Le poivre en définition psychédélique…

YO !…….Pouf ! Déz pour l’absence de news….tu vas comprendre plus loing.

La suite au Cambodge.

Samedi 26 Novembre 2016

Mon Road Book à travers le pays commence a prendre forme pour au moins une bonne partie. Il a fallu faire des choix mais comme d’habitude, rien de définitif.

Il se projette sur une partie du sud, ensuite quelques jour à la capitale, puis direction l’ouest et son quotidien autour du Tonle Sap (lac), Battambang et l’incontournable Siem Reap  avec ses cités d’Angkor, entre autre, avant de rejoindre le centre et le nord en direction du Laos….

Mais pour l’heure, la seconde étape dans le sud, la ville de Kampot, connu pour son poivre qui serait le meilleur au monde.

Je quitte Kep en milieu de matinée pour un très cours trajet de seulement 25 kms.

1kep-Kampot25 CS0_1190 (Copier)-BorderMaker CS0_1198 (Copier)-BorderMaker

Je ne cherche pas longtemps pour trouver une guesthouse, il y en a à foison.

CS0_1214 (Copier)-BorderMaker

Pour 8 dollars la chambre avec fan dans 30m2 !

« On comprend l’engouement des voyageurs pour Kampot. La cité fluviale, avec ses rues bordées de vieilles maisons de commerce, possède un charme particulier, comme si le temps s’était arrêté sur la cité….bien que la fondation de Sianoukville en 1959 ai mit fin aux activés portuaires de Kampot, la ville est aujourd’hui une base idéale pour explorer le parc national de Bokor… »

7 années sont passées depuis mon passage ici mais au contraire de Kep, la ville a bien changé avec pas mal de développement autour du vieux quartier, j’ai eu du mal a prendre mes marques lorsque je suis parti en exploration, en début d’après midi.

Le programme du jour est d’aller découvrir la culture du poivre, chose que je n’ai pas faite lors de ma venue en 2009.

« Avant la guerre civile au Cambodge, tout grand restaurant parisien digne de ce nom utilisait du poivre issu des plantations de la province de Kampot, qui furent ensuite détruites par les Khmers rouges pour faire place à des rizières. Aujourd’hui, grace à un groupe d’entrepreneurs et de gastronomes passionnés, ce poivre à l’arôme délicat et puissant fait son retour en force…. »

Plus ? Comme d’hab, avec l’ami Wikipédia

A environ 7 kms de Kampot, en direction de Kep, il y a une signalétique qui indique une plantation et la direction à prendre.

CS0_1223 (Copier)-BorderMaker CS0_1225 (Copier)-BorderMaker

Comme expliqué sur le précédent carnet, au Cambodge, des que tu quittes l’axe principal, tu te retrouves bien souvent sur une piste plus ou moins roulante voir, chaotique.

Je m’y engage sur une dizaine de kilo s’en jamais voir de plantation ? C’est quoi ce binz ! Et ce n’est pas sur l’aide des autochtones que je trouverais le salut vu l’absence de dialogue « rosbiffien« 

J’abandonne ! Mes fesses et le soucis de préserver les gommards de la bécassine me pressent pour rebrousser chemin jusqu’a ce que je m’aperçoive de mon inobservation pourtant prolifique d’habitude. A Proximité de la route bitumé….j’ai loupé le panneau indicateur sur une piste qui tourne a droite…..pffff !

CS0_1229 (Copier)-BorderMaker CS0_1230 (Copier)-BorderMaker

Je viens de me taper 20 bornes de tape-fesse, j’en suis bon pour le même compte sous un « blond » qui tape dure ! Tant pis, je suis venu pour ça !

Sur place, il y a toute une organisation avec un restau/vente de produits sur pilotis, qui domine la plantation. On vous accueille rapidement pour vous faire faire le tour de couillon avec explication et touletoutim. Visite gratuite.

CS0_1233 (Copier)-BorderMaker CS0_1235 (Copier)-BorderMaker

Excellent ! Ce poivre….

Un espèce d’arôme, framboise, banane, chataîgne, noisettes, fruits de la passion, avocat, pamplemousse, riz au lait, tarte tatin, frangipane….

Agrémenté de piment d’Espelette, de lavande du plateau de Valensole et de beurre de cacawette…..ou de marijuana, hum, j’hésite !

CS0_1240 (Copier)-BorderMaker CS0_1251 (Copier)-BorderMaker

J’en ai repris souvent, moi qui aime bouffer épicé au « gloubiboulga » (non, si tu te poses la question, l’herbe, ça fait un moment que j’ai arrêté 😛 )

Cela dit, je me demande toujours comment font les oenlogues pour te sortir « il y a un arrière gout de banane, de mangue… » sur un vin de pure terroir franchouillard.  Maaaaaaaaaaaaaaa fois ! Va savoir charles !

Le prix au kilo est en rapport de l’excellence. Vraiment très bon.

CS0_1255 (Copier)-BorderMaker CS0_1259 (Copier)-BorderMaker CS0_1262 (Copier)-BorderMaker CS0_1269 (Copier)-BorderMaker

De retour sur la route nationale, le deuxième objectif de la journée est d’aller visiter un autre condiment naturel, les salines qui se trouve a l’opposé de la plantation.

CS0_1271 (Copier)-BorderMaker CS0_1275 (Copier)-BorderMaker

Malheureusement, je n’y trouverais aucune activités humaine si ce n’est les baraques en bois alignées le longs de quelques parcelles inondées, qui laissent penser à une production ? Mais pour la majorité d’entre elles, à sec.

J’ai lu quelques part que la production Cambodgienne était victime du libéralisme planétaire venu de la Thailande.

La route des salines remonte doucement le canal marin jusqu’à Kampot, j’en profiterais pour découvrir cette portion inconnue.

CS0_1278 (Copier)-BorderMaker CS0_1294 (Copier)-BorderMaker

En fin d’aprem, bécassine recevra sa énième vidange moteur, le compteur indiquera 4000 kilometre tout rond depuis Hanoi, avant d’aller te shooter le vieux quartier pour le couché de soleil.

CS0_1289 (Copier)-BorderMaker CS0_1302 (Copier)-BorderMaker CS0_1303 (Copier)-BorderMaker CS0_1311 (Copier)-BorderMaker CS0_1314 (Copier)-BorderMaker

Et de découvrir plus tard, une des spécialités du pays…

CS0_1334 (Copier)-BorderMaker

Dimanche 27 Novembre 2016

Cette nuit, il a plu des seaux et ce matin , l’horizon de ma destination principale du jour n’a pas l’air d’être dégagé.

La station climatique de Bokor.

« L’ancienne station construite en 1920 par les franchich est située dans le parc nationale de Bokor, est renommée pour son clim rafraichissant et sa vue qui embrasse la plaine cotière….. »

J’irais me boire le café tranquille en attendant une ouverture plus engageante aux alentours de 10hrs.

Il faut faire une dizaine de kilo pour arriver sur l’entrée du parc, payante (50cts) et d’attaquer la route qui ne cesse de monter, en douceur, sur 20 kilometre jusqu’au plateau du massif montagneux.

CS0_1339 (Copier)-BorderMaker CS0_1340 (Copier)-BorderMaker

En 2009, cette route d’accès n’était qu’une piste avec des passages typés « moto-cross » dans la jungle, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le bitume a remplacé cet état sauvage qui procurait une solitude aventurière jusque sur le plateau. Le fun à l’état pur, quoi !

Photos d’archive (prise avec mon premier numérique, brut de pomme 😉 ) :

DSC02929-BorderMaker DSC02949-BorderMaker DSC02953-BorderMaker DSC02955-BorderMaker DSC02956-BorderMaker DSC02958-BorderMaker

Apres la montée, vient la première pose et la traditionnelle protection bouddhiste pour la bécassine pour la continuité du voyage, pendant que d’autre se croit sur une autre illumination.

CS0_1348 (Copier)-BorderMaker CS0_1360 (Copier)-BorderMaker CS0_1361 (Copier)-BorderMaker

Quelques kilo plus tard, je découvre l’énormité du truc cité sur mon guide qui vient gacher le sommet, un hotel… d’où le bitumage de l’ancienne piste pour faciliter l’accès. Parait-il que ce projet immobilier n’a pas obtenu le succès attendu.

CS0_1369 (Copier)-BorderMaker

Puis j’arrive à la vue de l’église et du « Bokor Palace »

CS0_1501 (Copier)-2-BorderMaker CS0_1496 (Copier)-BorderMaker

« Ouvert en 1925, l’ancien grand hotel servait de lieu de villégiature pour les fonctionnaires français. A l’intérieur du batiment, vous devrez faire preuve d’imagination pour vous représenter la décoration somptueuse qui ornait la salle de bal et les chambres. »

La nouvelle route ayant facilité l’accès, forcement, il y a bcp plus de visiteurs que lors de ma première venue. Aujourd’hui il y a une séance « shooting weeding » (il faut dire que le décor de cinéma s’y prête bieng) et des bonzes a gogos (temple a proximité) en plus des visiteurs lambda.

CS0_1376 (Copier)-3-BorderMaker CS0_1393 (Copier)-BorderMaker CS0_1404 (Copier)-2-BorderMaker CS0_1408 (Copier)-BorderMaker

La salle de séjour …

CS0_1426 (Copier)-2-BorderMaker  CS0_1467 (Copier)-2-BorderMaker CS0_1441 (Copier)-BorderMaker CS0_1462 (Copier)-BorderMaker CS0_1464 (Copier)-BorderMaker CS0_1466 (Copier)-3-BorderMaker CS0_1478 (Copier)-BorderMaker

Sur le toit terrasse, vue plongeante sur la cote. 

CS0_1449 (Copier)-BorderMaker CS0_1451 (Copier)-BorderMaker CS0_1454 (Copier)-BorderMaker CS0_1433 (Copier)-BorderMaker

Photos d’archives :

DSC02933-BorderMaker DSC02934-BorderMaker DSC02939-BorderMaker DSC02940-BorderMaker DSC02941-BorderMaker

1h30 a déambuler dans l’édifice, qui n’a bougé d’un iota, puis je file voir l’église catholique.

« De style roman, à conservé la croix sur son clocher trapu. Des morceaux de verre restent accrochés au baies de la nef…Histoire, pendant plusieurs mois, les khmers rouges s’abritèrent dans l’église, que les forces vietnamiennes mitraillaient du Bokor palace, à 500 m de la »

CS0_1492 (Copier)-2-BorderMaker CS0_1505 (Copier)-BorderMaker CS0_1510 (Copier)-BorderMaker

Je n’y suis pas monté….trop chaotique pour Maguy ajouté au fait que je lui ai mis une bonne couche de marche dans l’hotel.

Photos d’archives :

DSC02943-BorderMaker DSC02944-BorderMaker

Si tu en veux un peu plus sur le lieu, c’est par ici

Wikipédia

Sinon, j’ai adoré encore ce moment la haut mais sans anecdote pour le coup, les choses change, par contre, je te raconte celle de 2009 :

En arrivant sur le plateau, je file visiter le fameux palace et de mémoire, nous n’étions que très peu sur place. Lorsque je quitte l’endroit, je constaterais a mon désarroi que la jauge d’essence donne dans le rouge, synonyme de poussette à pied. Je présume que la piste sur 30 kms à du faire consommer un peu plus que d’habitude la mob que j’avais loué. A l’époque, il n’y avait pas foule mais, heureusement, les gardiens du parc national se transformeront en ange gardien pour le coup (moyennant finance) en me dépannant du litre d’essence, assez pour quitter le plateau et descendre tranquillement la piste. Je me souviens qu’après cette aide, sur le chemin du retour, je me retrouverais dans un passage de brouillard, ne voyant pas a 10 metres.

Archives :

DSC02948-BorderMaker

Sacré souvenir !

En 2016, j’ai pris pas mal d’expérience depuis, j’ai toujours mon litre et demi sous la selle 😛

Je continue mon exploration sur bécassine dans le même secteur avant de rejoindre un temple bouddhiste qui jouxte cet énorme hangar inutile et vide.

CS0_1514 (Copier)-BorderMaker CS0_1516 (Copier)-BorderMaker CS0_1519 (Copier)-BorderMaker CS0_1524 (Copier)-BorderMaker CS0_1533 (Copier)-BorderMaker CS0_1541 (Copier)-BorderMaker CS0_1560 (Copier)-BorderMaker CS0_1557 (Copier)-BorderMaker

Enfin, je rentre at home en roue libre pour le coté écolo du trajet et d’aller me restaurer…

CS0_1570 (Copier)-BorderMaker CS0_1573 (Copier)-BorderMaker CS0_1580 (Copier)-BorderMaker CS0_1594 (Copier)-BorderMaker

That’s all for the day……puisque je m’a suis choppé une satanas de migraine ophtalmique de derrière les fagots, qui ruinera ma fin de journée !

Lundi 28 Novembre 2016

Il était prévu que je quitte Kampot ce matin pour rejoindre l’autre station balnéaire du pays, Sianoukville et qui se trouve a une centaines de bornes d’ici.

Sauf que, ce matin, je n’ai pas envi de reprendre la route, je n’ai pas envie de déménager et j’ai encore besoin de repos suite a mon périple vietnamien.

Je décide de changer mes plans en zappant Sianoukville, de rester ici une journée supplémentaire vu que je m’y sent bieng, avant de quitter le sud, demani.

Donc, journée détente a flaner all the day dans et autour Kampot sans objectif précis.

CS0_1599 (Copier)-BorderMaker CS0_1605 (Copier)-BorderMaker CS0_1609 (Copier)-BorderMaker CS0_1610 (Copier)-BorderMaker CS0_1612 (Copier)-BorderMaker CS0_1619 (Copier)-4-BorderMaker CS0_1630 (Copier)-4-BorderMaker

Jusqu’à ce que je tombe sur un autre secteur qui produit du sel, la majorité des parcelles toujours autant sèche et sans production mais certains ont apparemment des réserves en stock.

CS0_1645 (Copier)-BorderMaker CS0_1650 (Copier)-BorderMaker CS0_1654 (Copier)-BorderMaker CS0_1661 (Copier)-BorderMaker CS0_1666 (Copier)-BorderMaker

Je découvrirais un temple dont le style n’est pas commun en regard de la majorité, « Angkorien » ?

CS0_1671 (Copier)-BorderMaker CS0_1681 (Copier)-BorderMaker CS0_1691 (Copier)-BorderMaker

La gare des trains, déserte, fantomatique mais qui fonctionne pour le tchoutchou qui fait le trajet Pnom Penh/Siaknouville trois fois par semaine, (Vendredi, Samedi, Dimanche)

CS0_1699 (Copier)-BorderMaker CS0_1703 (Copier)-BorderMaker

En fin de journée, je retournerais voir le temple dont l’accès se situe le long du canal, celui la même qu’empruntent les bateaux de pêche qui partent chaque soir en mer, au soleil couchant. Ils sont tous equipés de mats amovibles étant donné la faible hauteur du pont.

CS0_1709 (Copier)-BorderMaker CS0_1713 (Copier)-BorderMaker CS0_1717 (Copier)-BorderMaker CS0_1777 (Copier)-3-BorderMaker

Mardi 29 Novembre 2016

Ces quelques jours de « repos » entre Kep et Kampot, m’auront bien requinqué, je suis frais comme gardon !

Je quitte Kampot, il n’est que 9hrs, pour rejoindre une ville à mi-chemin de Pnom Penh, un trajet de 80 kilo pour Takéo.

2Kampot-Takeo86 CS0_1780 (Copier)-BorderMaker CS0_1783 (Copier)-BorderMaker CS0_1788 (Copier)-BorderMaker

J’arriverais sur place en fin de matinée et le temps de chercher une petite guesthouse vite fait (j’ai paumé la carte mais pour info, elle se trouve en face du monument de l’indépendance, le managère parle le roosbeff)

6 dollars la chambre, sdb, fan….il sera temps d’aller déjeuner. Il y aura même le choix du miel, du producteur au consommateur.

CS0_1804 (Copier)-BorderMaker

Takéo

« Il n’y a pas grand-chose a voir dans cette paisible capitale provinciale au bord d’un lac. Cependant la ville constitue une bonne base pour rejoindre les temples pré-Angkoriens d’Angkor Borei et de Phnom Da. »

Pour ma pomme, il y a toujours quelque chose a voir, ne serait ce que le quotidien des gens et c’est dans cette optique que je gaz pour tuer l’apres midi à la découverte de l’inconnue local.

En commençant par le bord du lac, dont le niveau n’est plus, étant donné la saison sèche du moment. Cela dit, les « habitations » sur pilotis ne laissent pas de doute sur l’humidité de la rive.

Le coté pile

CS0_1806 (Copier)-BorderMaker

Le coté face

CS0_1811 (Copier)-BorderMaker

Et le coté loingtain

CS0_1816 (Copier)-BorderMaker

A l’horizon de cette portion du lac, il y a des embarcations qui m’intriguent, j’en vois certaines sur une autre rive….un sujet de shoot ? Allons y voir ! Mais d’abord, trouver l’accès ?

CS0_1819 (Copier)-BorderMaker CS0_1821 (Copier)-BorderMaker

Et après quelques débordement, j’arrive enfin sur le lieu qui m’intéresse. Il s’agit en fait d’un petit bourg paisible, complètement à l’écart d’un trafic routier fatigant.

A peine arrivé sur place, il y a un espèce de shop/restau ou des femmes sont assises sur une estrade, abrités du blond, elles me voient et se mettent a rire !

Hé hé, attendez voir…

Je continue à traverser le bourg jusque sur le bord de la berge ou il y a les fameuses barquettes, j’ai a peine le temps de commencer a shooter que je me fait littéralement alpaguer. 

CS0_1838 (Copier)-BorderMaker CS0_1826 (Copier)-BorderMaker

Les mioches, tu sais, ceux dont je te parlais l’autre jour, sur l’effet thermomètre d’un tourisme effréné ?

Et bien ici, les touristes, je n’ai pas l’impression qu’ils doivent en voir souvent.

Quand ils m’ont vu arriver, ils m’ont rejoint aussitôt pour me demander de les prendre en photo et le tout, juste pour ce voir sur l’écran de l’appareil. A chaque visionnage, grand éclat de rire de part et d’autres…je te laisse imaginer la scène.

CS0_1834 (Copier)-BorderMaker CS0_1847 (Copier)-BorderMaker CS0_1840 (Copier)-BorderMaker

Donc a la base, j’étais venu shooter les barques, j’ai l’impression que des gens y vivent ? Mais au final, je me retrouve dans un premier temps a photographier les mioches et dans un deuxième….

Je retourne sur la place principale du bourg ou il y a la palanquée de femmes moqueuses du blanc bec. 

CS0_1850 (Copier)-BorderMaker CS0_1859 (Copier)-BorderMaker

En fait non, même si parait il les Cambodgiens sont très moqueur, je pense surtout à un effet surprise du touriste venu la ou on ne l’attend pas puisque l’instant du quart d’heure passé à leur coté, le cul assis sur la brele, moteur coupé, à été on ne peut plus sympathique, la barrière de la langue n’étant pas vraiment un problème.

Du coup, mon intrusion a attiré un peu de monde…

CS0_1853 (Copier)-BorderMaker CS0_1856 (Copier)-BorderMaker CS0_1858 (Copier)-3-BorderMaker CS0_1860 (Copier)-BorderMaker

Aussi simple que ça. Pas besoin de guide pour voyager de la sorte 😉

Je retourne en ville avec l’intention d’aller me reposer un peu mais mon obsession curieuse sans limite me pousse a continuer et a suivre deux mob chargées de sac d’engrais.

CS0_1861 (Copier)-BorderMaker CS0_1863 (Copier)-BorderMaker CS0_1870 (Copier)-BorderMaker

J’arriverais sur un espèce de petit port, en dehors de la ville, qui regroupe d’un coté, des chargements de riz (70kilo le sac) sur les boats.

Et de l’autre, des entrepôts de recyclage tout genre dont celui du plastoc. Chargement sur bateau également.

CS0_1882 (Copier)-BorderMaker CS0_1884 (Copier)-BorderMaker CS0_1890 (Copier)-BorderMaker CS0_1896 (Copier)-BorderMaker

Le tout devant rejoindre, certainement, un bras du mekong pour des usines ?

Plus tard, au couché du soleil, petit tour sur l’autre parti du lac de Takéo.

CS0_1923 (Copier)-BorderMaker CS0_1951 (Copier)-BorderMaker

Mercredi 30 Novembre 2016

Aujourd’hui, une grosse balade de 120 kilo m’attend pour rejoindre le village d’Angkor Borei et du temple pré-Angkorien, le Phnom Da.

Ils se situent sur l’autre rive du grand lac. Depuis la ville, il y a la possibilité d’emprunter un canal fluvial en bateau, c’est d’ailleurs ce que l’on m’a proposé la veille pour la modique somme de 35 dollars !

A ce tarif la, je préfère me taper les 120 bornes qui contournent le lac, j’en aurais s’en doute pour 2 ou 3 dollars de benzine.

En prenant le café, j’assisterais à une scène inédite…

Le rituel matinal des bonzes venant quémander de la nourriture pour la journée. Je suis dans un restau, à l’arrivée des jeunes moines, la tenancière prépare sa participation symbolique et charge son enfant d’aller l’offrir avant de recevoir en retour, la bénédiction du bonze par une prière.

CS0_1960 (Copier)-BorderMaker CS0_1968 (Copier)-BorderMaker CS0_1973 (Copier)-BorderMaker CS0_1976 (Copier)-BorderMaker

Je gaz sous une météo des plus favorables pour découvrir une autre partie de vie rural.

CS0_1983 (Copier)-BorderMaker CS0_1988 (Copier)-BorderMaker CS0_1992 (Copier)-BorderMaker CS0_1993 (Copier)-2-BorderMaker CS0_1998 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2004 (Copier)-BorderMaker CS0_2006 (Copier)-BorderMaker

60 kilomètre de route et 2hrs plus tard, je suis a Angkor Borei.

« ..était connu sous le nom de Vyadhapura quand elle était la capitale du « Chenla de l’eau » au VIIe. La cité joua également un rôle important à l’époque du Funan (Ier-VIe) lorsque des marchands, des artisans et des prêtres indiens propagèrent la religion et la culture hindoues dans le delta (la grande route commerciale maritime entre l’inde et la chine passait par la)… »

Il parait qu’il y a encore « une enceinte de 5,7 kilo entourée de douves qui protège la bourgade appauvrie, témoigne de la grandeur passée du site »

Je n’y verrais que dalle de ce passé historique mais sans doute aurait il fallusse chercher en profondeur dans ce petit village dont la route nationale et la rivière le coupe en deux ? Parler le khmer serait un avantage…

A défaut, je m’attarde un peu dans le temple récent et le pont qui donnent accès aux abords de la rivière et y observer la vie fluviale.

CS0_2017 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2065 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2070 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2086 (Copier)-3-BorderMaker CS0_2090 (Copier)-BorderMaker CS0_2100 (Copier)-3-BorderMaker

Plus tard, je file a quelques kilomètre de la, voir l’ancien temple.

CS0_2022 (Copier)-BorderMaker CS0_2025 (Copier)-BorderMaker

« les collines jumelles de Phnom Da sont, tous les ans, transformées en iles par la montée des eaux. L’une est surmontée d’un temple dont les fondations remontent au VIe. Les collines abritent cinq grottes creusées par l’homme, qui furent, pendant des siècles, des sanctuaires hindous puis bouddhiques, avant de servir de caches au viet-cong pendant la guerre du Vietnam. »

Entrée payante de 2 dollars, pour gravir une belle ascension jusqu’au pic.

CS0_2029 (Copier)-BorderMaker CS0_2032 (Copier)-BorderMaker CS0_2036 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2040 (Copier)-BorderMaker CS0_2044 (Copier)-BorderMaker CS0_2053 (Copier)-BorderMaker CS0_2056 (Copier)-BorderMaker

« les plus belles sculptures des bas reliefs  ne sont malheureusement pas visibles sur le site, mais sont conservées dans des musées au village, Phnom Penh et Paris »

Justement, je retourne au village pour voir le musée…..fermé !

Juste en face, l’architecture d’une maison plutôt atypique pour la région.

CS0_2102 (Copier)-BorderMaker

Puis retour maison, manger, sieston…

CS0_2107 (Copier)-BorderMaker CS0_2109 (Copier)-BorderMaker CS0_2113 (Copier)-BorderMaker

Jeudi 01 Decembre 2016

Je quitte Takéo de bonne heure pour la remonté vers le nord, la capitale du pays, Phnom Penh.

3Takeo-PnomPenh90 CS0_2116 (Copier)-BorderMaker CS0_2127 (Copier)-BorderMaker

Un trajet de 90 kilometre qui devait se passer sans encombre hors mis le trafic routier à l’approche de la métropole, sauf qu’à mi parcours, je me vois pas débarquer un chien suicidaire sur le coté ????!!!!

Le con ! Il est sorti de son arbuste pour foncer droit sur la route, pile poil au moment ou j’arrive, sur ma roue avant, sans me laisser le choix que d’encaisser le choc et de contrôler la mob pour éviter la chute.

Une chute qui aurait eu bien évidement des conséquences quant à la suite de mon périple « on two wheelers ».

« samerlipopette de bachibouzouk de clébard dmlkdjflkfj » que tu m’aurais entendu pester….meme les flics ne m’ont pas controlé….

CS0_2143 (Copier)-BorderMaker….lol

Je ne roulais pas spécialement vite et c’est peu etre pour cela que j’ai pu controler plus facilement mon destrier, mais le broutage de goudron, de cailloux sans protection adéquate….aie aie aie……

Ce n’est pas la première fois que je me prends un animal suicidaire sur ma roue avant, on va dire que j’en ai l’habitude mais ça n’empêche pas la grosse monté de stress occasionnel, je décide de m’arrêter plus loin pour le café matinal et tant qu’a faire, la souplette local.

CS0_2137 (Copier)-BorderMaker CS0_2146 (Copier)-BorderMaker CS0_2148 (Copier)-BorderMaker CS0_2152 (Copier)-BorderMaker CS0_2159 (Copier)-BorderMaker CS0_2161 (Copier)-BorderMaker

A Pnom Penh, je rejoindrais mon poto de 20ans, que je n’ai pas vu depuis deux ans et qui vit désormais une nouvelle vie au pays.

Il me servira de guide pour aller voir la guesthouse repéré sur internet. Ensuite…. 

CS0_2167 (Copier)-BorderMaker CS0_2180 (Copier)-BorderMaker CS0_2182 (Copier)-BorderMaker CS0_2185 (Copier)-BorderMaker CS0_2186 (Copier)-BorderMaker CS0_2189 (Copier)-BorderMaker CS0_2192 (Copier)-BorderMaker

Ensuite….je fais court.

Rien de spé durant les trois jours qui suivront sinon que le lendemain nous irons visiter le palais royal et la pagode d’argent, qui ne donnent pas d’autorisation aux paparazis de mon espèce pour shooter à l’intérieur.

Mais si tu veux en savoir plus sur le lieu, c’est par la 

Je te mets quand même quelques photos sans enthousiasme. Cette visite ne m’a pas spécialement convaincu si ce n’est le fait d’avoir été piégé comme un couillon (6,5 dollars aurait été mieux dans ma poche pour aller boire des coups) 

CS0_2200 (Copier)-BorderMaker CS0_2203 (Copier)-BorderMaker CS0_2207 (Copier)-BorderMaker CS0_2215 (Copier)-BorderMaker CS0_2219 (Copier)-BorderMaker CS0_2223 (Copier)-BorderMaker CS0_2228 (Copier)-BorderMaker CS0_2233 (Copier)-BorderMaker CS0_2235 (Copier)-BorderMaker

Le samedi, un autre poto et sa dame nous rejoindrons, ils feront d’ailleurs un bout de route avec moi lorsque je quitterais Pnom Penh.

CS0_2236 (Copier)-BorderMaker CS0_2238 (Copier)-BorderMaker CS0_2242 (Copier)-BorderMaker CS0_2246 (Copier)-BorderMaker CS0_2265 (Copier)-BorderMaker CS0_2267 (Copier)-BorderMaker

Le dimanche, nous aurons visiter les iles qui se trouvent en face de la capitale, sur le Mékong, ou je trouverais un peu plus d’inspiration photographique.

CS0_2287 (Copier)-BorderMaker CS0_2291 (Copier)-BorderMaker CS0_2292 (Copier)-BorderMaker CS0_2300 (Copier)-3-BorderMaker CS0_2307 (Copier)-3-BorderMaker CS0_2308 (Copier)-BorderMaker CS0_2310 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2317 (Copier)-3-BorderMaker CS0_2321 (Copier)-BorderMaker CS0_2331 (Copier)-BorderMaker CS0_2350 (Copier)-BorderMaker CS0_2353 (Copier)-BorderMaker CS0_2356 (Copier)-BorderMaker CS0_2363 (Copier)-BorderMaker CS0_2366 (Copier)-BorderMaker CS0_2370 (Copier)-BorderMaker CS0_2371 (Copier)-BorderMaker CS0_2378 (Copier)-BorderMaker CS0_2391 (Copier)-3-BorderMaker CS0_2397 (Copier)-BorderMaker CS0_2402 (Copier)-BorderMaker CS0_2408 (Copier)-3-BorderMaker

Pnom Penh a beaucoup changé depuis ma venu il y a 7 ans. C’est devenu une ville très encombrée, ou a poussé et pousse encore bon nombre de bâtiments plus ou moins grand avec un trafic routier en rapport et insupportable.

On n’y roule comme a Hanoi ou Saigon mais à la seule différence, qu’ici, le klaxon est très peu utilisé. Finalement, cela me convient mieux….euh… 😛

Lundi 05 Décembre 2016

Même si cette ville, comme toute d’ailleurs, est fatigante a vivre, ces trois jours de détente total a me laisser vivre et profiter du moment présent auront été encore bénéfique, c’est la que je me rends compte que le trip vietnamien m’a bien usé…..putain, je vieilli ! LOL

F, ca m’a fait énormément plaisir de te revoir et fier de ta réussite qui ne fait que commencer….

Je quitte la capitale avec S et L qui m’accompagneront sur deux étapes de mon road trip au Cambodge et pour commencer, à Kampong Chhnang.

4PnomPenh-KampongChhnang100 CS0_2409 (Copier)-BorderMaker

Un trajet de seulement 90 kilometres qui se fera sereinement cette fois ci.

CS0_2414 (Copier)-BorderMaker CS0_2428 (Copier)-3-BorderMaker CS0_2442 (Copier)-BorderMaker CS0_2448 (Copier)-BorderMaker CS0_2452 (Copier)-BorderMaker

Nous trouverons une guest house, en dehors de la ville dont je n’ai pas retenu le nom mais mieux vaut être motorisé car loin du centre ville. (7dollars la chambre typé motel américanos, sans wifi)

Dans l’apres midi, nous irons visiter un peu les lieux avant de se faire alpaguer par deux ou trois dames me proposant leur services auquel je ne serais pas surpris…..

« si le centre de Kompong Chhnang est un quartier somnolent, les quais animés au bord du Tonlé Sap sont le point de départ d’agréables croisières jusqu’au deux villages flottants. Glisser dans les rues fluviales scintillantes à bord d’une barque en bois est un merveilleux moyen de commencer ou de terminer la journée. »

La partie se négocie rapidement, avec l’une d’entre elle qui aura retenue toute mon attention avec son polo rose. Partant de 30 dollars pour trois personnes nous finirons par en lacher 20 pour une « croisière» programmée au lendemain.

Et sur le coup, j’ai eu mon portrait du jour sans besoin de gruger.

« prends moi en photo, comme ça tu pourras me reconnaître demain et ne pas te tromper de personne »

Tu m’étonnes ! La concurrence est dure dans le coin !

CS0_2458 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2463 (Copier)-BorderMaker

Ici le débarquement de la barge qui fait la liaison avec l’autre rive et le marché flottant.

CS0_2465 (Copier)-BorderMaker CS0_2466 (Copier)-BorderMaker

Plus loin, une autre partie du village construite sur pilotis. A la mousson, le village doit être sous les eaux.

CS0_2470 (Copier)-BorderMaker CS0_2472 (Copier)-BorderMaker CS0_2473 (Copier)-BorderMaker CS0_2476 (Copier)-BorderMaker CS0_2478 (Copier)-BorderMaker

De retour vers le centre ville « bétonné » nous bifurquerons sur une autre partie de la cité plus en hauteur mais tout autant pittoresque avec la fameuse température des mioches qui prouve que le touriste ne s’’aventure guère dans ce coin.

CS0_2496 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2486 (Copier)-BorderMaker CS0_2489 (Copier)-BorderMaker CS0_2495 (Copier)-BorderMaker CS0_2497 (Copier)-BorderMaker CS0_2501 (Copier)-3-BorderMaker CS0_2504 (Copier)-2-BorderMaker

En fin d’apres midi, lors d’une séance fouinage en solo, partie de pétanque à la locale a faire du carreau en place (ça m’arrive !) le temps d’une rigolade. J’aurais même droit au verre de l’amitié !

CS0_2515 (Copier)-BorderMaker CS0_2517 (Copier)-BorderMaker CS0_2514 (Copier)-BorderMaker

(Un alcool de coco fermenté, le gout ne m’était pas inconnu, au Sri Lanka, j’en avais bu lors d’une rencontre fort sympathique)

Mardi 06 Décembre 2016

Apres le kawak, nous allons comme convenue rejoindre notre captain pink panther pour une croisière en délire.

CS0_2781 (Copier)-BorderMaker CS0_2536 (Copier)-BorderMaker

Bon, a trois sur la barque, faut pas trop délirer quand même….au ras des pâquerettes !

CS0_2545 (Copier)-BorderMaker CS0_2551 (Copier)-BorderMaker

Nous longeons la rive que nous avions visité la veille avec ses maisons sur pilotis.

CS0_2562 (Copier)-BorderMaker CS0_2570 (Copier)-BorderMaker CS0_2573 (Copier)-BorderMaker CS0_2575 (Copier)-BorderMaker CS0_2590 (Copier)-BorderMaker CS0_2619 (Copier)-BorderMaker CS0_2593 (Copier)-BorderMaker CS0_2598 (Copier)-BorderMaker CS0_2604 (Copier)-BorderMaker CS0_2610 (Copier)-BorderMaker CS0_2617 (Copier)-BorderMaker

Puis, à quelques encablures, le premier village flottant ou notre captain coupera les gaz pour continuer la balade, comme prévu, à la rame en pleine glissade aux travers des rues fluviales.

CS0_2620 (Copier)-BorderMaker CS0_2622 (Copier)-BorderMaker CS0_2630 (Copier)-BorderMaker CS0_2634 (Copier)-BorderMaker CS0_2636 (Copier)-BorderMaker CS0_2647 (Copier)-BorderMaker CS0_2650 (Copier)-BorderMaker CS0_2655 (Copier)-BorderMaker CS0_2658 (Copier)-BorderMaker CS0_2668 (Copier)-BorderMaker CS0_2677 (Copier)-BorderMaker CS0_2681 (Copier)-BorderMaker CS0_2686 (Copier)-BorderMaker CS0_2688 (Copier)-BorderMaker CS0_2692 (Copier)-BorderMaker CS0_2698 (Copier)-BorderMaker CS0_2700 (Copier)-BorderMaker CS0_2705 (Copier)-BorderMaker

Ici, le bus nautique qui relie Pnom Penh à Siem Reap plus au nord. A donf.

CS0_2708 (Copier)-BorderMaker CS0_2712 (Copier)-BorderMaker

La balade au travers du premier village dure la demi heure dans une eau totalement plane. En revanche, sur la partie navigante du lac que nous devons traverser, il y a pas mal de remous et vu la flottabilité de la barque, j’ai un peu tiqué sur le coup, surtout que notre captain écopait de temps à autre…

Mais que néni, tous c’est bien passé pour la croisière s’amuse.

CS0_2720 (Copier)-BorderMaker CS0_2728 (Copier)-BorderMaker CS0_2734 (Copier)-BorderMaker CS0_2740 (Copier)-BorderMaker CS0_2747 (Copier)-BorderMaker CS0_2751 (Copier)-BorderMaker CS0_2753 (Copier)-BorderMaker CS0_2760 (Copier)-BorderMaker CS0_2761 (Copier)-BorderMaker CS0_2764 (Copier)-BorderMaker CS0_2774 (Copier)-BorderMaker CS0_2780 (Copier)-BorderMaker

1H30 plus tard, la fin de la balade programmée nous rentrons à bon port avant de repartir sur une autre balade plus terrestre et plus roulante vers le village de Ondong Rossey à quelques kilometre de la.

« Réputés pour ses poteries rouges fabriquées sous chaque maison…la route d’accès traverse des rizières ponctuées de palmiers a sucre… »

CS0_2787 (Copier)-BorderMaker CS0_2800 (Copier)-BorderMaker CS0_2802 (Copier)-BorderMaker CS0_2807 (Copier)-BorderMaker CS0_2808 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2809 (Copier)-BorderMaker CS0_2816 (Copier)-BorderMaker

Apres le déjeuner et pour la digestion, quoi de mieux qu’un chemin de randonnées pour avoir le point de vue de la région ? Nous n’étions pas les seuls a profiter du lieux.

CS0_2824 (Copier)-BorderMaker CS0_2825 (Copier)-BorderMaker CS0_2826 (Copier)-BorderMaker CS0_2827 (Copier)-BorderMaker CS0_2828 (Copier)-BorderMaker

Pour finir cette journée, comme je n’en ai jamais assez…je retournerais en solo fouiner une dernière fois les abords du fleuve.

CS0_2835 (Copier)-BorderMaker CS0_2837 (Copier)-2-BorderMaker CS0_2851 (Copier)-BorderMaker CS0_2859 (Copier)-BorderMaker CS0_2519 (Copier)-BorderMaker

Voila pour cette petite série qui clôture ce séjour a Kampong Chhnang et ce carnet de route.

Stay online, a suivre

Portes toi bien 😛

A plouch.

3 Comments

  1. Toto

    D’après moi ma Salette tu as trouvé le paradis de magnifiques photos là je craque pense à moi dans le grand froid grrrr:(
    Bizouille gaff ! !

  2. Salut Chris !
    Comme Marco, j’ai craqué pour les enfants aux grands yeux brillants. Reviens avant Pâques. j’ai du boulot pour toi. (lol) Bises de nous deux.
    Roland.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *