La cité des « Rishis », sur les traces des Beattles…

(Récup article de l’ancien blog écrit en 2013, « brut de pomme »…. )

oh yé oh yé, brave gens, la suite…

Mardi 29 Octobre 2013 – New Dehli

Je check-out ma chambre vers 8hrs, le temps de prendre un « chai » et de charger mes bags sur le scoot et hop, bye bye Dehli, see you, fin décembre.

J
‘ai un peu plus de 220kms à faire pour rejoindre Haridwar, la vallée du Gange.
 
Je classerais ce trajet en trois tiers


2 tiers, en début et fin : route nationale, bitume casse gueule à souhait, nid d’autruche, circulation chaotique, gimkana & klaxon party…un classique quoi !

L
e tier restant étant pour de l’autoroute, donc plus cool mais pas pour autant « safe ».

I
l me faudra 7 heures.

Arrivé sur place, je me trouverais vite fait un hotel négocié à 600 roupies/nuit (7euro) pour deux nuits. 

Comme je le pressentais, ce ne fut pas une mince affaire, je suis creuvé et mon séant accuse le coup.

  

Mercredi 30 Octobre 2013

Haridwar 


« des milliers de saints et de pélerins hindoux aussi bien adorateur de shiva que de Vishnou, affluent tout au long de l’année vers la « porte du grand fleuve », au débouché du gange dans la plaine, en quête d’un bain purificateur synonyme de salut et de vie éternelle. »


olé ! 

Je m’en vais découvrir la ville et très vite je comprends que nous sommes bien dans un lieu spirituel à la vue de tout ces Sadhu (wikipedia) et pelerins.

S
i, depuis trois jours je n’ai pas bcp pris de photo, la, ca y est ! 
le mode « paparazzi » est definitivement enclenché

 
           

A l’aide de mon guide du routard, je me renseigne sur ce qu’il ne faut pas manquer et aller visiter ainsi j’irais rejoindre, entre autre, un temple qui domine la vallée et la ville, on n’y accede soit par une route pour deux roues, ou, par un funiculaire.

       

Chaque soir, à la tombée du soleil, il y a une ceremonie dans un autre temple, sur le bord du gange, il parait  que « Vishnou » à laissé son empreinte de pied

« En l’espace de quelques minutes, des milliers de lampes de terre cuite, sur des coquilles confectionnées à l’aide de feuilles de  bananier, sur lesquelles sont disposés pétales de fleurs et flammèches, sont abandonnées au gange en guise d’offrande, pendant ce temps, incantations et chants religieux entrecoupés par les gongs

s’élèvent dans le ciel autant pour convoquer les dieux que les dévots »

O
uep, ce fut assez prenant comme cérémonie, 
je me suis retrouvé seul blanc bec assis sur les marches, en observation, au milieu de tous ses gens si pieux ! 

B
elle experience.

  

Petite precision : 

Le débit du Gange, sur Haridwar, n’est pas tres abondant, on le voit sur les tofs, cela vient du fait que le fleuve a été canalisé par des barrages dérivateur, aux abord de la ville, je pense qu’ils ont édifié ceux ci afin de mieux controler le débit du fleuve, en période de cru ou le contraire. 


Jeudi 31 octobre 

Je me lève de bonne heure, en meme temps je n’ai pas trop le choix, pour cause, le gars de la réception me sert de reveil avec sa musique à tue tete sur son tel…grrr

Aujourd’hui, je déménage pour une autre ville un peu plus spirituelle, en amont et qui se nomme : Rishikesh

       
Mais avant, je file au cyber café pour booker un billet d’avion international pour le prochain pays ou je dois me rendre, la Thailande …. hé hé, faut il rappeler que ce pays est ma base arrière entre deux trip asiatique ? 

Je check avec la compagnie airasia, un Calcutta/Bangkok au 12 janvier : 6O euro. (pour obtenir des bon tarifs, il faut sy prendre à l’avance 😉 ) 

Plus tard, chargement de mon mulet et hop, on the road again. Je n’ai pas beaucoup à faire pour cette etape : 25 kms 

  

Arrivé sur place, consultation de mon guide paper afin de trouver un hotel sympatique et pas trop cheros pour y passer deux nuits.

Il me faudra traverser le Gange sur une passerelle ou seul les piétons et deux roues peuvent l’emprunter pour aller dans un quartier bcp plus calme que le centre ville qui grouille.


Hotel à 500 roupettes (6euro), telosh, sdb, plutot confortable, propre et moderne mais il y a un détail qui dénote, la douche est en version indienne, ce qui veut dire : seau à l’eau froide !…. 

ca va, j’en ai vu d’autre dans ma vie de routard, apparemment la douche classique ne fonctionne pas, pas grave, à ce prix la, je vais pas chipotter.

A peine liberé de mes bagages, je file à la découverte du lieu Saint.

 

RISHIKESH

« Plantée à 360 m d’altitude sur les premiers contreforts de l’himalaya, « la cité des Rishis » à acquis une certaine notoriété international dans les sixties en recevant John Lennon et ses acolytes, venus découvrir la méditation transcendantale. Depuis, »la capitale mondiale du yoga » ne cesse d’accueillir, aux cotés de milliers de sages, des Occidentaux à la recherche de leur propre identité et pour certains, désireur de s’initier à l’exercice du yoga et de la méditation, d’ailleurs certains pseudo ashrams ou centres de yoga ne se privent pas d’exploiter leur crédulité »

Ouep, c’est clair que le coin n’a rien a voir à ce que j’ai vu sur Haridwar ou je n’ai quasiment pas vue de visage pale.

O
n dirait un centre de vacance pour occidentaux, tous vétu à la « baba », jusqu’à adopter, pour certains, la couleur des sadhu, 

Je reste dubitatif !

Comment peut on trouver une quete spirituelle en venant dans un endroit qui est blindé de ces semblables ? ou est le sens ? 

Personnellement, ce n’est pas ma conception et ce n’est pas comme cela que j’ai trouvé mon « moi », si j’avais à choisir entre haridwar et rishikesh pour une quete d’équilibre, je choisirais incontestablement la première, celle ou il y a le moins de …

Bref, comme on dit, chacun son trip, ses croyances et sa maniere d’évoluer.

(Yves, si tu me lis, je pense qu’à l’époque des Beattles ou la tienne, ce devait être complètement différent)

Je croiserais un nombre incalculable de saddhu, ou de pseudo saddhu ? 

Mouais, bref, la aussi je ne m’étalerais pas, c’est un autre débat. 

 

Je découvre le gange sous un aspect trés bleu, 
dans les hauteurs, une trés belle vallée, appercevant quelques singe se laissant shooter sans crainte et même « bambi » furtivement !

ohpeula ! mais kesceque je croise la ? un marchand de jus de canne a sucre ! 
je ne peux m’empecher de m’en taper un, fraichement pressé devant mezigue, quel gout !
on dirait le sud ! comme chantait l’autre, c’est dans le sud de l’inde que j’ai decouvert cet excellent breuvage.

Comme vous pouvez le constater, le gange ici, et dans son lit naturel mais n’est pas à son débit maximum, c’est un gars, fort sympatique, venu à ma rencontre taper le bout de gras qui me l’indique.

Au printemps, les neiges himalayesque viendront l’alimenter jusqu’à dépasser les 4 metres de hauteur,on comprend mieux les barrages dérivateur en aval.

Ce jour la, je profiterais d’aller à la gare des tchoutchou afin de reserver un billet New Dehli/Varanasi pour le 27 decembre (jour ou la location de mon scoot se termine), un trajet de 800 kms en 12hrs, de nuit avec couchette pour : 370 roupettes (4,40 euro)

Varanasi est sur ma route en direction de calcutta, ville que chaque indien reve d’y finir ses jours, sur le gange.

  

VENDREDI 01 novembre 

Je me leve aux aurores, petit « chai », un En-cas typé samoussa à base de patate (épicé a souhait, j’adore) 

Puis je trace la route pour la ballade du jour en direction de Mussoorie.

 

Petite ville perché a 2000 mètres d’altitudes, c’est dire le dénivelé que le scoot va supporter et surtout le changement de climat, beaucoup plus frais, que je vais me prendre.

Dans la plaine, l’hiver commence a pointer son nez et en soirée, ça pique, j’imagine que la haut, faut s’équiper en conséquence, du coup, acte !

Je mettrais 2 hrs pour faire les 85 kms de route.

Mussoorie est une ancienne cité climatique ou les rosbeef venaient y prendre le frais en saison caniculaire, d’ailleurs j’y decouvre d’ancienne demeure typé occidental.

 

Mon guide m’indique que « le dalai lama y trouva refuge en 1959 » et quelques lieux à visiter, je me concentre sur « happy valley », un camp de refugié tibetains donnant acces à un « point view » sur la chaine montagneuse mythique.

Lorsque j’arrive sur place, je découvre un stade, des jeux d’athlétisme sont en cours pour des jeunes étudiants, tibétains ! 
  

Un peu plus tard, au deambulement de mon scoot qu’est ce que je vois ????!!!! un barrrrrrrrrrrrr !

au putaow ! je me frapperais bien une bonne binouze bien fraiche, moa !

ce n’est pas que je suis alcoolique mais de temps en temps, une petite bière ne fait pas de mal, heing 

depuis mon départ de France, je n’ai pas bu une goutte de houblon et les deux villes sainte dans la vallée n’ont pas arrangé la sauce car l’alcool y est proscrit et la nourriture reste exclusivement végétarienne.

ah ! pendant que j’y pense
pour preuve que je ne suis pas alcoolique, j’ai dans mon barda, un petit bordeaux/graves millésimé 2009  que j’ai ramené de france et que je degusterais en temps voulu, hé hé…. photo a l’appui, of course 😉

sous un etat euphorique, je me ferais tirer le portrait devant l’himalaya….HIC

Retour maison en début d’aprem avec un total kilométrique pour cette ballade de 190 kms.

C
a c’est en roulant sur une trois voies ….siffle

Et puis, puisqu’on y est

Vous voulez voir comment ca circul au pays des 300 millions de dieux ? 
quoi de mieux qu’une tite vidéo en 9mn

la prise de vue debute dans le centre ville de Rishikesh, rive droite avant de finir sur la passerelle qui traverse le fleuve me menant sur la rive gauche, mon hotel.

http://www.youtube.com/watch?v=V7-aJlaRjdI

Apres 6 jours de route et quasiment 600 kms au compteur, mon temps de réadaptation est terminé, mon teston n’est plus en confusion d’avec la circulation européenne.

Pour info
en 2012, j’avais parcouru 4000 kms en scoot à travers les etats du sud, donc, je ne suis pas un novice en la matière 😉 
et puis cet été, me suis tapé 14000kms avec le TMAX …

Samedi 02 novembre 

rieng !

J’avais l’intention de quitter la vallée du gange ce jour, mais j’ai préféré repousser d’une nuitée supplémentaire afin d’alimenter le blog, mais surtout, surtout, pour me reposer un peu avant d’attaquer le Rajasthan, 

A la vue de la vidéo, vous comprendrez mieux pourquoi prendre du repos, à tous son sens 😉 
il est vital d’etre en bonne condition physique et psychique avant d’entamer de long parcours et comme hier j’ai pas mal roulé…. »mieux vaut prévenir, que guérir » isn’t it ? 

  


Demani, étape mi-parcours de 250 kms pour Rohtak puis ce sera Rohtak/Fatehpur : 200 kms 
pour rejoindre « le shekhawati », region typique du rajasthan pour ses Havelis (wikipedia)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *