Le nord du Laos dans toute sa splendeur…

Sabaidi

La suite…

Mardi 04 Janvier 2017

Déjà deux semaines de trajet au Laos, ce jour, j’entame la seconde moitié du road trip en direction de la Capitale, Vientiane.

10-Paksane-Ventiane150 DSC_6323 (Copier)-BorderMaker

150 kilomètre de route que je débute au levé du soleil, période à laquelle les bonzes sont en marches pour l’aumône quotidienne.

DSC_6324 (Copier)-BorderMaker DSC_6326 (Copier)-BorderMaker DSC_6330 (Copier)-BorderMaker

11 hr du mat, me voila à l’entrée de l’agglomération pour parcourir les dernier kilos avant de rejoindre directement le centre ville, en passant par « l’arc de triomphe » Laotien.

DSC_6345 (Copier)-BorderMaker DSC_6349 (Copier)-BorderMaker

Je n’ai pas réservé de chambre n’y retenu les adresses repéré sur le net car peu d’inspiration par contre je sais qu’il y a pléthore de guesthouse. La troisième tentative sera la bonne et son tarif largement correct pour une capitale.

DSC_6350 (Copier)-BorderMaker

90000 kep la nuit soit 11 euro, grande chambre, clean avec un balcon. Emplacement idéal puisque non loin de tous les centres d’intérêt et du Mékong.

Je suis déjà venu à la capital lors de mon voyage en 2010 mais pour cette fois, si j’avais pu l’éviter sur mon programme routier, je ne m’en serais pas privé car moi et les grandes villes, très peu, mais vu que je n’ai pas eu le choix alors autant s’y arrêter deux nuits, le temps nécessaire pour sillonner quelques lieux culturels qu’elle abrite.

Et cette après midi, je m’en va visiter le centre d’information de la COPE

La « Cooperative Orthotic & Prosthetic Enterprise» autrement dit, le principal centre de rééducation fonctionnel du Laos qui fabrique des prothèses de membres, d’aides à la marche et de fauteuils roulants.

« Ce centre, très bien conçu, propose une multitude de continus multimédia sur les engins non explosés. Une série de documentaire sont projetés en permanence… »

Fatalement, vu que je suis de la partie, il fallait que je vienne voir ce « musée » qui commence par une série de photo et une exposition d’engins explosifs avec petit film explicatif.

DSC_6375 (Copier)-BorderMaker DSC_6351 (Copier)-BorderMaker DSC_6352 (Copier)-BorderMaker

Ensuite, il y a une présentation de prothèses qui sont essentiellement de membre inférieur, de fabrication « artisanale ». Il y en a aussi un peu plus « moderne ».

DSC_6355 (Copier)-BorderMaker DSC_6357 (Copier)-BorderMaker DSC_6362 (Copier)-BorderMaker DSC_6363 (Copier)-BorderMaker

Plus tard, je ferais ma fouine en allant directement dans le centre de rééducation ou j’aurais l’occasion de discuter à nouveau avec le personnel qui est à la fabrication de toute sorte de prothèse, attelle, orthèse etc…

Le directeur m’expliquera que fournir du matos de dernière génération à ses patients est impossible pour cause de coût. Pour l’heure, ils se contentent des moyens du bord en faisant évoluer à minima leur productions. Ainsi, le bois à été remplacé par un alliage de plastique et de fibre pour les emboîtures. Pour ce qui est des articulations tel que le genoux par exemple, ils utilisent de simple bande caoutchouteuse pour faciliter un retour de mouvement.

DSC_6364 (Copier)-BorderMaker DSC_6365 (Copier)-BorderMaker DSC_6367 (Copier)-BorderMaker DSC_6369 (Copier)-BorderMaker DSC_6372 (Copier)-BorderMaker

Pour ton info, et si tu n’avais pas encore compris qui était Maguy dans mes carnets de route, c’est une prothèse de jambe qui pallie à l’original que j’ai perdu il y a 27 ans, des suites d’un accident de moto.

Depuis lors, j’ai connu pas mal d’évolutions concernant les prothèses. Passant du bois pour les emboîtures à aujourd’hui en carbone et pour les genoux, de simple ressorts monté sur coulissant en 1989 jusqu’a la gestion électronique de vérin à bain d’huile, alimenté par batterie, qui permet de descendre les escaliers normalement….en 2017  ! Alors évidemment, quand je vois le matos que peuvent fournir ces réparateurs de la vie, je ne peux qu’être touché.

C’est marrant, je n’en avais jamais parlé depuis que j’écris mes histoires de voyageur.

Voila une cause bénévole qui m’intéresserait de financer si j’étais millionnaire …aaaaaah si j’étais….

Bref, je le répète souvent, je mesure à chaque jour la chance que j’ai d’être né Français. Ce lever le matin et mettre le pied droit sur le sol, impossible pour moi de me lever du pied gauche 😉 …. et simplement dire merci à la vie.  

La visite piqure de rappel pour Maguy effectuée, je m’en va visiter un stupa en passant par l’arc de triomphe « Patuxai »

« Officiellement appelé « monument de la victoire », il rend hommage aux Laotiens morts pendant les guerres pré-révolutionnaire. Il fut édifié en 1969 avec du ciment américain censé servir à la construction d’un nouvel aéroport »

DSC_6378 (Copier)-BorderMaker DSC_6406 (Copier)-BorderMaker

Quelques kilomètre plus loin, j’arrive au Pha That Luang

« Stupa bouddhique, il est le monument national le plus important au Laos. Il symbolise à la fois la religion bouddhique et la souveraineté Laotienne….. Au début du XIXe, le roi Anouvong fit entourer le stupa de 45 m de haut d’un cloître aux hauts murs pour le protéger des envahisseurs. »

Un peu plus ? C’est par la ! 

DSC_6401 (Copier)-BorderMaker DSC_6403 (Copier)-BorderMaker

Le descriptif du guide annonce qu’il se visite sur 3 niveaux, malheureusement, les sections sont en rénovations, seule les parties le long des cloîtres sont accessibles.

DSC_6384 (Copier)-BorderMaker DSC_6390 (Copier)-BorderMaker DSC_6404 (Copier)-BorderMaker

Fin de journée, une petite binouze aux abords du Mékong pour le couché du soleil pendant que d’autres s’éclatent dans les airs.

DSC_6442 (Copier)-BorderMaker DSC_6463 (Copier)-2-BorderMaker

Mercredi 05 Janvier 2017

Il y a pas mal à visiter sur Vientiane en terme de musée, temple etc mais aujourd’hui, je me contenterais du minimum syndicale.

Et pour commencer une petite journée simple, un luxe de plus, le café avé le pain au choc.

DSC_6474 (Copier)-BorderMaker

Plus tard, en passant devant le palais présidentiel….

DSC_6476 (Copier)-BorderMaker

…. je me rendrais au Vat Si Muang

« L’endroit le plus fréquenté de Vientiane car il est considéré comme le siège de l’esprit protecteur de la ville….la salle principale abrite une copie du Pha Kaeo, le bouddha d’Emeraude et un bouddha assis de dimensions bcp plus modeste. Cette statue de pierre assez grossière aurait survécu aux destructions de 1828 et les habitants lui attribuent le pouvoir d’exaucer les vœux… »

Plus ? Toujours avec l’ami wikipedia 

DSC_6488 (Copier)-BorderMaker DSC_6490 (Copier)-BorderMaker DSC_6507 (Copier)-BorderMaker DSC_6509 (Copier)-BorderMaker DSC_6513 (Copier)-BorderMaker

Le reste de la journée se passera en mode fouine, a zoner de ci de la jusqu’à ce que j’arrive a me retrouver au sommet d’un hotel standing pour le shoot global….

DSC_6516 (Copier)-3-BorderMaker DSC_6517 (Copier)-BorderMaker DSC_6521 (Copier)-BorderMaker DSC_6523 (Copier)-BorderMaker DSC_6524 (Copier)-BorderMaker DSC_6531 (Copier)-BorderMaker DSC_6536 (Copier)-BorderMaker DSC_6538 (Copier)-BorderMaker

…et plus tard, pour l’heure de l’apérobic devant une bière belge dans un bar…. Belge. Le lieu possède un sacré panel des meilleures cuvées à base de houblon. Je me serais bien laissé tenter à la dégustation…. aaaaaaaah si j’étais millionnaire.. (8 euro la Kwak ou la Duvel, quand même ! En France, tu peux les trouver à 1,50 euro)

DSC_6541 (Copier)-BorderMaker

Jeudi 06 Janvier 2017

Ciao la capitale ! Je reprends mon mode Nomade.

11-Ventiane-VangVieng160 DSC_6546 (Copier)-BorderMaker

7hr30 me voila à nouveau sur les routes pour un trajet de 150 kilo en direction de Vang Vieng.

DSC_6548 (Copier)-BorderMaker DSC_6549 (Copier)-BorderMaker DSC_6551 (Copier)-2-BorderMaker DSC_6558 (Copier)-BorderMaker

Fin de matinée je me présente dans cette cité que je ne reconnais plus au premier coup d’oeil. Bon nombre de guesthouse et hotel se sont construits mais j’arrive finalement a repérer la rue ou j’avais séjourné en 2010.

DSC_6560 (Copier)-BorderMaker DSC_6561 (Copier)-BorderMaker

Les prix des guesthouses ont pas mal évolué depuis ce temps et après l’heure de recherche je m’arrêterais chez :

DSC_6563 (Copier)-BorderMaker DSC_6565 (Copier)-BorderMaker

70000 kep soit 8 euro la nuit, le bungalow très clean, dans un jardin au calme loin de l’agitation de la cité. Le café est offert .

Dans la journée, petit fouinage mais rien de bien intéressant a me mettre sous le déclic photographique d’autant que le ciel n’est pas au beau fixe depuis la veille.

DSC_6567 (Copier)-BorderMaker DSC_6572 (Copier)-BorderMaker DSC_6573 (Copier)-BorderMaker DSC_6576 (Copier)-BorderMaker DSC_6583 (Copier)-2-BorderMaker

Vendredi 07 Janvier 2017

Vang Vieng

« Tel une magnifique scène rurale dans une peinture sur soie orientale, Vang Vieng est lovée au bord de la Nam Song , entourée d’un patchwork de rizières vert vif et de falaises en toile de fond….. »

Mais encore….

« En 2012, le gouvernement Laotien à enfin tapé du poing sur la table et exigé la fermeture des bars qui organisaient des rave-parties au bord de la rivière. L’ambiance de débauche ayant progressivement disparu, la cité cultive à nouveau une image de paradis des activités de plein air, riches en sensations fortes et au plus près de la nature… »

Pour ce qui est des raves parties, certes,  il y en avait en 2010 mais ce n’est pas ou peu pour cette raison que le gouvernement est intervenu, que je t’explique :

A l’époque il y avait quelques établissements du centre ville qui organisaient une descente de la rivière sur une bouée typé chambre à air de camion, ce qu’ils appellent le « Tubing ». Cela existe toujours sauf qu’en ces temps révolus, il y avait tout au long du parcours, bon nombre de bar improvisés, j’ai oui dire une quarantaine.

Image d’illustration gogole « Vang Vieng ».

65767

Les fêtards « sans soif » s’en mettaient a cœur joie, à chaque arrêt aux stands jusqu’à ce qu’ils arrivent à la fin du parcours fluvial, sur la rive du village.

Après coup, il fallait ramener la bouée, à pieds, en passant par le centre du village et à la vue de tout les autochtones.

Je me souviens des ces abrutis, le mot est faible, pour la plus part anglophone, qui dévalaient la rue complètement bourré avec le comportement qui va avec, torse nu et en maillot. Les filles n’étaient pas en reste, pour certaine se promenant en maillot/string ….

Le parfait sens du respect des occidentaux pour une culture asiatique qui se veut prude et qui les reçoit sur sa terre avec ses traditions…

Si le gouvernement a mis le « hola » c’est parce que l’attraction était devenu du grand n’importe quoi à tel point que certains y ont perdu la vie des suites de traumatisme cranien. C’est sur que plonger, tête première, dans un fond de 30cm d’eau….

Bref, cette période est fini et je n’étais pas venu ici pour cela. Aujourd’hui, le village est une étape obligatoire pour ma pomme avant d’attaquer la route des montagnes pour la suite de mon tour.

« Vang Vieng est devenue la première destination du pays pour les amateurs d’aventure : kayak, rafting, spéléologie, VTT et escalade de niveau international peuvent se pratiquer. »

J’ajouterais à cela, montgolfière, location de mini buggy…

Apres le café matinal devant ma terrasse avec en toile de fond les montagnes karstique, le coq qui fout sa zizanie, je file de l’autre coté de la rivière, il y a une boucle a faire à travers les rizières et les pains de sucre.

DSC_6585 (Copier)-BorderMaker DSC_6586 (Copier)-BorderMaker DSC_6590 (Copier)-BorderMaker DSC_6593 (Copier)-BorderMaker

Quelques grottes à visiter sont présentes sur le parcours  mais compliquées d’accès pour maguy, j’arrive sur l’une d’entre elle, la Tham Phu Kham

« Sacrée pour les Laotiens, doit son succès a son beau lac turquoise au pied de la grotte…la grotte principale contient un bouddha couché Thailandais en bronze… »

DSC_6597 (Copier)-BorderMaker DSC_6604 (Copier)-BorderMaker DSC_6609 (Copier)-BorderMaker DSC_6614 (Copier)-BorderMaker

Plus loin, je mettrais fin à cette balade car la piste a emprunter ne m’a pas convaincu et j’ai bien senti que la bécassine était en difficulté, surtout les pneus….d’autant que celui a l’avant commence a montrer des signes d’usures assez marqués. 

DSC_6617 (Copier)-BorderMaker DSC_6624 (Copier)-BorderMaker DSC_6626 (Copier)-BorderMaker DSC_6651 (Copier)-BorderMaker

Retour au village et ses constructions en cours….

DSC_6652 (Copier)-BorderMaker DSC_6660 (Copier)-BorderMaker

Puis je file plus au nord, me faire une autre balade d’une trentaine de kilo sur l’asphalte avant de déguster les oranges locales.

DSC_6661 (Copier)-BorderMaker DSC_6667 (Copier)-BorderMaker DSC_6677 (Copier)-BorderMaker DSC_6679 (Copier)-BorderMaker DSC_6683 (Copier)-BorderMaker DSC_6690 (Copier)-3-BorderMaker DSC_6692 (Copier)-BorderMaker DSC_6697 (Copier)-BorderMaker DSC_6700 (Copier)-BorderMaker DSC_6716 (Copier)-BorderMaker DSC_6730 (Copier)-BorderMaker DSC_6739 (Copier)-BorderMaker DSC_6755 (Copier)-BorderMaker DSC_6757 (Copier)-BorderMaker DSC_6761 (Copier)-BorderMaker DSC_6765 (Copier)-BorderMaker

Pour cloturer cet après midi photographique avec un autre sujet principal, les montgolfières, que je pisterais lors du décollage, en vol et à l’atterrissage en pleine cambrousse, dans les rizières à sec.

DSC_6777 (Copier)-BorderMaker DSC_6771 (Copier)-2-BorderMaker DSC_6784 (Copier)-BorderMaker DSC_6787 (Copier)-BorderMaker DSC_6791 (Copier)-2-BorderMaker

Le coût d’une heure de vol est de 60 dollars, il y a deux décollages par jour pour le lever et le coucher du soleil. Ca, c’est un truc que je me ferais bien un jour…aaaaaaaaaaaaaaah si j’étais…

DSC_6799 (Copier)-4-BorderMaker DSC_6803 (Copier)-BorderMaker DSC_6809 (Copier)-3-BorderMaker DSC_6812 (Copier)-BorderMaker

Enfin, sur un des sofas qui sont légions à Vang Vieng, chaque restau possède son lot ou tu peux passer l’après-midi a vaquer sur le net, devant la téloche, manger, boire…détente totale. Le vestige des années folles…

DSC_6816 (Copier)-BorderMaker

Samedi 07 Janvier 2017

Aujourd’hui, je renoue avec les longs trajets……arf !

240 Kilo au programme et pas des moindres puisqu’ils vont se passer a travers les montagnes, synonyme de conduite viroleuse avec son lot de cotes bien pentues.

12-VangVieng-LouangPrabang240 DSC_6828 (Copier)-BorderMaker

Je quitte le cadre enchanteur bien paisible après le café « trois en un » sous une belle image annonçant le pilier de la vie, il est 7H30 am, direction Luang Prabang.

DSC_6820 (Copier)-2-BorderMaker

Les premiers 100 kilo se passeront facilement avec par moment quelques montés d’altitudes dans un superbe décor de montagne et ses villages de l’ethnie « Hmong ».

DSC_6834 (Copier)-BorderMaker DSC_6855 (Copier)-2-BorderMaker DSC_6860 (Copier)-BorderMaker DSC_6864 (Copier)-BorderMaker DSC_6867 (Copier)-BorderMaker DSC_6868 (Copier)-BorderMaker DSC_6871 (Copier)-BorderMaker DSC_6872 (Copier)-BorderMaker DSC_6877 (Copier)-BorderMaker DSC_6878 (Copier)-BorderMaker

Une ethnie d’origine chinoise qui se reconnait facilement par leurs costumes traditionnelles.  Ils sont essentiellement présents en altitude au Laos mais aussi en Thailande, en Birmanie et au Vietnam.

Il faut savoir qu’ils ont aidé les Français pendant la guerre d’Indochine puis les Amerloch. Par la suite, les gouvernements Lao et Viet les ont traqué pendant une trentaine d’années. La route que j’emprunte ce jour n’était pas accessible il y a encore une dizaine d’années ou alors il fallait être escorté par l’armée. Ca devait tirer dans tous les coins.

La suite, c’est avec wikipédia

Ils ne sont pas vêtu de la sorte chaque jour mais aujourd’hui, c’est Samedi, il doit surement y avoir une raison particulière d’autant que ce ne sont que les jeunes filles qui portent le costume et qui se laisseront généreusement photographier par l’étranger.

Arrivé à la fin d’un col, je me gave ! Le nord dans toute sa splendeur ! Magique d’espace et de silence quasi totale si ce n’est les quelques véhicules qui circulent sur cette ancien axe principale. Il y a désormais une autre route qui coupe à travers champ.

DSC_6885 (Copier)-BorderMaker DSC_6887 (Copier)-BorderMaker DSC_6899 (Copier)-2-BorderMaker DSC_6910 (Copier)-BorderMaker

Lorsque je rejoins le sommet, la route suit une crête qui continue sur des hauts et des bas mais sous la brume qui ne m’autorisa aucun horizon dégagé…..dommage, car apparemment, cette deuxième portion du trajet devait être tout autant jolie. 

DSC_6912 (Copier)-BorderMaker DSC_6917 (Copier)-BorderMaker DSC_6919 (Copier)-BorderMaker DSC_6929 (Copier)-BorderMaker DSC_6935 (Copier)-BorderMaker DSC_6936 (Copier)-BorderMaker DSC_6948 (Copier)-BorderMaker

6H45 de routes plus tard, je me pose à la guesthouse que j’avais réservé quelques jours auparavant pour trois nuitées.

DSC_7243 (Copier)-BorderMaker

13 euro la nuit, prix « d’ami » (Ici, le tarif des logements « cheap » est encore plus chère qu’à la capitale), petit déjeuné compris.

Puis plus rien, ce trajet m’a fracassé, je ressortirais pour la restauration.

Dimanche 08 Janvier 2017

Luang Prabang

Ville classée au patrimoine mondiale de l’Unesco et pour cause, elle possède un riche témoignage de son passé ancestrale.

« Appelée Muang Sawa à partir de 698 puis Xiang Dong (cité d’or) à partir du XIe siècle, la cité-état passa successivement aux mains des Nanzhao, des Khmers et des empires Mongols….En 1512, lorsque le souverain Khmer offrit au roi Visoun le Pha Bang, une statue vénérée du Bouddha, la ville prit le nom de Luang (Grand ou royal) Prabang… »

Lors de la dernière invasion par des mercenaires chinois qui mirent à sac la cité, détruisant pas mal de temples en autres, « le royaume de Luang Prabang accepta la protection de la France, qui installa un vice consul dans la capitale royale ».

«Les Français permirent le maintien de la monarchie et la ville devient bientôt l’une des destinations favorites des colons Français désireux de s’installer le plus loin possible de Paris. »

Si tu en veux plus,  com’d’hab : wikikidetousleskikis

La citée possède bon nombre de sanctuaire, c’est un peu comme sur Chiang Mai, la ville des temples en Thailande, il y en a beaucoup à visiter selon mon guide, trop même, je m’en contenterais que d’un seul, le plus célèbre, le plus beau, le Vat Xieng Thong.

« Ce monastère, le plus connu et le plus visité s’organise autour d’un « Sim » de 1560, considéré comme un classique de l’architecture locale. Ses toits descendent presque jusqu’àu sol et une mosaîque de l’arbre de vie orne sa façade ouest…. » 

Je file le découvrir en milieu de matinée sous un ciel chargé, j’imagine déjà les photos pourries que cela va me donner….déjà que mon objectif déconne à plein tube, le temps gris n’arrange pas la sauce.

DSC_6963 (Copier)-BorderMaker DSC_6986 (Copier)-BorderMaker DSC_6974 (Copier)-BorderMaker DSC_6982 (Copier)-2-BorderMaker

L’entrée du site est de 20000 kip soit 2,50 dol….j’ai bien tenté l’opération gratos mais ils n’ont rien voulu savoir, d’ailleurs je leur raconterais un paradoxe sur l’entrée payante de 50000 kep pour le wat Phu, le temple Khmer visité dans le sud du pays, la billetterie m’avait accordé la gratuité….faudrait qu’ils accordent leur violons ?

Bon je ne vais pas te faire le speech à rallonge de l’enceinte mais juste que l’édifice principale est effectivement magnifique, que dans un autre bâtiment religieux se trouve le char funéraire de la royauté, qu’il y a trois autres mini temple dont un qui renferme un bouddha couché, très rare et unique en son genre, selon le guide. etc.

DSC_7008 (Copier)-BorderMaker DSC_7005 (Copier)-BorderMaker DSC_6990 (Copier)-BorderMaker DSC_6988 (Copier)-BorderMaker DSC_6993 (Copier)-BorderMaker DSC_7000 (Copier)-BorderMaker

Je resterais l’heure et demi dans ce lieu spirituel très reposant, malgré l’affluence.

DSC_7009 (Copier)-BorderMaker DSC_7010 (Copier)-BorderMaker DSC_7021 (Copier)-BorderMaker DSC_7023 (Copier)-BorderMaker DSC_7034 (Copier)-BorderMaker

Ici un couple venant faire de la photo « mariage » en tenue traditionnelle.

DSC_7035 (Copier)-BorderMaker

Et la, un autre couple « Hmong » venu aussi pour le posing artisanal, je n’ai pas vu de photographe professionnel en leur compagnie.

DSC_7038 (Copier)-BorderMaker

Puis  déambulation dans la vielle ville ou l’on se croirait vraiment à l’époque coloniale avec ses maisons colorées ou unies et pour certaines, vu le style architectural, on peut imaginer que les propriétaires aient voulu se démarquer en se créant un petit bout de leur France.

DSC_7039 (Copier)-BorderMaker DSC_7045 (Copier)-BorderMaker DSC_7049 (Copier)-BorderMaker DSC_7051 (Copier)-BorderMaker DSC_7053 (Copier)-BorderMaker DSC_7054 (Copier)-BorderMaker

Si les autres villes/étapes de mon périple au Laos possèdent leur lot de bâtiments coloniaux, ici, on atteint le summum. C’est un musée !

Pour autant, la déambulation en deux roues ne prends pas bcp de temps et une heure plus tard, je file en dehors de la ville pour me restaurer, dans un premier temps et… 

DSC_7062 (Copier)-BorderMaker DSC_7067 (Copier)-BorderMaker DSC_7075 (Copier)-BorderMaker DSC_7084 (Copier)-BorderMaker DSC_7089 (Copier)-3-BorderMaker DSC_7093 (Copier)-BorderMaker DSC_7104 (Copier)-BorderMaker

30 kilomètre plus tard, rejoindre un parc forestier, le Tat Kuang Si, dont la chute d’eau sur une falaise serait spectaculaire, il y a aussi un parc dans le parc qui protège des ours confisqués à des braconniers…

Entrée payante de 20000k….je n’y suis pas rentré. En fait, quand j’arrive sur place, que je vois le très grand nombre de bus a touristes, la rangée de boutiques à souvenirs….j’ai fuis. Un vrai sauvage suis je devenu ?

DSC_7109 (Copier)-BorderMaker DSC_7116 (Copier)-BorderMaker DSC_7118 (Copier)-BorderMaker

Ici, Luang Prabang au bord du Mékong.

DSC_7124 (Copier)-BorderMaker

Durant cette petite balade en direction du parc, le ciel s’est totalement dégagé et il y règne désormais un magnifique soleil salvateur de réconfort, alors du coup, je n’ai qu’une idée en tête, retourner fissa au temple visité ce matin pour profiter de ce bleu qui ravi la rétine et l’obturateur.

DSC_7128 (Copier)-2-BorderMaker DSC_7137 (Copier)-BorderMaker

Ici, le fameux bouddha allongé, il est vrai qu’il a un genre vraiment atypique jamais vu jusqu’ici.

DSC_7139 (Copier)-BorderMaker DSC_7144 (Copier)-BorderMaker

La, le palais royal que je n’ai pas visité, photos interdites !… un peu comme à Pnom Penh, son palais royal et l’interdiction du même acabit.

DSC_7160 (Copier)-BorderMaker DSC_7149 (Copier)-BorderMaker DSC_7154 (Copier)-BorderMaker DSC_7151 (Copier)-BorderMaker

Fin de journée, le dernier couché de soleil que je verrais sur le Mékong car après Luang Prabang, je ne croiserais plus ses rives. J’en aurais mangé de ce fleuve depuis son delta au Vietnam.

DSC_7173 (Copier)-BorderMaker

Lundi 09 Janvier 2017

Aujourd’hui, c’est entretien de la bécassine.

Depuis quelques temps, je rencontre à nouveau le problème de démarrage au kik que j’ai eu au Vietnam, ça te parles ? Maintenant que je sais d’où cela vient, je demande au mécano de faire un petit réglage mais sans succès, il faut passer au démontage à « cœur ouvert » pour changer les disques usés…..

DSC_7181 (Copier)-BorderMaker DSC_7187 (Copier)-BorderMaker

Ca me fait toujours quelques chose de la voir subir ces opérations, ma ptite. On a tellement vu et partager de choses ensemble qu’on finit par s’attacher. Craaaaaaaaaaaaaaaak la rondelle !

Au passage, depuis le 30 Octobre dernier, j’ai parcouru 9600 kilomètres !

Apres la douloureuse (12 euro), je file me balader vers la cambrousse sous un temps plus que maussade et froid ou je ne trouverais pas grand-chose de bien intéressant à shooter.

DSC_7191 (Copier)-BorderMaker DSC_7194 (Copier)-BorderMaker DSC_7196 (Copier)-BorderMaker DSC_7208 (Copier)-6-BorderMaker DSC_7212 (Copier)-BorderMaker DSC_7213 (Copier)-BorderMaker

Plus tard dans la journée, le soleil pointera timidement son nez, assez pour que je file une dernière fois zoner dans le vieux quartier de Luang Prabang.

DSC_7216 (Copier)-BorderMaker DSC_7218 (Copier)-BorderMaker DSC_7220 (Copier)-2-BorderMaker DSC_7226 (Copier)-BorderMaker DSC_7228 (Copier)-2-BorderMaker DSC_7230 (Copier)-2-BorderMaker DSC_7234 (Copier)-BorderMaker

Pour finir, le marché quotidien pour touristes qui reprend ses marques sur l’artère principale chaque soir, synonyme de piétonisation.

DSC_7240 (Copier)-BorderMaker

Mardi 10 Janvier 2017

Houlala….. samerlipopette ! Juste le jour ou je dois reprendre la route, il flotte !

Continuation vers le ch’nord….la fin du voyage au Laos se rapproche inexorablement au fil du temps et des kilomètres. Dans cinq jours, je devrais être à la frontière du Vietnam, en espérant qu’ils me laissent rentrer avec la bécassine pour finir ma boucle !

13-LouangPrabang-NongKhiaw140DSC_7245 (Copier)-BorderMaker

Le trajet du jour est de 140 kilomètre en direction de Nong Khiaw, un petit village au cœur des montagnes karstique.

Après l’excellente omelette/tomate de mon hote et le café, quand j’attaque la route il est 8hr et à cet instant, il ne pleut plu.

Prévoyant, je m’étais quand même équipé de mon ponchon delamortquitue la pluie au cas ou ?

DSC_7249 (Copier)-BorderMaker DSC_7250 (Copier)-BorderMaker DSC_7256 (Copier)-BorderMaker

Il ne m’aura pas fallu longtemps pour attendre la réponse, je n’étais pas encore sortie de la ville, la pluie viendra m’accompagner durant 4hr30, le temps que je mettrais pour rejoindre ma destination finale. Vitesse moyenne de 31 km/hr ! T’imagines ? 

Infernale ce trajet, la pluie qui m’empêchait d’avoir une bonne visibilité, associé au évitement d’urgence des nids de poule/autruche qui se confondait avec certaine flaque anodine, les camions….etc…misère misère èèèèèèèère sous un air de notre regretté Colucci.

Alors quand j’arrive a Nong Khiaw, la première guesthouse qui me tombe sous la main sera forcément la bonne.

DSC_7378 (Copier)-BorderMaker

65000 kep négocié soit 7,50 euro la chambre, very clean et bon confort, café gratos. J’y resterais deux nuitées.

Je parquerais ma bécassine à coté de celle d’un Allemand, qui apparemment, au vu des écussons de drapeaux collés sur son Top Case, fait le tour du monde ? Avec un CBF 600 ….steuplé !

DSC_7259 (Copier)-BorderMaker

Le reste de la journée ?

Nada, flotte à gogo ….

Mercredi 11 Janvier 2017

Ce matin, la pluie ne s’est pas arrêté depuis la veille mais heureusement, aux alentours de 10hr,  une fenêtre météo s’ouvre….j’en profiterais pour aller m’aérer.

Nong Khiaw

« Rien n’égale le spectacle de la rivière depuis le pont. Revenez en soirée quand les étoiles transforment le ciel indigo en une toile pointilliste qui souligne délicatement les massifs au bord de l’eau »

Whaaaaaaaaaaou, c’est beau…on s’y croirait presque, si seulement le temps était de la partie.

Je suis surtout venu ici pour la ruralité profonde du pays mais aussi parce qu’il se situe en pleine zone karstique, des paysages qui me laissent toujours sans voix, l’énormité de la nature.

DSC_7260 (Copier)-BorderMaker DSC_7267 (Copier)-BorderMaker DSC_7270 (Copier)-BorderMaker DSC_7274 (Copier)-BorderMaker DSC_7280 (Copier)-BorderMaker

Malheureusement, je ne verrais pas grand-chose au cours de cette petite balade en dehors du village. Parfois, il y  eu quelques éclaircissements sur les falaises embrumées, me laissant à peine distinguer ce qui doit être magnifique à regarder en temps normal.

Néanmoins, j’aurais pu observer le quotidien des villages alentours, de ces gens qui vivent dans ces maisons de bambous, des mioches qui rentrent de l’école et qui te saluent d’un signe de la main, la température !

DSC_7298 (Copier)-BorderMaker DSC_7321 (Copier)-BorderMaker DSC_7323 (Copier)-BorderMaker DSC_7326 (Copier)-BorderMaker DSC_7341 (Copier)-BorderMaker

Pour le reste, les fans de randonnée pédestre et de kayak y trouveraient leur compte dans la région. Il y a une grotte, historique, qui a servit pendant des années lorsque les amerloch bombardaient le secteur, ne laissant peu de choix aux habitants et combattant communiste de s’y abriter. Elle se visite. J’ai eu la flemme…

Le fameux pont cité plus haut d’où tu peux voir les embarcations, qui peuvent t’emmener soit au sud, vers Luang Prabang, soit au nord vers Muang Khua, le dernier point de chute avant la frontière du Vietnam.

DSC_7343 (Copier)-BorderMaker DSC_7355 (Copier)-BorderMaker DSC_7361 (Copier)-BorderMaker DSC_7365 (Copier)-BorderMaker DSC_7375 (Copier)-2-BorderMaker

Le répit pluvieux se limitera à 3 heures de durée, après coup, cela reprendra de plus belle, m’obligeant a rentrer définitivement me mettre au sec en début d’après midi.

That ‘s all pour cette fois, au prochain numéro, passera passera pas ?

Portes toi bieng, à plouch.

 

5 Comments

  1. Zébulon a écrit: Bref, je le répète souvent, je mesure à chaque jour la chance que j’ai d’être né Français. Ce lever le matin et mettre le pied droit sur le sol, impossible pour moi de me lever du pied gauche 😉 …. et simplement dire merci à la vie.

    C’est pour des lignes comme celles-là que j’apprécie ton amitié.
    Bises et à bientôt.
    Roy

  2. Michel BOUZAGLOU

    Salut à toi et encore merci ….De quoi ? Mais de me faire un peu voyager car cette année, je n’ai pas bougé de la Bouill. des travaux d’entretien de ma maison, des gros achats, des frais par çi par la ,,,,ont eu raison de mon budget « voyage » ;;;;Aussi, je fais un peu de route avec toi à travers ton carnet . A quand le prochain ??
    Bises de nous deux

  3. Angela

    Salut,

    Alors, à l’heure qu’il est : Viet Nam or not Viet Nam ?

    Super que tu sois passé à la COPE ; retournée moi aussi lors de ma dernière journée laotienne, après ma visite initiale en début de séjour (je t’en avais parlé). Et c’est clair, ils méritent d’être soutenus à fond (avis aux voyageurs futurs… !).

    Et merci pour le tuyau de la soupe à 10 000 kips (et avec le sourire gratos !) à Thakhek, ce fut mon repas de réveillon 😉 Bien meilleur rapport qualité-prix-authenticité qu’un certain café à 13 000 kips à quelques pas de là (que je me suis abstenu de goûter).

    Ah oui, j’oubliais, pour terminer (ou rouvrir) l’une de nos discussions, cadeau du « Dictionnaire de l’argot » Larousse :
    zef ou zeph, n.m., vent […] Etymologie : apocope de zéphyr [du grec zephyros, vent d’ouest], avec influence probable de l’arabe zeff er riah, souffle de vent.

    (Punaise, ça devient intello, ce blog…)

    Prends soin de toi,

    Angela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *