus au nord, à Paksé.

Pour ce faire, je m’attends a passer ce cap sur un ferry, qui à la capacité d’embarquer des bagnoles, comme tu peux voir sur cette tof  ci dessous, c’est tout du moins ceux que j’avais emprunté lors de mon passage en 2010.

DSC_5037 (Copier)-BorderMaker

Finalement, je n’aurais pas d’autre choix que de louer les services d’un autre genre de ferry ou je laisserais faire à la manœuvre mon captain temporaire.

DSC_5040 (Copier)-BorderMaker DSC_5041 (Copier)-BorderMaker DSC_5046 (Copier)-BorderMaker DSC_5051 (Copier)-BorderMaker DSC_5053 (Copier)-BorderMaker

Champassak, un petit bourg bien sympathique ou je me dégoterais une petite guesthouse à prix d’ami (6 dollars la nuit) dans un cadre tout autant sympathique qui me poussera a remettre en question mes projets.

DSC_5407 (Copier)-BorderMaker

En effet (ça fait très bcbg), j’avais pensé visiter le site « patrimoine mondial » majeur du coin durant l’après-midi et reprendre la route au lendemain. Mais après tout, vu l’aspect tranquille du bourg, mon logement, le feeling, pourquoi ne pas repousser ma visite au lendemain matin ? A la fraiche ? D’autant que je sais qu’elle ne va pas être de tout repos….

Tia compris zè ! Les voyages en solo permettent d’évoluer en permanence selon ses envies entre le neurone du coté gauche et celui du coté…….ah bin non, y’en a plus.

Le reste de la journée se passera a découvrir l’environnement….

DSC_5057 (Copier)-BorderMaker DSC_5058 (Copier)-BorderMaker DSC_5072 (Copier)-BorderMaker DSC_5080 (Copier)-BorderMaker DSC_5114 (Copier)-2-BorderMaker DSC_5089 (Copier)-BorderMaker DSC_5098 (Copier)-BorderMaker DSC_5099 (Copier)-BorderMaker

…. un temple Angkorien, à proximité du « majeur »,  le Ho Nang Sida.

DSC_5100 (Copier)-BorderMaker DSC_5104 (Copier)-BorderMaker DSC_5105 (Copier)-BorderMaker DSC_5107 (Copier)-BorderMaker

« Il date sans doute du début du Xe et aurait été le sanctuaire d’une autre cité antique »

Plus tard, plus récent, le Vat Muang Kang.

« A quelques 5 km au sud de Champassak, au bord du Mékong….l’étonnant haw tai, (bibliothèque du Tripitaka, recueil des textes sacrés bouddhiques) combine éléments d’architectures coloniale française et bouddhique laotienne…. »

DSC_5121 (Copier)-BorderMaker DSC_5117 (Copier)-BorderMaker DSC_5124 (Copier)-2-BorderMaker DSC_5133 (Copier)-2-BorderMaker DSC_5136 (Copier)-BorderMaker DSC_5147 (Copier)-4-BorderMaker DSC_5151 (Copier)-BorderMaker DSC_5165 (Copier)-BorderMaker

Vendredi 23 Décembre 2016

8hrs, après le café gratos de la guesthouse, je file visiter l’objet de ma venu sur Champassak. (j’aurais du me lever plus tot….pffff)

Le Vat Phu

« L’ancien sanctuaire  khmer du Vat Phu est l’un des joyaux du Laos. Edifié à 1400 m sur les contreforts de la montagne , il est petit comparé aux grandioses temples d’Angkor. Toutefois, le site dégage une atmosphère magique….tous ses éléments et la disposition du sanctuaire, unique dans l’architecture khmère, ont valu au Vat Phu de figurer au patrimoine mondial de l’Unesco en 2001 ;;;;; des inscriptions en sanskrit et des sources chinoises confirment que l’endroit est un lieu de pèlerinage depuis le milieu du Ve siècle… »  …. C’est dire !

Le reste, c’est par la wikipédia

En 2010, il y avait une simple guérite et deux gardiens, devant le « Baray » (bassin royale) pour l’accès au site payant.

Ce fut gratos pour Maguy et j’avais eu aussi le privilège de pouvoir rentrer avec la brêle jusque devant les deux temples.

Images d’archive :

DSC_0077-BorderMaker DSC_0081-BorderMaker DSC_0088-BorderMaker DSC_0100-BorderMaker DSC_00861-BorderMaker

En 2016, ils ont totalement changé l’accès avec un nouveau guichet, un parking et des navettes (bus electrique) qui emmènent le touriste pour couvrir la distance jusqu’au site (environ 2kms).

Je n’ai pas eu le privilège de rentrer avec la mob, pour autant, la politique gouvernementale ? N’a pas changé quant a la gratuité de l’entrée pour les personnes à mobilité réduite. Gratos pour mezigue.

Photo ci-dessous, lorsque tu arrives a proximité du site ou tu peux distinguer clairement une rangé d’arbres et d’anciennes terrasses.

DSC_5171 (Copier)-BorderMaker

La visite commence derrière le baray, ou j’empruntes la première allée délimitée par des bornes qui mène jusqu’au deux pavillons rectangulaires…

DSC_5177 (Copier)-BorderMaker DSC_5185 (Copier)-BorderMaker DSC_5188 (Copier)-BorderMaker DSC_5191 (Copier)-BorderMaker DSC_5192 (Copier)-BorderMaker

Lors de ma venu, ils n’étaient pas dans cet état de restauration, comme tu as pu noter sur mes photos d’archives. Ils sont métamorphosés !

Jusqu’ici, je n’étais pas dans l’inconnu mais par contre, pour la suite de la visite, je vais totalement découvrir puisqu’à l’époque, je n’avais pas pu y accéder car j’étais venu sans mon aide de camp « lady canne anglaise ».

La deuxième allée, toujours bordée de bornes, sur un sol jonché de dalles un peu chaotique, annonce la couleur pour Maguy, méfi !

DSC_5196 (Copier)-BorderMaker DSC_5209 (Copier)-BorderMaker

Le premier escalier est quant à lui fermé, pour cause de délabrement, il faut passer sur le coté. Première escalade qui te mène au niveau supérieur. Un « Dvarapala » (sentinelle) se dresse, épée brandie ….

« lors de notre passage, il portait une robe de moine orange et une ombrelle rouge »

DSC_5212 (Copier)-BorderMaker DSC_5215 (Copier)-BorderMaker DSC_5219 (Copier)-BorderMaker DSC_5225 (Copier)-BorderMaker

De la, un petit escalier donne sur une voie en gré, puis un autre escalier et une autre terrasse…

Note la taille et l’épaisseur des dalles toutes identique….

Sur cette tof, tu peux voir la tronche de l’escalier….Maguy en bave !

DSC_5226 (Copier)-BorderMaker DSC_5227 (Copier)-BorderMaker

Arrive le dernier escalier d’aspect plus simple mais tout autant compliqué parce que la chaleur aidant, et la taille de certaine pierre, des marches.

DSC_5229 (Copier)-BorderMaker DSC_5230 (Copier)-BorderMaker DSC_5233 (Copier)-BorderMaker DSC_5234 (Copier)-BorderMaker

Enfin, le plaisir de découvrir l’effort fourni et le pestacle du lieu magique avec au loin, les deux grands bassin d’ablution, les temples inférieur, les allées etc

DSC_5235 (Copier)-BorderMaker DSC_5239 (Copier)-BorderMaker DSC_5324 (Copier)-BorderMaker

En haut, le sanctuaire qui renferme des bouddhas et des linteaux d’origine ou je passerais pas mal de temps a déambuler et observer les détails qui me sidèrent toujours autant. Cette précision de taille qui perdure apres tant d’années.

DSC_5247 (Copier)-BorderMaker DSC_5259 (Copier)-2-BorderMaker DSC_5261 (Copier)-BorderMaker DSC_5262 (Copier)-BorderMaker DSC_5264 (Copier)-2-BorderMaker DSC_5268 (Copier)-BorderMaker DSC_5271 (Copier)-BorderMaker DSC_5274 (Copier)-BorderMaker DSC_5277 (Copier)-BorderMaker DSC_5278 (Copier)-BorderMaker DSC_5299 (Copier)-BorderMaker

Sur le fond, dans la roche « est sculpté d’une « Trimurti » de style khmer qui représente la trinité hindoue : Shiva, Vishnou et Brahma. »

DSC_5302 (Copier)-BorderMaker DSC_5304 (Copier)-BorderMaker DSC_5308 (Copier)-BorderMaker DSC_5309 (Copier)-BorderMaker DSC_5315 (Copier)-BorderMaker DSC_5319 (Copier)-BorderMaker

Apres la visite de ce lieu magnifique, je te laisse imaginer, le repos mérité assis sur un bloc taillé, a admirer la vue plongeante durant l’heure.

DSC_5321 (Copier)-BorderMaker

Fin de matinée, me revoila de retour aux pieds des temples du premier niveau ou les vaches m’accueilleront…

DSC_5336 (Copier)-BorderMaker DSC_5340 (Copier)-BorderMaker DSC_5346 (Copier)-BorderMaker DSC_5351 (Copier)-BorderMaker DSC_5357 (Copier)-BorderMaker DSC_5362 (Copier)-BorderMaker DSC_5363 (Copier)-BorderMaker DSC_5365 (Copier)-BorderMaker

Je suis vané ! Asséché ! Je me suis mis la couane ! Et pourtant, lorsque la navette électrisante me dépose devant la nouvelle entrée, cela ne m’empêche pas de continuer encore un peu pour aller visiter le musée attenant qui regroupe quelques sculptures retrouvées sur site et suivre un peu l’historique, la découverte du lieu par les franchich, en 1866…avant de rentrer at home.

DSC_5366 (Copier)-BorderMaker DSC_5367 (Copier)-BorderMaker DSC_5368 (Copier)-BorderMaker DSC_5371 (Copier)-BorderMaker

Le repas encaissé et la sieste digéré, je ressortirais en fin d’aprèm voir s’il y a matière a shoot pour clôturer ce séjour ?

DSC_5389 (Copier)-BorderMaker

Quoi de mieux qu’un bouddha ou le chat perché !

DSC_5376 (Copier)-BorderMaker DSC_5390 (Copier)-2-BorderMaker

That ‘s all pour cette fois

J’en profite pour te souhaiter un bon bout d’an et comme on dit en Provence

« A l’an que ven que se siam pas mai que siguem pas mens »

A plouch !

 

3 Comments

  1. SITLAMOIAUSSI

    Hello le voyageur solitaire
    Quelle expédition ! Encore de merveilleux moments passés à l’autre bout du monde que de shoots qui nous font tout autant voyager….
    Merciiiii encore pour le spectacle photographique
    De gros bisous et que ce debut 2017 continue de te porter dans ce mouvement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *