Le pouvoir de Super Maguy…

Hola touti ! Qué tal….

Me voilà de retour pour de nouvelles news toutes en couleur, mais ou  me demanderas tu ?

Wait  ! D’abord, laisse moi faire mon speech habituel…

« Depuis 6 ans que je tourne en Asie du sud,  du sud-Est, je connais mise a part la Birmanie, le Pakistan, le Bangladesh, le Boutan et les Maldives. J’aimerais aller explorer un peu plus à l’Est, je pense à Taiwan, le Japon et la Corée du sud. Néanmoins, il y a des trips en mob auxquels je pense de plus en plus (Inde, Vietnam)…..  L’Afrique ne me branche pas des masses, peu être Madagascar un de ces quatre ? L’Australie, la NZ, les US ? why not…. »

Ces écrits date du début 2016, lorsque j’étais à Cuba en intronisation d’un carnet de route.

Finalement, les choses vont très vite quand on la chance d’avoir le temps. A la fin de cette même année, Taiwan fut coché dans la case « fait » puis j’ai enchaîné avec le très gros Road-tour tiercé gagnant, depuis le Vietnam en passant par le Cambodge et le Laos.

Le tout, bien sur, « On two wheelers » avec pas moins de 16000 kms au compteur fait en 4 mois. Quelles merveilleuses aventures à travers ces pays !

Si tu es nouveau sur ce blog, c’est pour toi que je fais ce speech, tu trouveras tous les articles concernant ces pays en fouillant un peu 😉

Fin 2017, je partais pour la troisième fois à l’Ouest et mon deuxième voyage en terres amérindiennes (cf pays). J’y retournerais c’est sur…

Mais avant, un autre projet tape à la porte depuis belle lurette. Une troisième aventure au pays qui accueille une palanquée de 30 millions de dieux, l’Inde…

En terme d’organisation de périple sur un deux roues, bagage chargé, c’est de la bas que j’ai commencé à prendre « de la bouteille » . C’était en 2012 ! C’était dans le sud. A l’époque, je n’avais pas de blog mais mes fidèles s’en souviendrons puisque j’envoyais mes récits & photos par mail.

Fin 2013 et fort de cette expérience, j’ambitionnais une longue boucle au Rajasthan, entre autre, pendant deux mois. Ce fut génial ! Les articles qui relatent ce tour sont sur mon ancien blog  (http://mes-mains.blogspot.com/2013/10/).

Cela dit, au terme de cette ronde de 5000 bornes, j’aurais aimé l’élargir encore plus loin. Toujours soif le zeb !

C’est donc depuis tout ce temps, que je mijote un « come back » au long court.

Patience, la fin du speech arrive….j’abrège.

Pour ce faire, le but étant de rallier le sud à partir de New Delhi, la capitale, en trois mois minimum. Mais de quel côté ? Est ? Ouest ? Ce pays est si grand, c’est 6 fois la France en superficie, imagine, je sais très bien que je ne pourrais tout faire en un temps donné.

J’ai zappé dès le départ le nord du ch’nord, le Ladhak qui est proche de la chaine himalayenne, because saison hivernale entamée… Ensuite, je me suis penché sur l’idée du plein Est, en passant par la vallée du Gange, Varanasi et Darjeeling, dans les montagnes avant de commencer la descente au sud jusque Pondichéry voir plus loin.

Ca c’était la base sur le papier mais en y regardant de plus près, le temps m’était compté avant d’arriver sur Darjé et de me retrouver en pleine saison hivernale, dans ses hauteurs. C’est une ville proche du Népal. En revanche, si je prenais plein Ouest, le Rajasthan, j’aurais plus de chance de trouver un climat tempéré durant la traversée avant que le glagla ne s’y installe.

Raison de plus : 

  • Primo, il y a des citées que je ne connais pas.
  • Secondo, après le Raj, début de la descente au sud, le Gujarat et un des plus grand désert de sel au monde.
  • Tertio, le coté culturel proche de l’ancienne Bombay, des temples mondialement connus.
  • Quatro, j’ai envi de revoir le Kérala, ses backwaters, les temples de Madurai…
  • Enfin, …..béééééé faudra suivre 😛 

Je te mets ici l’esquisse d’un itinéraire, au conditionnel, sur trois mois « On two wheelers » …. à voir une fois en mouvement, rien n’est figé 😉

Allez, cette fois, je démarre mes histoires aux textes toujours aussi simples, sans fioritures et agrémentées de photos typées « Reportage ».

Vendredi 16 Novembre 2018

Pour avoir l’honneur d’entrée au pays de Ganesh et de pouvoir y rester 6 mois, j’ai eu la bonne surprise de découvrir deux mois plus tôt que le tarif du visa avait pris une énorme claque. Passant du simple au double (132 euro) et il démarre toujours au moment de l’obtention. Pour mon cas, j’ai déjà perdu 1 mois sur la validité.

Néanmoins et sache que si tu comptes y venir pour moins de deux mois. ils ont ouvert une autre porte. Auparavant, il fallait impérativement faire son visa dans une ambassade, ce n’est plus le cas car ils délivrent un «visa online » moins chéros, je crois que c’est dans les 60 balles.

Revenons.

Je débarque sur New Delhi, il est 7hr et une fois récup mon bagage, taxi, je découvre le degré de pollution matinale que dégage cette mégalopole de 16 millions d’habitants.

45mn plus tard, me voila déposé chez :

Ginger East Delhi hotel

Dda Community Center, Opposite East End Club, Vivekvihar,, 110098 New Delhi, Inde

24 euro la chambre, petit déj compris. Très bien et pas chère mon fils, surtout pour une capitale. Le hic est son emplacement qui n’est pas vraiment idéal pour la proximité des lieux touristiques.

Tu connais mon coté pragmatique.

J’ai choisi cet hébergement puisque depuis trois mois je suis en contact avec un loueur de moto, bien connu dans le monde des tour opérator en Royal Einfield, la mythique Anglaise devenue Indienne, qui se trouve non loin de la.

  • Le résumé de cette première journée sur les chapeaux de roues.

Mon tout premier « Chai » (le thé Indien), mes premier mets locaux et pour finir, récup le scoot.

Vu l’esquisse du voyage, je n’avais pas l’intention de le louer comme la dernière fois. Aussi, j’ai donc pris les devant cet été, me suis renseigné au plus offrant et j’ai trouvé ce qui semble être le bon compromis pour la modique somme de 330 euro….

Cette somme divisé par 90 jours, je te laisse faire le calcul du coût journalier…..pas chère mon fils, d’autant que si je peux le revendre à la fin…

Pour les papiers ? No problèmo, c’est comme en Indonésie ou au Vietnam. Il n’y a qu’un propriétaire qui apparaît sur la carte grise officiel, pas de changement et la facture mentionne que tu en es le proprio actuel. La différence avec les deux pays citées est que….j’y reviendrais plus tard 😉

J’ai déjà eu ce type de scoot en 2012/2013 et même s’il a 28580K au compteur, je sais que c’est de la bonne cam puisque du Honda. Il fera le boulot, j’en suis convaincu…..la méthode Coué tu connais ?

  • Les deux jours suivant.

Le scoot en procession (lapsus révélateur), je vais désormais me réacclimater aux us et coutumes routière avant de commencer mon voyage à proprement parler.

Environ 120 kilo au total seront parcourus dans cette capitale ou tu imagines qu’il ne faut être « tête en l’air ». Le trafic monumental de véhicules aussi étonnant qu’hétéroclites accompagnés de douces mélodies klaxonisantes diverses et variées, incessantes mais nécessaires, te rappellent souvent à l’ordre. Mééééééééfi !

Il faut savoir que circuler sans le pouvoir de se signaler, c’est partir au suicide….euh….et d’ailleurs à ce propos, je retournerais chez mon vendeur pour lui faire rajouter un klaxon supplémentaire, histoire d’être pris au sérieux vis a vis de mes concurrents qui se moquaient de mon destrier.

En France, nous n’avons pas la culture du klaxon et c’est tant mieux, quoi que ! Le paradoxe de nos jours et que nous autre motard faisons équiper nos motos de moyen d’échappement bruyant afin d’être plus visible de l’automobiliste. Je n’en dirais pas plus, c’est un autre débat.

 

Etant donné que je n’ai pas de GPS, je me déplace à la carte routière électronique. Il suffit d’installer une petite application sur portable ou tablette et d’y télécharger les cartes désirées. C’est simple, efficace et cela s’appelle Maps.me (tu remarqueras les gants 😉 )

  

Poursuivons.

Ici « l’India Gate », monument national qui attire bon nombre de concitoyen de part son parc alentour et le coté emblème national ?

 

J’aurais voulu visiter le Red fort dans le quartier grouillant de Chandi chowk du Old Delhi, mais justement, trop de bordel et impossible de garer mon scoot en sécurité. J’ai laissé tomber l’affaire pour me reporter sur un autre lieu que je n’avais pas visité 5 ans plus tôt, le mausolée de Humayun.

La aussi, l’affluence n’y manquait pas. Il aurait fallu prendre mon mal en patience avec l’énorme queue que m’annonçait certains, auquel je n’ai prêté aucune attention sous un air « laisse béton guy, tu connais pas Maguy ? »

Super Maguy ! Décidant de passer au dessus de cette foule jusqu’au guichet sans savoir à l’avance que je ne m’acquitterais pas des 600 roupies (7,50E) le ticket d’entrée. Gratos pour mézigue.

« Le mausolée de Humayun est le premier exemple de l’architecture moghole. Il aurait même inspiré les architectes du Taj Mahal, toutes proportions gardées. …..Fils de Babur, il accéda au trône en 1530 et mourut en 1556….Erigé en 1565 sur ordre de la veuve de l’empereur, le tombeau dérive directement des mausolées persans. »

Un peu plus ? C’est par la avec l’ami wikipédia (tu clik sur le lien)

Les photos…

Il est clair que cela ressemble bcp au Taj Mahal…. magnifique visite, surtout lorsque le soleil d’aprèm commençait a fléchir faisant ressortir la pierre rouge du monument.

Pour finir sur New Delhi, comment ne pas te montrer un des contrastes de ce pays, sa misère qui s’affiche continuellement ?

Venir chez Shiva, c’est se prendre régulièrement des claques dans ton goule ! Histoire de remettre nos pensées d’occidentalus en place.

« …the real life ! man ! »  ça pourrait être une réplique d’un film, et j’aime ce film du voyage, j’aime sortir de ma zone de confort car c’est me donner toujours plus le pouvoir d’élargir l’ouverture d’esprit …bla bla bla…

J’ai la chance d’avoir Maguy et l’Inde me le rappelle…..amen !

Lundi 19 Novembre 2018

Ces deux jours d’acclimatation auront été prolifiques avant d’entamer ce long chemin auquel j’aspire. Il le fallait et maintenant place à la première étape, la ville d’Agra.

Mon destrier chargé, je gaz aux alentours de 8h30.

 

Il m’aura fallu 1hr30 avant de trouver la bonne direction ! Je n’en pouvais plus de cette urbanisation. Finalement, je me retrouverais sur l’autobeurk.

  

Ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, pour le côté toujours tout droit, mais j’étais apaisé à l ‘idée de prendre un peu de vacance routière. Entendez par la, puisque l’autoroute est payante, il y a bcp moins de trafic, quasi aucun klaxon du moment que tu restes dans ta voie dédiée.

Pour la mienne, ce sera à une moyenne de 50km/h jusqu’au déjeuner…Une vitesse qui sera mienne pendant ces trois mois, car comme dit le proverbe « qui veut aller loin, ménage sa monture » et ses réflexes !

Massala Dosa, c’est une galette dans laquelle ils mettent un assortiment de légumes cuits, patates en particulier.

Un plat végé typique du sud. Depuis que je l’ai connu dans la ville de Madurai, je n’y manque jamais des que l’occasion se présente. Déliciouzzzzzzz !

Enfin, après 270 kilomètres, Agra, la ville qui abrite le très célèbre mausolée, se présente.

Je descendrais à l’hotel Kamal

South gate of Taj Mahal,Taj Ganj,, Taj Ganj, 282001 Agra, Inde

24 euro pour deux nuitées. Rien d’exceptionnel mais il l’avantage d’être hyper bien placé en témoigne la vue depuis le roof top ou je prendrais un peu de détente nerveuse. 7Hr30 de roulage, c’est sur qu’a 50km/h, ça prend plus de temps que mon Autrichienne bien aimée:P

 

Mardi 20 Novembre 2018

« Ils vécurent ici, ces souverains magnifiques, maîtres du plus vaste empire qui ait existé au monde, et un de leurs écrasants palais domine cette ville d’Agra (Pierre Loti 1899) »

Comment aurais je pu zapper cette étape dans mes plans ? Quitte a faire un détour de 300 bornes ! Quand on a déjà vu le Taj, on ne peut se lasser de le revoir tellement il déborde de magnificence. Ce n’est pas pour rien s’il est devenu le site touristique le plus visité du pays avec près de 3 millions de visiteurs/an et environ 15000/Jr.

« Construit entre 1631 et 1648, le Taj serait dédié a l’amour, l’amour perdu de l’empereur Shah Jahan. La disparition de Mumtaz Mahal, la troisième épouse, d’un beauté légendaire, morte en donnant naissance a leur 14ème enfant laissa le cœur du monarque dévasté…fou de chagrin il fit vœu de construire un monument en sa mémoire… »

Je connaissais l’histoire mais c’est pas parce que je l’avais déjà écrite qu’il fallait zapper sur ce carnet 😛

Le 16 décembre 2013, donc, je me souviens que lors de la visite matinale du monument, j’y avait trouvé un Fog, en français le brouillard, épais, ne me laissant que peu d’espoir sur d’éventuelle photo clair au levé du jour (suivre l’article de l’ancien blog) mais en ce jour, la chance est avec moi.

Je me présente à l’entrée Est, non loin de mon hôtel, il est 5hr45 du mat et déjà, il y a la queue….pfffff….

Super Maguy, ta ta tannnnnnnnnnnnnh !

En 5 minutes, j’ai zappé 30 mn d’attente minimum en me retrouvant sur les starting block de la première ligne. 6hr10, le temps de passer la fouille obligatoire et de marcher à mon rythme jusqu’à l’autre porte, je serais un des tout premier à découvrir la vue….m’offrant ainsi tout le loisir de shooter sans être gêné. Tu vas comprendre plus tard…

L’autre surprise de ce début de séjour est le tarif du Taj, un peu à l’image du visa dont je te parlais plus haut. Il y a cinq ans, le ticket d’entrée était fixé à 750 roupies, il est passé à 1100 (14euro) dont la moitié de taxe.

Pour cette fois, le portier qui m’a bien aidé a passer devant tout le monde me propose l’aide de son fiston pour la visite….comment refuser ? D’autant que je sais pertinemment qu’il ne faut pas perdre de temps avant que la masse ne débarque et envahisse le lieu.Nous irons droit au but pour les spots de shoot.

Donc une fois passé la monumentale porte d’entrée du parc, tu découvres sa majesté le Taj Mahal entourée de deux bâtiments de gré rouge, des mosquées..

7hr10, soit une heure plus tard, le sun se lève, nous avons fait l’essentiel et le minot me quitte non sans avoir gagné son bifton mérité.

C’est l’heure ou la foule se fait sentir de plus en plus…tu ne l’as distingue pas encore mais ça va viendre…

Pour cette photo, par exemple, j’ai du planter 30 mn devant l’édifice pour essayer d’obtenir une photo sans trop de gensgens, sans succès. J’ai du y revenir plus tard avec patience.

La est la porte d’entrée.

 

La rivière derrière le monument.

 

4h30 de déambulation en ce lieu dédié à l’amour, j’ai ma dose, retour at home, sur le roof top, pour y prendre un petit déj (Paratha, galette fourrée de légumes) avec vue….what else ? ….une sieste jusque 14hr.

Après, je ressortirais pour aller me poster de l’autre coté de la rivière, en face du Taj et voir le couché de soleil à l’heure dite.

J’aurais voulu jouer aux ombres et lumières sur l’édifice mais le seul endroit accessible pour Maguy était au jardin, le Mehtab Bagh. Aménagé à l’origine par l’empereur de l’époque, il est payant. Les gardiens zont pas voulu me faire rentrer gratos. C’est pas que, mais le coup du billet matinal m’a fait un peu mal au séant, faudrait pas abuser quand même.

Pas grave, j’irais fouiner dans le secteur avant d’observer deux rassemblements célébrant les festivités de mariage.

Sur le chemin du retour, si je n’ai pas eu droit à mon couché de soleil avec le décors voulu, que cela ne tienne, j’aurais droit à la cerise, parce que la fouine que je suis le mérite.

Pour ce faire, il aura fallu tester les capacités tout terrain du scoot sur une certaine distance. Ce flair de dernière minute, « ou va ce chemin ? »  en valait la chandelle puisque à peine posé et mesurant la vue de l’endroit, je verrais le cerf isolé avec plus tard ses trois Bambi ….ma fois !

Mercredi 21 Novembre 2019

Second déménagement, direction la ville de Jaipur, la porte d’entrée du Rajasthan.

Parti de bonne heure, je m’arrêterais après ¾ d’heure pour la pause « Chai » et victuaille local, quand je serais sur d’être sur le bon itinéraire.

Uu trajet tout en ligne droite à vitesse de chameau.

L’avantage est que tu peux largement observer l’environnement alors des que mon œil s’inspire, il transmet directement au bouton de l’obturateur la prise de vue, comme ces femmes qui attendent un bus local puis d’autres en mouvement.

Et pour ce qui est des transports…euh….

Il y aussi mes potes de route.

Dans mes souvenirs de 2013, j’étais souvent interpellé par les locaux lors d’étapes qui me demandaient si je venais de Delhi avec mon petit scooter. Apparemment, ca doit leur paraitre inconcevable ? 5 ans plus tard, ça n’a pas changé.

270 kilomètres fait en 8 heures, je n’en pouvais plus…

Il me faudra 30mn de plus pour trouver mon chemin jusqu’à mon logement, dans un capharnaum à l’Indienne. Pour sur, cette ville est bien peuplée de 4 millions d’âmes.

Khandela paying guesthouse

B.20 Shiv Marg Bani Park , Near Jaipur Inn, Bani Park, 302004 Jaipur, Inde

800 roupies la nuit (10 euro), au calme surtout en rapport de l’énorme circulation à quelques encablures. Accueil très sympathique de Salim et Roshan qui me seront de bon conseil pour ce séjour.

Je ne bougerais plus…..mortibus !

Jeudi 22 Novembre 2019

Jaipur

« La capitale du Rajasthan, édifié au XVIIIè, grandi à l’intérieur de hauts remparts, encore intacts, et s’est organisé en grandes avenues. Bordées de bazars et de superbes édifices, ces artères regorges de vie. Certains ont été construits en grès rose, les autres ont été peints de la même couleur en 1875, pour la venue du prince de Galles ! »

bla bla….on l’appelle la ville rose sous un air de Nougayork.

Je suis ici deux jours et le premier va être consacré aux monuments principaux de la ville, pas très loin de ma guesthouse, en scooter.

Comme citée plus haut, le cœur de la ville est entourée de remparts. L’intérêt culturel de Jaipur est son complexe royal entouré lui aussi de muraille. Tu commences par aller visiter le palais de la dynastie du maharaja Sawai Jai Singh, Le « City palace » édifié en 1729.

Le bâtiment ne se visite pas puisque la famille y vit encore, à moins de raquer 300 roupies en sus du ticket d’entrée fixé a 500 roupies, mais je pense que tu n’as accès à pas grande chose mis a part le roof top pour la vue et peu être quelques pièces ?

Pour ma part, je me contente du tour de couillon classique sur les « salles d’audiences » , ses immenses jarres de 345kg. Il paraît qu’il aura fallu fondre 14000 pièces de monnaie en argent….rien que ça !

Puis une petite cours dominée par la vue du palais qui se compose de quatre entrées représentant les quatre saisons. Comme à mon habitude, j’en profiterais pour shooter en guinch le public, en plus de mon reportage.

Il y a aussi, une autre salle d’audience interne qui relate l’histoire de la famille depuis les débuts et d’autre musée, armes, textiles…. (no photography).

Vu le personnel qui y bosse, on n’imagine bien que le buisness familiale ne connaît pas la crise.

Je visiterais aussi le Jantar Matar à deux pas.

« Construits au XVIIIè sous la houlette d’une vingtaine d’astronome, les instruments de cet observatoire unique en son genre ont été inscrits à l’Unesco. Ils démontrent l’incroyable passion du maharaja pour l’astronomie et la foi absolue des Indiens pour cette science. …. le Vrihat Samrat, réputé pour être le plus grand cadran solaire du monde, haut de 27m, il donne l’heure a 2s près ! »

Ensuite, déambulation scootériste dans ces bouchons incessant à la chasse au shoot…

Ces nanas qui ont accepté gentiment la pose ! Pas très couleur de peau local ? ….des Thai !

Un petit creux ?

Pitaing cong, j’ai encore faimg ! (patate grillée, sauce pois chiche)

Avant de rentrer dans mes pénates….et d’être accueilli au pas de ma porte.

« J’étais tranquille, j’étais pénard »….bossant sur mes photos de la journée…, lorsque j’entends au dehors, une fanfare, du mouvement, j’vais voaaarr…

Un mariage ! Ca défile dans la rue jusqu’au lieu des festivités…. alors il faut le montrer avec les apparats qui vont bieng et qu’on l’entende….(contraste quand tu nous tieng)

Vendredi 23 Novembre 2018

Deuxième jour de visite, direction le complexe royal d’Amber qui se situe à environ 15 kms de Jaipur.

Ouais, c’est la que je vais…

…mais avant, sur le chemin, il y a le Jal Mahal.

« Abandonné, il ne se visite pas…c’est un palais flottant, carte postale, dominé au loin par les monts Aravelli…il fut bati en 1799. »

Ah ! Enfin ! Mon premier jus de canne ! Cul sec…

Un peu plus tard.

« Ancienne capitale des maharaja de Jaipur, est dominée par une extraordinaire forteresse, rebâtie à la fin du XVIè par Man Sing. Elle commande une gorge étroite et stratégique sur la route de Delhi et fut, bien avant déjà, le siège de nombreuses dynasties. »

Je ne ferais pas la visite, la flemme de marcher et de sortir mon portefeuille mais de toute, ce n’est pas ce lieu qui m’intéresse.

« Plus haut encore, comme une réplique, un autre fort tout aussi puissant : Jaigarth, refuge ultime des maharajas si Amber avait jamais flanché. De châteaux perchés en temple sculpté, Amber mérite bien une journée complète de visite. »

Le tour de couillon terminé sur Amber, je prends une route serpentueuse et abrupte qui me dirige vers ce fort dans les hauteurs.

Edifié sur une partie de la crête et long de quelques kilomètres, se déplacer à pied n’aurait pas été envisageable. Maguy est résistante mais puisque je suis motorisé, autant en profiter et c’est ce qu’on me laissera faire, entrée gratos en prime !

« Cette impressionnante forteresse rebâtie en 1726….second verrou du dispositif défensif, elle se partage entre section militaire et partie résidentielle privée. »

Passage obligatoire, non loin de la porte d’entrée, le canon Jaivan. Fondu en 1720, il pèse 54T !

Pour l’anecdote :

« Quatre éléphants étaient nécessaire pour faire pivoter le bordel, qui devait expédier son projectile à 35km mais il ne servit qu’une fois. Lors du coup d’essai pour tester sa fiabilité, l’onde de choc tua huit soldats et un éléphant ! »

Ici on peut voir le lac qui accueille le Jal mahal

Puis direction les parties privé ou la visite te fait passer par les grandes cours qui accueillaient autrefois les soldats, ensuite le palais et un jardin lové sur l’arrière jouxtant les contreforts. La vue sur le fort et la vallée en contre bas se découvre comme un cadeau.

Dernière visite, je reprends la route pour aller de l’autre côté de la crête, l’autre forteresse dominant Jaipur.

Le Nahargarth fort

« Ce site, peu fréquenté, écrase de sa superbe la ville lovée autour de la colline rocheuse…le palais Madhavendra conserve certain nombre de salles peintes et une multitude de petites pièces. »

La aussi, j’ai la chance de pouvoir circuler en scoot tout le long jusqu’au palais et son roof top, pour la vue sur la ville en cette fin d’après midi.

Ici, gros zoom sur le palais visité la veille avec son site astronomique.

Au retour, petit arrêt obligatoire carte postale, puisque la lumière descendante offre de meilleure couleur.

Un petit Chai avant de rentrer dans mes pénates et l’anecdote qui va bieng.

Quand je prends la photo du thé, mon tenancier a l’air dubitatif, je lui montre la vache derrière….  « Chai », thé au lait, ca te parle ?

Ouf….il percute et raconte ça à sa voisine qui me mime les mamelles vacheuses. Heureusement que je n’ai pas l’esprit salace…. lol

Fin de journée, fin de ce premier carnet de route en fanfare…

Namasté, à la prochaine…

le zeb

(P/S : Si tu as des questions ou autre ? N’hésite pas, laisse un com)

 

11 Comments

  1. Hili

    Cc mon poulet je vois que le temps est avec toi Pour ta monture tu as fait le bon choix honda champion du monde, bon marquez les a bien aider bises prends bien soin de toi à bientôt ✌️✌️✌️

  2. eymard

    Bravo Christophe .
    Merci pour ce début de reportage .
    Tu as un sacré courage de rouler à 50 KM/H durant des heures 😉
    Vite la suite .
    V Chr.

  3. Pimousse

    Wawawaaaa ! toujours O’top avé Maguy. Tes photos, c’est de plus en plussss pire que c’est boooo. Franchement, j’adore changer ma tête ici après le boulot… Pis tes couleurs… ça change du jaune d’ici 😉
    Le bise poulet, éclate-toi et merci !!

  4. Montoya

    Olã,
    Comme ça m’evade tout ça
    Tah Mahal juste wouhaouuuu, et qu’elle patiente !!!
    tu vas faire ce qu’on n’a pas pu voir, j’ai hâte la suite.,
    A très vite baroudeur
    Fabie

  5. Esquiaou

    L’art du voyage c’est de savoir s’arrêter et de regarder, tu as ce talent et en plus tu le partages, un grand merci pour ces instants uniques.

  6. Despreaux Jean Claude

    Salut Christophe, merci pour les photos et commentaires ,avec toi vive l’aventure, prend soin de toi aussi biz ,un vieux plongeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *