Le bouddha, le prince, Siddhartha, sa naissance…

Namasté !

Lundi 10 November 2014

Pokhora a tenu ses promesses, elle m’a donnée tout ce que je voulais voir ou sinon plus avec entre autre la chaine himalayenne.

L’endroit est vraiment sympathique et même si ce n’est plus ce qu’avaient connu les hippies dans les années 70, ça reste une excellente destination. I recommand.

Maintenant, il est temps de découvrir autre chose. Ce matin je quitte Pokhora pour Tansen et j’entame la descente vers le plateau du Terai.


La route est dans un bon état général, pas trop de surprise mise à part ce tracteur qui a du glisser de la piste sur le dessus, j’espère qu’il n’y a pas eu trop de bobo pour le chauffeur ? 

Petit déj habituel dans une gargote…..avec les mioches attendant leur bus scolaire.

 

 Un peu plus tard, je passe devant une école… 


Encore un pays qui inculque à ses enfants des valeurs noble dès la scolarité. En asie c’est une généralité, comme par exemple le fait d’être vêtu du même uniforme, ainsi, pas de signes ostentatoire de pognons. En France,  c’était comme ça aussi à une certaine époque, les anciens en parleraient mieux que moi. Aujourd’hui, c’est devenu du grand n’importe quoi….défilé de mode à toutes les sauces, c’est au mioche qui aura la plus belle paire de basket, qui coute un bras bien sur, mais ce que ne comprennent pas les parents qui se chargent de cette éducation du paraitre et de consommation à outrance, c’est que ça profite surtout aux multinationales qui se gavent comme des canards et dans le même temps, contribue à faire bosser des gamins dans le tier monde pour une poignée de figues !….mais je m’égare….sifle

 


Je me la régale dans un décors magnifique qui monte et descend durant 80kms. J’arrive sur Tansen en fin de matinée, ville flanquée sur les flancs d’une suite montagneuse.

Je zone un peu à la recherche d’une guesthouse à l’écart du capharnaum ambiant, en vain, je n’ai pas eu d’autre choix que de me rabattre sur un hotel à proximité de la gare routière.


1200 roupies la chambre, wifi, télosh et le garage pour le scoot (Hotel Indreni), je vais y passer 2 nuits. 
Apres une pause décompressive, je m’en va visiter un peu la ville. 

Comme je suis content d’être en deux roues ! 
Pour cause, comme je disais plus haut, les rues sont en pente donc bonjour les efforts pédestre que je n’aurais pas pu assumer.


Mate un peu les tofs prisent sur le roof de mon hotel, cela te donnera une idée.

Mon book parle d’un temple, un peu comme ceux de KTM, j’y tomberais par hasard.


« C’est une pagode classique sur trois étages, est considéré comme l’un des plus beaux hors de la vallée de KTM. Il s’orne de bois finement sculptés, dont de superbes portes et des étais aux motifs érotiques. Il fut construit en 1806 par Aman Singh Thapa, le général qui annexa Tansen au Népal. »

Effectivement, très beaux et en plein retapage, m’enfin, je n’ai pas vu bcp d’ouvrier mais plutôt des toiles de spider.

Mardi 11 Novembre 

Apres le ptit déj local, 

Je me programme une ballade qui je l’espère me donnera un peu de quiétude. Non parce que dans le centre ville, c’est vraiment très bruyant et ça commence a me gonfler.

Mon guide parle d’un village saint (Ridi Bazaar) qui se trouve à 30kms de Tansen.

Saint ? parce que qu’ « il a un caractère sacré du à sa situation géographique de part ses affluents du Gange »

Tu connais un peu l’histoire du Gange pour les hindous ? Bénares en inde, ça te parle ? rappel toi mon trip 2013

Il y a un temple, celui de Rishikesh !

oh ! Rishikesh ??! la ville que j’ai visité l’année dernière chez Shiva rendu célèbre par les Beatles qui y étaient venu en quête de spiritualité, et té vé, today j’ai appris une chose, Rishikesh n’est autre qu’un avatar de VISHNU.

La route commence a me faire sortir de Tansen vers les cimes, en passant, mate les pins, la foret

s’il n’y avait pas le truck « made in India », on se croirait dans les alpes, non ? 

En parlant des alpes, hopeula, j’aperçois au loing, l’habitat de big foot !


Belle route tout le long sur l’arrête ou je découvre des couleurs avec ce village atypique à souhait

Je te mets un shoot du bus « Tata India » juste pour que tu puisses voir le degré de pollution qu’ils occasionnent

et ces ruches, encore une découverte.

Ensuite, bin ca descend tout shuzzzz jusqu’à Ridi.


Bon je t’avoue que je n’ai pas spécialement visité le village, juste tracé un peu dans la rue principale ou je me suis fais traquer. En même temps, je te l’avais dis sur mon première compte rendu, j’irais la ou on ne s’attend pas à voir un blanc.


A la gare routière, la pause déjeuné ‘thali » c’est imposé dans une gargote bien du cru et puis je m’en suis retourné le bide copieusement gonflé de riz & Cie en espérant que cela n’handicapera pas les capacités du petit scooter pour remonter tout la haut, avec ce trajet bien pentu.

Je mettrais 1 heure pour faire 20kms, c’est dire….

Le village sur la crête ci dessous est celui pris en photo ce matin, il y avait le soleil, ce ne sera pas le cas en après midi. Ce fut bien dommage pour mes photos.

Etonnant et vraiment très très très beau.

Une belle ballade qu’il ne fallait pas manquer.


Pour clôturer cette journée,  c’est une affiche de cinéma qui attire mon objectif, tu remarques qu’il n’y a pas de scrupules avec les sponsors…


Mercredi 12 Novembre

Départ de Tansen toujours à la même heure, 8hrs 

Ce jour sera à destination de Lumbini, la ville de naissance de Siddharta Gatauma, à 90kms.

La petite pause rituel, « chai » et quelques mets que l’on me propose, essentiellement des légumes cuit dans une pâte et un oeuf

Juste au dessus, c’est un bouzin qui rend pateux le mais.

La encore, je me la régale en terme routesque, belle vallée et belle route malgré quelques passages un peu chaotique.

J’arrive devant un temple hindou qui marque la fin de la vallée et le début du Terai 

Ici, un taxi se faisant bénir la BAR (Boite A roues)

Plus loin, Butwal, la ville ou j’avais l’intention de m’établir pour zoner aux alentours mais finalement et sur les conseils judicieux de quelques Népalais, il valait mieux continuer sur Lumbini ou j’arriverais en fin de matinée.

Ici, ce n’est pas ce qu’il manque point de vue logement type « guesthouse », il y a aussi des hotels, je m’arrête au premier qui m’interpelle pour voir un peu les prix.

Trop cheros, j’en vois un deuxième typé bungalows, je me doute que le prix ne va pas être donné mais qui ne tente rien n’a rien ? 

Le gars m’annonce 3500 roupies, je refuse et commence à partir mais apparemment il a besoin de remplir son établissement car en lui disant que je cherches plutôt dans les 1000/1500 (8/12e), il me propose une chambre bungalow sans clim à 1500.

Wifi, telosh et une baignoire, bungalow en dure svp. (Lumbini Bamboo Resort)

Apres la pause de récup, je sais que l’endroit n’est pas loin de la frontière avec l’Inde, symboliquement je veux aller voir pour shooter.

Juste après le premier portique, j’arrive sur un « check point » de l’armée Népalaise. 

Ce n’est pas encore la « border » mais ils controlent ce qui va est vient avant d’arriver à la frontière proprement dite et la….mouarf ! 

Les gars ne veulent pas me laisser passer, de leur répondre, ok, je retourne d’ou je viens mais ils ne veulent plus me laisser partir !

« ton passeport ? « 

Oh puterelle ! 

J’explique simplement mes intentions photographique, ils voient « maguy » et tout d’un coup, comme d’hab, une relation sympathique s’installe,

« Attends je vais voir mon capitaine si y’a moyen de moyenner »

Le captain arrive, me dit que je ne peux pas passer avec un télephone, pas d’appareil photo et pas de camera (il a vu mon support type « go pro » sur le casque) 

« ok, pas de soucis mon captain, mais ça ne m’intérèsse plus, je préfère replier chemin »

Il me sert la main, grand sourire, fin de l’histoire….


Retour sur Lumbini, j’irais me faire un petit tour dans le site que je dois visiter demani pour repérer un peu les lieux.


Le couché de sun pour cloturer cette journée.

Comme j’ai dis sur un autre support, les photos ne sont pas retouché et les couleurs sont naturellement chaude. J’étais sur la route, et l’idée m’est rapidement venu de trouver un endroit en contrebas et de me poster à l’agachon..sauf la dernière lorsque je suis rentré au villatché.


Jeudi 13 Novembre

Lumbini

« …serait le lieu de naissance de Siddhartha Gautama, le fondateur du bouddhisme, connu sous le nom de Bouddha ou « l’éveillé ». Le fait est confirmé par une inscription gravée sur une colonne érigée par le grand empereur Ashoka, 318 ans après l’événement, et par la présence de nombreux vestiges. »

un peu plus ? avec cette article de l’Unesco 

Début 2014, je m’étais rendu à Bodhgaya lors de mon périple dans le ch’nord Ouest de chez Ganesh, un village saint ou Siddharta aurait reçu l’éveil sous l’arbre de marque « Pipal » et serait devenu, le bouddha.

J’y avais découvert bon nombre de monastères & temples issus de divers pays ayant comme religion principale le bouddhisme comme le Tibet, la Chine, la Thailande, la Birmanie etc etc

Voila pourquoi je suis venu ici, ainsi, la boucle est bouclé en ce qui concerne mes explorations sur le bouddhisme.

Pour toi mon nouveau lecteur, je te mets le lien de l’article sur Bodhgaya que j’avais posté sur mon blog, photos à l’appui du lieu : bodhgaya 

A Lumbini, c’est kif kif 

Depuis que la cité a été classé patrimoine de l’humanité, une restructuration du site a été organisé et des lots de terrain ont été attribué aux pays désirant y installer leur propres temples/monastère.

Ce matin, avant d’aller visiter le site, je file voir un lieu repéré la veille.


Je n’ai pas compris la signification et comme je n’ai pas pris le temps de demander, …. en même temps, j’étais seul et les villageois des alentours no seupike in english… un sanctuaire ? 

Ici, la fraternité quelques soit la race est d’actualité pour ce réchauffer de la fraicheur matinale ambiante.

Ensuite, je file visiter le site avec en tout premier lieu le bassin ou Maya Devi, la mère de Siddharta, venait régulièrement et ou elle aurait donné la vie en s’agrippant à l’arbre « Pipal », il y a son temple dédié.

Juste devant le temple et le bassin sacré, l’arbre en question. Ce n’est pas l’original, il aurait été arraché mais celui ci abrite une pierre sculptée représentant la naissance de bouddha. Les pèlerins viennent s’y recueillir en masse. Tout autour de l’arbre, il y a des moines qui assistent l’office et qui reçoivent des dons au bon vouloir des gens.

 

Sur cette photo, au premier plan, ce sont des moines Thailandais dont un qui prêche la bonne parole à ses fidèles Thai venu en pèlerinage.


La, ce sont des Birmans

La fameuse colonne de l’empereur ASHOKA ou chaque groupe pose pour le souvenir.



Le temple actuel de Maya Devi n’est pas l’original car il aurait été détruit lors de l’invasion Moghol mais tout autour de celui ci, tu découvres des vestiges qui aurait été daté en conséquence, wikipédia 

J’ai bien fait d’être venu visiter le site de bonne heure, en partant, je m’aperçois de l’affluence grandissante


Je dégage du lieu pour aller visiter le reste.

Je me répète mais le fait d’être motorisé facilite grandement la tache car le soleil monte, il commence à faire chaud, je ne peux que plaindre les marcheurs qui se déplacent sur le site qui s’étale sur plusieurs kilomètres carré.

Désormais, voyager en deux roues est devenu une priorité, comment ferais je sinon pour visiter comme il ce doit ? Si je dois continuer mes aventures du coté de l’Amerique du sud, il va s’en dire que je privilégierais les pays qui me fourniront un deux roues automatique….

J’arrive sur le premier monastère, un Thailandais 


Un peu plus loin, Cambodia, en cours de construction

juste à coté celui de la Birmanie

Apres quelques roulures, surprise, celui d’une assos franchich !

En face, celui du Népal.

Pour finir, dans ce périmètre, un stuppa. Il n’y a pas l’origine nationale cela dit, il est vraiment tres beau.

Je n’ai pas vu d’autre monastères, j’aurais pu continuer à zoner dans le coin pour chercher mais une autre fois, pour l’heure j’ai autre chose à faire et de la route.

 Je quitte Lumbini momentanément pour me rendre à Taulihawa qui se trouve à 25kms, 

puis, direction Tilaurakot, petite bourgade, quelques kilomètres plus loin.



 C’est ici que la capitale de la république de Kapilavastu, ou Siddharata  Gautama passa les 29 premières années de son existence avant de se barrer et découvrir la vrai vie sans artifices royal.Un site rempli d’histoire ou j’y verrais un groupe de pèlerins Birman.

Après toussa, petite pause repas snack ( samossa végétaibeule écrasé avec une espèce de sauce curry poichiche), (pour les craintifs sur l’hygiène, mieux vaut s’abstenir et ne pas voyager avec moi…..lol) dans une gargote ou la encore, on me regardera d’une drôle de façon…..euh….sacré piercing ? Faut dire aussi, que les touristes blanc ne viennent pas en masse ici, j’en ai pas vu. (encore une fois, que je suis content d’être indépendant)

Voila plus de 24hrs que je circule dans le coin et c’est assurément une région qui ne roule pas sur l’or a en constater le nombre étonnant de gens qui se déplacent à vélo, quasiment pas de voiture et ce, sur des kilomètres
que ce soit ce jour pour venir jusqu’ici mais encore hier en allant sur la border Indienne. Ici, s’il la culture du riz n’existait pas, je crains le pire…

 Une journée bien remplie et ce n’est pas ma culture générale qui s’en plaindra.

Vendredi 14 Novembre

Ce matin, degagage « early morning », 7hrs je suis en route, à la fraiche.

Prochaine étape, Narayanghat à 160kms

Apres Butwal, la pause ptit dej fut de bouffer un oeuf réchauffé dans de l’huile, elle même réchauffé au feu de bois, dans une feuille de cours de mathématique pour assiette….. euh….

Anecdote, il y avait un check point sur la route, comme ceux de KTM. En fin de compte ce sont des péages routier mais cette fois je me fais arrêter et on me demande 5 roupies jusqu’à ce qu’un poulaga vienne me voir et me dise

« let’s go, tourists don’t pay ! »  et avec le sourire svp !

Je ne mettrais que 4hrs pour ce trajet car pour une fois, j’ai pu tenir une moyenne de 40kms/h, une première.

je me trouve un hotel rapidos, pour une nuitée, qui se trouve sur la rive d’une rivière juste à l’entrée de la ville.

1000 roupettes, wifi, télosh (hotel holiday home)

the view from my hotel :


Après le repos de l’esprit, je repars sur la route pour aller visiter le « Devghat »

« …est un ancien site sacré, mentionné pour la première fois dans le Skanda Purana (Skanda était le fils de SHIVA, ce Purana expose les principes du culte de Shiva). c’est un très bel endroit entouré de collines, doté d’une large plage de sable et de plusieurs temples et sanctuaires ombragés, dominant les eaux tourbillonantes….la jonction des rivières affluents du Gange revêt toujours une signification religieuse particulière pour les hindous…de très nombreux hindous de hautes castes viennent ici finir leur jour, avant d’être brulés sur les berges…toutes sortes de rites religieux y compris les mariages , se déroulent à Devghat, occasionnant de grands rassemblement familiaux. »

Mais d’abord un petit crochet par la rive du cours d’eau local.


C’est la fête foraine en ce moment ! Hum ! Intéressant.

Puis je file sur Devgat à une quinzaine de kilo.


En bas la berge des crémations, tu peux voir les fagots de bois. Il y en a deux en cours et une en préparation (j’ai vu le rituel et la depose du corps mais je suis parti avant la mise a feux)….pas de photo of corse, par respect.

Un peu plus loin, à la fin du site, il y a un pont suspendu ou plutôt un pont d’équilibriste qui traverse la rivière/fleuve. J’attends, j’observe et je vois que les deux roues s’engagent, et pourquoi pas moi ? Maaaaaaaaaaaaaaa fois

Truc de malade, ça bouge ça bouge…sacré frissons.

De l’autre coté, la sécu d’une banque me salut ….excellent ! La suite fut une continuité de rencontre bien agréable. 

Je vois un ptit vioc avec son pote qui discutaillent tranquillou bilou, je vois qu’il a une « maguy » local, je me sens obligé de lui présenter la mienne

Il s’en suit une discussion incompréhensible, les curieux du coin venu voir ce qu’il se passe ? 
Certain parlaient anglais et faisaient la traduction puis démonstration de marche sous forme de « parade militaire » …une franche rigolade…. merci !

Sous le regard bienveillant de la police qui se prete au jeux de la photo.

Ce peuple me plait de plus en plus, j’ai un peu le même feeling qu’au SriLanka.

Je vais faire un tour dans le ptit village sur le dessus ou il y a pas mal de temple. La visite terminé, je décide de reprendre le pont mais c’était sans compter sur de nouvelles rencontre.

Je me fais alpaguer par un saddhu, il lui manque un bras, il veut communiquer mais ne parle pas très bien le rosbeef. Moi non plus, m’enfin, mon niveau s’améliore chaque année.

La encore, les curieux serviront de traducteur.

Je le quitte mais à quelques mètres de reprendre le pont, je me fais encore coincer par un jeune, qui avait suivi des mon arrivé nos discussions avec le vioc de maguy, veut connaitre un peu plus sur ma présence ici etc etc….voulait sans doute pratiquer le sheakspirien.

Pour cloturer cette épisode, je te mets le petit montage vidéo de la traversé « on 2 wheelers » :

LA VIDEO DU PONT  

Retour au centre ville, une petite pause « chai » & sucrerie , et pendant ce temps, je me pense 

« et si j’allais tester la fête foraine ? »

30 roupies l’entrée pour se retrouver dans une foire « internationale de Marseille », 
tu connais ?  
si non, bah c’est simplement une foire de machin chouette que tu te sers une fois par an, ou de fringues, de bouffe, etc etc

Après ce traquenard, j’arrive enfin sur l’objet de ma visite. Il y a une estrade, un groupe de musique, des danseurs, un speaker, du peuple !

Une attraction attire mon oeil, la piste infernal, 70 roupies l’entrée. Il va falloir monter un escalier qui permet d’accéder en haut d’une fosse….tu vas comprendre.

De la haut, je vais en profiter pour shooter en guinch les alentours.

puis le show commence

waou, de vrai acrobate, impressionnant….le coup des bagnoles qui te passent à quelques centimètres !  l’allu !

jte dis pas, j’ai commencé a baliser kan même, pas tellement sur l’acrobatie mais surtout sur l’infrastructure brinquebalante…

Tu te doutes qu’ici, les normes de sécurité, heing, mouais ! 


Terminé, je me casse, j’ai ma dose….

Plutôt que de passer par la foire internationale qui va me faire marcher pour rieng, j’enclenche le mode fouine et je trouve rapidement une sortie dérobé ou il y a quelques gars qui surveillent, celle ci longe toute la foire et m’emmènera jusque devant mon scoot. olé !


voili voilou, fini journée et par la même occas, le compte rendu des 5 derniers jours.

demani, nouvelle étape, le parc nationale de Chitwan.

Allez, zouuuuuuuuuuu, la suite au prochaing épisode,

En attendant, portes toi bieng et à tres vite, tchuss 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *